Requiem de Fauré : Requiem pour une renaissance

Maîtrise Notre-Dame de Paris © Franck Rémy

Le 12 janvier, l’Auditorium Michel Laclotte du Louvre sera investi par la Maîtrise de Notre-Dame de Paris avec un programme autour du Requiem de Gabriel Fauré, dont on célèbre le centenaire de la mort cette année.

Le 15 avril 2019, la Maîtrise de Notre-Dame s’est retrouvée privée de sa cathédrale détruite par le feu. Un bouleversement qui a conduit ses 150 jeunes chanteurs d’âges divers et sa vingtaine de professeurs à se réinventer. La Maîtrise, habituée à ne se produire qu’à Notre-Dame depuis 850 ans, s’est déployée ailleurs, permettant de mieux la faire connaître et allant même jusqu’à tourner aux États-Unis l’automne dernier ou à chanter à l’Opéra de Paris.

Trésor immatériel

C’est au Louvre qu’on la retrouvera le 12 janvier, tandis que le musée présente une exposition consacrée au « Trésor de Notre-Dame ». « Parmi ce trésor, il y a tout le patrimoine, notamment liturgique, mais aussi celui immatériel comme les chanteurs et la musique » raconte le directeur de la Maîtrise de Notre-Dame, Henri Chalet. « C’est donc un beau symbole de faire intervenir la Maîtrise ».

Monument

Au cœur du concert donné au Louvre en compagnie de l’Orchestre national Auvergne-Rhône-Alpes, le Requiem en ré mineur de Gabriel Fauré, composé en 1893, fera ressentir son « ambiance très reposante, que Fauré voyait comme une berceuse », explique Henri Chalet. « Il est l’un des monuments de la musique classique, l’une des œuvres les plus jouées de Fauré, et un incontournable du répertoire que l’on fait régulièrement travailler à nos étudiants au sein de la Maîtrise ».

Comme à la maison

Pour y répondre, le chef de chœur a concocté un programme autour de la musique française avec l’envie d’explorer d’autres répertoires et de proposer « des pièces lumineuses et vives ». Deux pièces pour piano et chœur de Fauré, Madrigal et Les Djinns, seront interprétées, ainsi que d’autres de Claude Debussy ou encore une plus contemporaine, L’Invitation au voyage, inspirée par Baudelaire à Yves Castagnet, l’organiste titulaire de Notre-Dame. « Il connaît bien la Maîtrise, son esthétique musicale, la cathédrale, et sa musique rayonne de cette expérience. Alors quand on chante du Castagnet, on se sent à la maison », révèle Chalet.

Une maison que s’apprête bel et bien à retrouver la Maîtrise dans quelques mois. Prête pour le rendez-vous, « l'âme de la cathédrale », comme l’appelle Henri Chalet, veut montrer que « c’est un beau monument mais avec des pierres vivantes. »

Le Requiem de Fauré à l'Auditorium du Louvre le 12 janvier 2024

Partager cet article sur :

Nos derniers articles

Mis à jour le 21 mai 2024 [Concerts]

D'Aix-en-Provence à Saint-Denis en passant par Évian, artistes lyriques et musiciens vous donnent rendez-vous tout l'été durant pour (re)découvrir les chefs-d'œuvre de la musique classique.

Mis à jour le 22 mai 2024 [Concerts]

Pour ses 20 ans et alors qu’un septième album vient de sortir, Nouvelle Vague, l’iconoclaste groupe de reprises de mélodies post-punk mené par Marc Collin, déferlera sur le Trianon le 4 juin.

Le groupe Belle & Sebastian jouera à la salle Pleyel le 28 mai. L’occasion pour les Écossais de célébrer leur riche discographie et de revenir sur leurs deux derniers albums parus récemment.

Le 21 mai au Théâtre des Champs-Élysées, la soprano Sandrine Piau incarnera la reine égyptienne Bérénice, héroïne d’un opéra méconnu de Haendel, accompagnée de l’orchestre Il Pomo d’Oro dirigé par Francesco Corti.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.