L'Âge d'or de la peinture anglaise

(8 votes et 8 avis)
Ajouter à mes favoris

Musée du Luxembourg
19 rue de Vaugirard - 75006 Paris 6e
Métro : Saint-Sulpice (4)

Beaux-Arts

Sous-rubrique : Beaux-Arts
Date de début : 11 septembre 2019
Date de fin : 16 février 2020
Programmation : Dates et horaires : cet évènement est désormais terminé

Galerie

Description

Le début du règne de George III (1760-1820) marque un tournant pour la peinture anglaise avec l'émergence de deux grandes figures, Joshua Reynolds (1723-1792) qui deviendra le premier président de la Royal Academy of Arts en 1768 et Thomas Gainsborough (1727- 1788). Reconnus comme les précurseurs d'un renouveau artistique en Grande-Bretagne, ces deux artistes ont rivalisé pour élever le genre du portrait notamment à des niveaux d’innovation visuelle et intellectuelle inédits. S'ouvrant sur la confrontation entre les deux hommes, l'exposition dresse un panorama de la peinture anglaise du XVIIIe siècle, considérée par les contemporains comme une période d'âge d'or artistique.

Musée du Luxembourg

Adresse : 19 rue de Vaugirard 75006 Paris 6e
Métro : Saint-Sulpice (4)
Site web : www.museeduluxembourg.fr

8 Avis

Merci de rédiger un avis constructif et utile aux visiteurs, et seulement si vous avez assisté à l'évènement. Votre avis doit être expressément lié à la qualité de l'évènement, de sa scénographie et/ou de son interprétation.
Les messages injurieux, diffamatoires ou auto-promotionnels seront supprimés. Votre avis doit être rédigé dans un français correct, en évitant l'abus de majuscules et de signes de ponctuation.

Quelle note donnez-vous à cet évènement?

Publié par Aurelie le 16 février 2020

Déçue, trop de tableaux de portraits sombres.

Publié par Bruno le 15 février 2020

Nous avons beaucoup aimé cette exposition.
Outre le plaisir de voir des oeuvres de peintres bien connus comme Reynolds et Gainsborough, nous avons eu l’immense joie de découvrir d'excellents peintres dont nous ignorions jusqu'à l'existence : George Romney, Francis Cotes et surtout Johan Zoffany.
Nous avons apprécié à travers les œuvres présentées l'art de la "conversation piece", qui annonce si bien la sensibilité bourgeoise du XIXème siècle, sensibilité qui est encore la nôtre aujourd'hui, à travers les grands romans anglais et français du XIX siècle.
C'est vrai Turner n'était pas vraiment représenté, mais nous avons vu une très belle exposition Turner à Aix-en-Provence il y a 2 ans et une autre va s'ouvrir à Paris le mois prochain au Musée Jacquemart André.
Cela a permis de faire plus de place à George Romney, Francis Cotes et Johan Zoffany et cela valait la peine !
PS : le dimanche à midi il y avait très peu de monde et on pouvait tout voir à son aise.

Publié par Eri le 5 janvier 2020

Déception

Publié par Patrick ff le 30 novembre 2019

Quelques découvertes, les peintres britannique en orient... Mais trop de portraits d'une bourgeoisie compassée. Les paysagistes, Turner en particulier, sont peu représentés. Décevant, par rapport à ma sensibilité personnelle.

Publié par Françoise le 29 novembre 2019

Oui, il n'est pas confortable ce musée et l’on est souvent bousculé mais quelles exposition et expérience. Didactique sans être scolaire. À ne pas manquer.

Publié par Panot le 28 novembre 2019

Agréable expo de cette période anglaise. Bien mise en valeur.

Publié par Alexandre le 20 novembre 2019

Ça aurait pu être une belle exposition mais les œuvres de la première salle ne sont pas en valeur compte tenu de la foule et certaines œuvres sont bien fades. On aurait au Louvre de quoi faire aussi bien sur cette période. Espace plus intimiste bien trouvé pour les aquarelles et quelques belles œuvres néanmoins.

Publié par Ricci le 8 novembre 2019

Une expo qui aurait pu être très intéressante mais qui fût décevante. Outre, des locaux exigus pour une exposition qui attire beaucoup de monde, le titre est très ambitieux au vu des œuvres exposées. Dommage !

Newsletter

Découvrez chaque mercredi notre sélection des meilleures sorties culturelles à Paris !

Également à découvrir...