Le Grand Opéra : le spectacle de l'Histoire

(1 vote et 1 avis)
Ajouter à mes favoris

Bibliothèque-musée de l'Opéra - Palais Garnier
8 rue Scribe 75009 Paris 9e

Histoire / Civilisations

Sous-Rubrique : Histoire / Civilisations
Date de début : 24 octobre 2019
Date de fin : 2 février 2020
Programmation : Tous les jours (sauf 25 décembre, 1er janvier) 10h-17h
Tarifs : entrée 14€, tarif réduit 10€.

Galerie

Description

Cette exposition s’inscrit dans le programme des célébrations du 350e anniversaire de l'institution fondée par Louis XIV. Fruit d’un partenariat entre la BnF et l’Opéra national de Paris, le parcours s'intéresse à l'évolution de l'opéra à la période romantique. De nombreux documents, provenant principalement des collections de la BnF, mettent ainsi en lumière cette grande institution.

Zoom

Place de l'Opéra, la bibliothèque-musée de l’Opéra-Palais Garnier raconte dans son exposition Le Grand Opéra : le spectacle de l'Histoire la naissance et l’apothéose, entre 1828 et 1867, des grands opéras français, entre ambition artistique et superproductions.

La France grandiose

Si l’opéra est né en Italie, il atteint, en France, au XIXe siècle, une forme de sommet. Faisant suite aux spectacles musicaux plébiscités par Louis XIV, le « Grand Opéra » a conservé de ses prédécesseurs l’aspect grandiose. Aux divinités antiques, les créateurs du XIXe substituent les grands personnages de l’histoire de France. Quelques années après la terrible fin de l’épopée napoléonienne, l’objectif est ainsi de glorifier la Nation ; ainsi Histoire et Art seront, dans l’opéra français, toujours intimement liés.

En 1858, la salle Le Peletier, temple du Grand Opéra, est délaissée après qu’on a tenté d’y assassiner Napoléon III. Elle sera remplacée par le Palais Garnier, dont la façade est inaugurée en 1867. Quelques années plus tard, la défaite de Sedan sonnera le glas de ces spectacles grandioses, mais chers, qui ne captent plus vraiment l’air du pays…

La fabrique de l’opéra

L’exposition présentée à la bibliothèque-musée de l’Opéra permet, à travers des manuscrits, tableaux, partitions et maquettes, de plonger au cœur de l’opéra, véritable superproduction de son époque. Les moyens sont considérables : l’équivalent de 300 000€ sont dépensés pour créer Robert le Diable de Meyerbeer, l’un des grands maîtres du genre, et tous les talents artistiques sont mis à contribution.

Sur scène, Verdi et Auber écrivent les partitions qui seront chantées par les grandes voix de l’époque (la soprano Cornélie Falcon) et, spécificités de l’opéra français, dansées par le corps de ballet. Même Wagner, pour son Tannhaüser, joué à Paris en 1861, devra intégrer une scène dansée.

Si les livrets, notamment ceux d’Eugène Scribe, sont des œuvres à eux-seuls, les costumes, de plus en plus réalistes et les décors, gigantesques, participent aussi de l’émerveillement. Alliance de l’art, de l’esthétique et de la science, l’arc électrique créé par l’ingénieur Jules Duboscq en 1849, permet de recréer sur scène un coucher de soleil. Une trouvaille qui ne pouvait se faire que dans la Ville Lumière.

Bibliothèque-musée de l'Opéra - Palais Garnier

Adresse : 8 rue Scribe 75009 Paris 9e
Métro : Opéra (3/7/8)
Site web : www.bnf.fr/fr/opera

1 Avis

Merci de rédiger un avis constructif et utile aux visiteurs, et seulement si vous avez assisté à l'évènement. Votre avis doit être expressément lié à la qualité de l'évènement, de sa scénographie et/ou de son interprétation.
Les messages injurieux, diffamatoires ou auto-promotionnels seront supprimés. Votre avis doit être rédigé dans un français correct, en évitant l'abus de majuscules et de signes de ponctuation.

Quelle note donnez-vous à cet évènement?

Publié par Alain le 7 janvier 2020

L'exposition bien documentée permet d'en savoir un peu plus sur l'histoire et l'évolution de l'opéra à Paris. Le billet permet également la visite de la salle, du grand escalier et d'admirer la décoration foisonnante et très riche par l'emploi de marbres variés typique de l'époque Napoléon III qui en fut le commanditaire. Mais pour mieux apprécier ce monument le mieux est d'assister au moins une fois à une représentation avec la foule des spectateurs et tous les éclairages allumés. Là, le manque d'éclairage rend la visite bien terne et le prix du billet à 14€ est trop élevé à mon avis.

Newsletter

Découvrez chaque mercredi notre sélection des meilleures sorties culturelles à Paris !

Également à découvrir...