Musée Jacquemart-André

Galerie

158 boulevard Haussmann 75008 Paris 8e

M Saint-Philippe du Roule (9)

2 Événements programmés en Expositions

Du 13 septembre 2019 au 20 janvier 2020.
Programmation permanente : Tous les jours 10h-18h ; nocturne lundi jsq 20h30 (période expo temp.).
.

À propos du lieu

En 1868, Édouard André, héritier d'une famille de banquiers protestants commande un hôtel particulier à l'architecte Henri Parent. Les travaux ont lieu jusqu'en 1875 sur un terrain près du boulevard Haussmann. Grand amateur d'art, Édouard André met sa fortune au service de l'acquisition d'œuvres d'art qu'il expose dans ce nouvel hôtel particulier. 
En 1872, Nélie Jacquemart une jeune artiste de huit ans sa cadette réalise son portrait. Il l'épouse en 1881. Le couple n'aura jamais d'enfants mais consacrera sa vie à la constitution d'une collection d'œuvres d'art avec pour ambition de l'exposer au public. Ils n'auront de cesse d'aménager leur hôtel particulier comme un véritable musée. Édouard André meurt  en 1894, Nélie Jacquemart en 1912. Selon leurs volontés, la collection et l'hôtel seront légués à l'Institut de France afin de créer un musée.

En 1913, le président Raymond Poincaré inaugure le Musée Jacquemart-André. Les collections rassemblent ainsi des œuvres de peintures françaises et hollandaises du XVIIIème siècle, de la Renaissance italienne, ainsi que du mobilier et des objets d'art.

"En véritables mécènes, Édouard André et Nélie Jacquemart étaient animés par de profondes valeurs philanthropiques et par une forte conviction : l'art se partage. Aujourd'hui, plus que jamais, le visiteur rend cet adage actuel. Le plus bel hommage qu'on puisse rendre à ce couple hors du commun…"  

Le musée est géré depuis 1996 par Culturespaces, premier opérateur privé dans la gestion et la mise en valeur des monuments et musées français. Fort de plus de 2,5 millions de visiteurs par an, l'entreprise est également en charge, entre autres, des Arènes de Nîmes et du Théâtre Antique d'Orange.

Le musée est ouvert en nocturne les lundis et samedis uniquement en période d'expositions temporaires.

Ce lieu est répertorié dans nos rubriques : Musique, Pour les jeunes, Musées, Expositions.
Réservation : 01.45.62.11.59
Horaires : Tous les jours 10h-18h ; nocturne lundi jsq 20h30 (période expo temp.)
Tarifs : entrée 12€, tarif réduit 10€ (sauf pdt expo. temp. — Audioguide gratuit pr les collect. perm.).

5 Avis

Merci de rédiger un avis constructif et utile aux visiteurs, et seulement si vous avez assisté à l'évènement. Votre avis doit être expressément lié à la qualité de l'évènement, de sa scénographie et/ou de son interprétation.
Les messages injurieux, diffamatoires ou auto-promotionnels seront supprimés. Votre avis doit être rédigé dans un français correct, en évitant l'abus de majuscules et de signes de ponctuation.

Quelle note donnez-vous à cet évènement?

Publié par Frédéric Simon le 29 septembre 2018

Une exposition temporaire avec 7 tableaux du Caravage et 24 d'autres peintres de son époque. On devrait l'appeler l’époque de Caravage et pas Caravage amis ennemis. Le titre est trompeur et les salles exigus.

Publié par Didier Julien-Laferrière le 2 mai 2015

Les expositions temporaires du musée Jaquemart-André sont de taille relativement modeste mais se distinguent le plus souvent par un choix des oeuvres rigoureux, un agencement intelligent, des textes d'accompagnement accessibles à tous, une mise en espace claire. L'opus actuel, "De Giotto à Caravage" ne déroge pas à cette impression.

Publié par alassimone le 17 décembre 2014

Je ne comprends pas non plus la note moyenne attribuée. La visite de la demeure en elle-même est très intéressante. La demeure bourgeoise est magnifique.
L'exposition sur Le Perugin (2014) était très bien présentée et les oeuvres très bien mises en valeur.

Publié par tourreau le 7 janvier 2014

Mérite beaucoup plus que la note moyenne attribuée. Je l'ai fait découvrir à plusieurs parisiens qui n'en avaient jamais entendu parler et qui en sont ressortis bluffés.

Publié par karminhaka le 20 septembre 2012

Il est toujours intéressant de comparer des monuments peints par deux peintres différents. L'exposition Canaletto-Guardi est d'autant plus passionnante que la stimulation visuelle repose sur une double postulation : Guardi reprend souvent les mêmes tableaux de Canaletto des decennies après qu'ils aient été peints par le précoce Canaletto, mais pour leur insuffler son propre style ; il se fait par ailleurs le chantre d'une pratique initiée par son aîné, comme les caprices (peinture des ruines). On sort de l'expo en ayant à l'esprit comment deux styles s'affirment : là où Canaletto fait montre d'une rigueur extrême dans sa composition (tout en étant souvent irrespectueux dans sa restitution des lieux peints), Guardi vire vers un tracé beaucoup plus baroque. Vraiment stimulant.

Newsletter

Découvrez chaque mercredi notre sélection des meilleures sorties culturelles à Paris !

retrouvez-nous sur...

Vous pouvez suivre L'Officiel des spectacles sur les principaux réseaux sociaux :

Facebook
Twitter
Google+
Pinterest