Musées, Expositions Peinture Beaux-Arts

Genre : Peinture
Lieu : Musée Jacquemart-André, Paris 8e
Date de début : 16 septembre 2022
Date de fin : 23 janvier 2023
Tarifs : Entrée 16€ ; tarif réduit de 9,50 à 15€.

Programmation : Tous les jours 10h-18h, lundi jsq 20h30

Site web : www.musee-jacquemart-andre.com

Pour le confort et la santé de tous, merci de respecter les consignes sanitaires mises en œuvre par les lieux culturels : présentation d'un "pass sanitaire", port du masque, usage de gel hydroalcoolique et distanciation physique.

Présentation

Le peintre britannique, d’origine suisse, Johann Heinrich Füssli (1741-1825) est à l'honneur au musée Jacquemart-André. Le parcours s'intéresse aux thèmes les plus emblématiques de son travail, à travers une soixantaine d’œuvres issues de collections publiques et privées. Peintre de l’étrange, Füssli développe une œuvre paradoxale contournant les règles académiques ; considérée comme marginale à l'époque. Alimentée par une imagination où terreur et horreur se marient, elle est à l’origine esthétique du romantisme noir.

Fils d’un peintre et historien de l’art, Johann Heinrich Füssli (1741-1825) devient pasteur avant de se lancer dans une carrière artistique. Celle-ci débute lors d’un premier voyage à Londres, sous l’influence de Sir Joshua Reynolds, président de la Royal Academy. Des sujets shakespeariens aux représentations du rêve, du cauchemar et des apparitions ; en passant par les illustrations mythologiques et bibliques : Füssli est un artiste de l’imaginaire et du sublime. Il développe une nouvelle esthétique, entre rêve et fantastique. C'est la première exposition monographique qui lui est consacrée à Paris depuis 1975.

L'événement Füssli est référencé dans notre rubrique Beaux-Arts.

Derniers avis

Avis publié par PM le 27 septembre 2022

Je ne connaissais pas, toute découverte est appréciable.
Beaux rendus de bustes et drapés blancs, belles postures de modèles endormis, à côté d’autres toiles assez maladroites.

Avis publié par GEIST le 26 septembre 2022

Il est des peintres qui ne parlent plus à notre époque et font vraiment partie du passé !

Pour une fois, le musée Jacquemart-André ne donne pas dans la facilité ! Après les Botticelli et autres Turner, il a choisi de présenter un peintre suisse à cheval entre le 18e et le 19e siècles, inconnu du grand public, Johann Heinrich Füssli (1741-1825). Qu’il en soit félicité !

Le choix des œuvres présentées témoigne avec talent des sources variées d’inspiration de l’artiste, allant de la mythologie aux œuvres épiques de Shakespeare, en passant par les thèmes religieux (la naissance d’Ève) aux interprétations folles et relevant du délire sur des sujets ordinaires, tels que le sommeil, le cauchemar, les sorcières, etc.

Alors, bien sûr, son époque est peu pourvoyeuse de tels agités et, à cet égard, certains crieront à l’innovation géniale. D’autres, dont je suis, trouveront qu’il faut savoir peindre avant de se lancer dans des errements imaginatifs. Et là, le bât blesse ! Le trait n’est pas achevé, le rendu est maladroit. La beauté et le talent ne sont pas au rendez-vous.

On ressort déçu et on se dit que l’on est décidément loin d’autres artistes qui surent mettre leur génie - car eux, en avaient - au service de l’expression de la beauté ou de la souffrance humaines. Je pense à La Tour ou à Boucher pour n’en citer que deux.

Vous souhaitez disposer d'avis et de commentaires sur une exposition, un film, un musée ou un site culturels, liés à l'histoire ?
Sur la page Facebook « CULTURE AVIS », Gérard GEIST apporte un éclairage personnel, sans langue de bois, sur l'actualité culturelle.
Abonnez-vous.
FB : Gérard Geist

Adresse du lieu

Musée Jacquemart-André

Adresse : 158 boulevard Haussmann 75008 Paris 8e
Métro : Saint-Philippe du Roule (9)

Plan d'accès

Musée Jacquemart-André - Paris 8e
158 boulevard Haussmann

2 avis sur Füssli

Avis publié par PM le 27 septembre 2022

Je ne connaissais pas, toute découverte est appréciable.
Beaux rendus de bustes et drapés blancs, belles postures de modèles endormis, à côté d’autres toiles assez maladroites.

Avis publié par GEIST le 26 septembre 2022

Il est des peintres qui ne parlent plus à notre époque et font vraiment partie du passé !

Pour une fois, le musée Jacquemart-André ne donne pas dans la facilité ! Après les Botticelli et autres Turner, il a choisi de présenter un peintre suisse à cheval entre le 18e et le 19e siècles, inconnu du grand public, Johann Heinrich Füssli (1741-1825). Qu’il en soit félicité !

Le choix des œuvres présentées témoigne avec talent des sources variées d’inspiration de l’artiste, allant de la mythologie aux œuvres épiques de Shakespeare, en passant par les thèmes religieux (la naissance d’Ève) aux interprétations folles et relevant du délire sur des sujets ordinaires, tels que le sommeil, le cauchemar, les sorcières, etc.

Alors, bien sûr, son époque est peu pourvoyeuse de tels agités et, à cet égard, certains crieront à l’innovation géniale. D’autres, dont je suis, trouveront qu’il faut savoir peindre avant de se lancer dans des errements imaginatifs. Et là, le bât blesse ! Le trait n’est pas achevé, le rendu est maladroit. La beauté et le talent ne sont pas au rendez-vous.

On ressort déçu et on se dit que l’on est décidément loin d’autres artistes qui surent mettre leur génie - car eux, en avaient - au service de l’expression de la beauté ou de la souffrance humaines. Je pense à La Tour ou à Boucher pour n’en citer que deux.

Vous souhaitez disposer d'avis et de commentaires sur une exposition, un film, un musée ou un site culturels, liés à l'histoire ?
Sur la page Facebook « CULTURE AVIS », Gérard GEIST apporte un éclairage personnel, sans langue de bois, sur l'actualité culturelle.
Abonnez-vous.
FB : Gérard Geist

Donner mon avis sur Füssli

Quelle note donnez-vous à cet évènement ?

Nota Bene : pour être publié, le contenu de votre avis doit respecter nos conditions générales d'utilisation.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.

Réseaux sociaux