Le Marché de l'art sous l'occupation : 1940-1944

  • Le Marché de l'art sous l'occupation : 1940-1944 5.0 1 1 Note des offinautes :
    (1 vote et 1 avis)


    Consulter tous les avis ou Donnez votre avis
  • Avec son exposition Le marché de l’art sous l’Occupation, 1940-1944, le Mémorial de la Shoah, situé au cœur du quartier Saint-Gervais, met en lumière un sujet méconnu : la persistance des échanges et du commerce autour des œuvres durant l’Occupation, ou comment les biens spoliés aux familles juives deviennent une source d’enrichissement majeur pour un occupant qui tente, dans le même temps, d’imposer sa vision de l’art.

    Spoliation et marché parallèle

    Commencée en 1933, lors de leur accession au pouvoir en Allemagne, la politique de spoliation des biens artistiques menée par le régime nazi touche la France en 1940. Les familles juives se voient privées de leurs œuvres lors de campagnes de pillages organisées pour l’occupant par le régime de Vichy.

    Peintures, sculptures et objets sont ainsi confisqués et alimentent, quand ils ne disparaissent pas tout simplement, un gigantesque et très chaotique marché de l’art. On estime ainsi à plus de 2 millions les objets échangés entre 1941 et 1942 à Paris ! Emmanuelle Polack, commissaire de l’exposition, après avoir consacré un livre au sujet, est parvenue, grâce notamment à l’utilisation d’archives inexploitées, à dresser un tableau précis de cet éphémère marché de l’art.

    L’exposition est aussi l’occasion de découvrir des parcours de vie, comme celui de René Gimpel, marchand d’art de la place Vendôme, entré en résistance et déporté au camp de Neuengamme, où il mourra d’épuisement et de mauvais traitement en 1945.

    Une tentative de contrôler les courants artistiques

    La dernière partie de l’exposition est consacrée aux œuvres en elles-mêmes. Dans les galeries encore ouvertes pendant l’Occupation, les nazis tentent d’imposer une certaine idée de l’art, en bannissant notamment l’art moderne, défendu par quelques galeristes courageux.

    Si de nombreuses œuvres n’ont pas retrouvé leurs propriétaires, d’autres sont revenues et seront exposées pour la première fois à Paris, comme des toiles de John Constable, Thomas Couture ou George Romney. Des œuvres qui émeuvent aujourd’hui autant par leur beauté que par leur parcours.


  • Date de début : 20 mars 2019
  • Date de fin : 3 novembre 2019
  • Voir les horaires et tarifs
  • Partager l'évènement :

Il y a 1 avis sur Le Marché de l'art sous l'occupation : 1940-1944


Merci de rédiger un avis constructif et utile aux visiteurs, et seulement si vous avez assisté à l'évènement. Votre avis doit être expressément lié à la qualité de l'évènement, de sa scénographie et/ou de son interprétation.
Les messages injurieux, diffamatoires ou auto-promotionnels seront supprimés. Votre avis doit être rédigé dans un français correct, en évitant l'abus de majuscules et de signes de ponctuation.


5/ 5
, 29 avril 2019
Cette exposition nous fait réfléchir !....

Horaires et tarifs

  Date de début : 20 mars 2019   Date de fin : 3 novembre 2019
  • Programmation : Tous les jours (sauf samedi, 1er janvier, 14 juillet, 15 août, 20 et 28 septembre, 25 décembre) 10h-18h, nocturne jeudi jsq 22h
  • Tarifs : entrée libre.

Mémorial de la Shoah

Comment s'y rendre ?

Le Marché de l'art sous l'occupation : 1940-1944 au Mémorial de la Shoah
Crimes et justices au Moyen Âge
Tour Jean sans Peur
Quand Fellini rêvait de Picasso
Cinémathèque française
Préhistoire, une énigme moderne
Centre Georges-Pompidou
Picasso et la guerre
Musée de l'Armée
La Splendeur retrouvée de la basilique Saint-Denis
Basilique-Cathédrale de Saint-Denis