Chère Léa

De Jérôme Bonnell (2020)
Cinémas Comédie 1h30

Réalisateur : Jérôme Bonnell
Principaux artistes : Grégory Montel, Grégory Gadebois, Anaïs Demoustier, Nadège Beausson-Diagne
Genre : Comédie
Nationalité : France
Durée : 1h30
Année de réalisation : 2020
Date de sortie : 15 décembre 2021
Distributeur : Diaphana

Présentation

Après une nuit arrosée, Jonas décide sur un coup de tête de rendre visite à son ancienne petite amie, Léa, dont il est toujours amoureux. Malgré leur relation encore passionnelle, Léa le rejette. Éperdu, Jonas se rend au café d'en face pour lui écrire une longue lettre, bousculant ainsi sa journée de travail, et suscitant la curiosité du patron du café. La journée ne fait que commencer.

Suite à un projet de long-métrage avorté faute de financements, Jérôme Bonnell, réalisateur de Chère Léa, a souhaité se pencher sur un projet moins coûteux mais sûr d'aboutir. « Je me posais beaucoup de questions sur mon métier, sur la consommation effrénée des images et de l’information, qui rendent, à mon sens, la place du cinéaste de plus en plus difficile à caractériser. Alors j’ai pensé aux fondamentaux du cinéma je suis parti à la recherche d’un geste quasi-originel, en me disant : choisissons un cadre, et mettons autant de soin dans ce qui est montré que dans ce que l’on cache. J’ai eu l’idée d’un film sur le hors-champ », explique le réalisateur.

Casting

Derniers avis

Avis publié par richard le 13 janvier 2022

Cher Jérôme Bonnell,
Je viens d’aller voir le film, je suis tout à fait touché et même à certains moments bouleversé par tout ce que cela fait remonter à la surface. En particulier le rapport à l’écriture qu’on ne peut pas lâcher. Un vif chagrin m’a envahi quand Jonas a consenti à se séparer des feuillets… Je venais de vivre un épisode tout récemment de cet ordre (un texte que j’ai écrit pour une raison funèbre ces jours-ci), c’est bien de cette douleur là qu’il s’agit, et qui m’a étreint tout au long du film. Beaucoup de choses à vous dire.
Bien sûr, je vous retrouve vous et votre regard sur le monde, jamais incisif ni indicatif, juste cette façon d’approcher l’intimité de chacun en lui laissant toute de la place. Il y a ce rapport particulier avec le « chacun ». Il y a une place pour chacun, même si on ne fait que l’entrevoir (comme ce bonhomme sur son brancard dans le couloir de l’hôpital). La fin merveilleuse en silence dans la voiture donne beaucoup à penser comme vous.
Les acteurs sont tous impressionnants. À aucun moment on a l’impression de quelque chose de fabriqué, (ce qui gêne tellement parfois dans le cinéma), ce côté pour de faux qui saute aux yeux. Chose étrange, alors que tout cela demande tellement de travail et une très grande méticulosité dans les détails, les articulations, les enchaînements, on a l’impression que c’est filmé sur le vif, qu’on vient de le vivre.
En sortant du cinéma, mon épouse, elle aussi très émue par cette façon de suggérer l’inaccessible, l’insaisissable de l’amour, de l’autre, de sa présence déjà absente, s’est dite apaisée par une grande douceur. Et du coup quand la violence apparaît, le contraste est saisissant..
Il y a tant à voir dans ce film, tant de moments de vie qui se dérobent aussitôt que perçus…. Enfin voilà, j’ai été bouleversé, et traversé par des registres émotionnels multiples. Mais toujours un fond de tristesse m’a accompagné, au bord des larmes, du début jusqu’à la fin.

Avis publié par Dorine le 9 janvier 2022

Tout en douceur et en charme.
On reconnaît bien la patte de ce réalisateur. Le moment passé est tendre. On a envie de trouver l’adresse de ce café, de s’y installer, d’écrire des lettres, ça tombe bien, c’est la période des vœux.

Avis publié par Catherine le 7 janvier 2022

Ce n’est pas un film... une farce plutôt !

Avis publié par Remy le 17 décembre 2021

Beaucoup de charme. Le film est reposant, bien interprété, touchant. Quand il s’achève, on pense n’en être encore qu’au début...

Paris 6
Théâtre du Lucernaire
53 rue Notre-Dame-des-Champs
Paris 6e
11:00
Paris 6
Théâtre du Lucernaire
53 rue Notre-Dame-des-Champs
Paris 6e
11:00

4 avis sur Chère Léa

Avis publié par richard le 13 janvier 2022

Cher Jérôme Bonnell,
Je viens d’aller voir le film, je suis tout à fait touché et même à certains moments bouleversé par tout ce que cela fait remonter à la surface. En particulier le rapport à l’écriture qu’on ne peut pas lâcher. Un vif chagrin m’a envahi quand Jonas a consenti à se séparer des feuillets… Je venais de vivre un épisode tout récemment de cet ordre (un texte que j’ai écrit pour une raison funèbre ces jours-ci), c’est bien de cette douleur là qu’il s’agit, et qui m’a étreint tout au long du film. Beaucoup de choses à vous dire.
Bien sûr, je vous retrouve vous et votre regard sur le monde, jamais incisif ni indicatif, juste cette façon d’approcher l’intimité de chacun en lui laissant toute de la place. Il y a ce rapport particulier avec le « chacun ». Il y a une place pour chacun, même si on ne fait que l’entrevoir (comme ce bonhomme sur son brancard dans le couloir de l’hôpital). La fin merveilleuse en silence dans la voiture donne beaucoup à penser comme vous.
Les acteurs sont tous impressionnants. À aucun moment on a l’impression de quelque chose de fabriqué, (ce qui gêne tellement parfois dans le cinéma), ce côté pour de faux qui saute aux yeux. Chose étrange, alors que tout cela demande tellement de travail et une très grande méticulosité dans les détails, les articulations, les enchaînements, on a l’impression que c’est filmé sur le vif, qu’on vient de le vivre.
En sortant du cinéma, mon épouse, elle aussi très émue par cette façon de suggérer l’inaccessible, l’insaisissable de l’amour, de l’autre, de sa présence déjà absente, s’est dite apaisée par une grande douceur. Et du coup quand la violence apparaît, le contraste est saisissant..
Il y a tant à voir dans ce film, tant de moments de vie qui se dérobent aussitôt que perçus…. Enfin voilà, j’ai été bouleversé, et traversé par des registres émotionnels multiples. Mais toujours un fond de tristesse m’a accompagné, au bord des larmes, du début jusqu’à la fin.

Avis publié par Dorine le 9 janvier 2022

Tout en douceur et en charme.
On reconnaît bien la patte de ce réalisateur. Le moment passé est tendre. On a envie de trouver l’adresse de ce café, de s’y installer, d’écrire des lettres, ça tombe bien, c’est la période des vœux.

Avis publié par Catherine le 7 janvier 2022

Ce n’est pas un film... une farce plutôt !

Avis publié par Remy le 17 décembre 2021

Beaucoup de charme. Le film est reposant, bien interprété, touchant. Quand il s’achève, on pense n’en être encore qu’au début...

Donner mon avis sur Chère Léa

Quelle note donnez-vous à cet évènement ?

Newsletter

Chaque mercredi, le top des sorties culturelles à Paris !