Double Vies : Le numérique secoue les rapports sociaux

Olivier Assayas signe une comédie intellectuelle bousculant le monde de l'édition.
Juliette Binoche et Vincent Macaigne dans Double Vies © Ad Vitam / CG Cinéma / Arte France Cinéma / Vortex Sutra / Playtime

Après Personal Shopper (2016), Olivier Assayas poursuit sa réflexion sur l’adaptation au numérique qui transforme notre vie et impacte nos valeurs. Le cinéaste choisit, comme terrain de jeu, le milieu de l’édition parisienne et décrypte les relations entre Alain, un éditeur quadra (Guillaume Canet) et son ami romancier et bohème (Vincent Macaigne).

Le premier refuse le manuscrit du second, en partie à cause de l’avènement de l’e-book. Leur relation s’intègre dans un joli jeu du chat et de la souris, impliquant leurs deux compagnes. Le film évite les dialogues binaires et privilégie les jeux de regards et les relances, avec de longues séquences sans transitions apparentes.

Olivier Assayas a composé un casting 5 étoiles. Aux côtés de Guillaume Canet et Vincent Macaigne, Juliette Binoche en star de série TV populaire et Nora Hamzawi, assistante parlementaire, comique et troublante, jouent leurs compagnes. Mise en scène minimum pour ce film bavard, faisant la part belle à ses personnages égoïstes et à leurs répliques ciselées. Amours, infidélités, mensonges et quiproquos scandent ce tourbillon d’1h48, fruit de nouvelles pratiques technologiques et affectives.

Comme sur la belle affiche du film, ses personnages semblent tomber des pages d’un bon vieux livre « papier » et voleter comme s’ils hésitaient à suivre cette utopie sentimentale. C’est l’e-book qui fait avancer l’intrigue : « Le numérique c’est vu comme un diable » annonce l’éditeur. Mais c’est pourtant bien lui qui redistribue les rapports sociaux.

QOL

Double Vies, à découvrir dans les salles parisiennes et franciliennes dès le 16 janvier.
Voir la filmographie d’Olivier Assayas.

Partager cet article :