Clara Sola

De Nathalie Alvarez Mesen (2021)
Cinémas Drame 1h46

Réalisation : Nathalie Alvarez Mesen
Principaux artistes : Wendy Chinchilla Araya, Daniel Castañeda Rincón, Ana Julia Porras Espinoza, Flor María Vargas Chavez
Genre : Drame
Nationalité : Suède, Allemagne, Costa Rica, Belgique
Durée : 1h46
Année de réalisation : 2021
Date de sortie : 1er juin 2022
Distributeur : Epicentre Films

Présentation

Clara, une femme de 40 ans, mène une existence retirée et en relation intuitive avec la nature, ses proches étant fermement persuadés qu'elle a un lien particulier avec Dieu. En tant que guérisseuse, elle soutient donc une famille et un village qui ont besoin d'espoir. Mais la sexualité de Clara, qui a toujours été réprimée par sa mère, est stimulée par son attirance pour le nouveau petit ami de sa nièce.

Issue d'une famille nombreuse majoritairement composée de femmes, Nathalie Alvarez Mesen consacre son premier long-métrage, Clara Sola, à l'émancipation d'une d'entre elles. « Clara est un personnage qui a grandi dans un modèle conservateur, et j’étais intéressée d’explorer qui elle était vraiment quand elle n’avait aucun rôle à jouer – seule avec la nature, sans filtre », explique la réalisatrice. Le film a été présenté dans le cadre de la Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes en 2021.

Casting

Réalisation : Nathalie Alvarez Mesen

Distribution : Wendy Chinchilla Araya (Clara), Daniel Castañeda Rincón (Santiago), Ana Julia Porras Espinoza (Maria), Flor María Vargas Chavez (Fresia)

Casting technique : Maria Camila Arias (Scénario), Ruben De Gheselle (Musique), Nathalie Alvarez Mesen (Scénario)

Clara Sola : la critique

Clara a une quarantaine d’années et vit au Costa-Rica avec sa mère et sa nièce dans une ferme perdue en pleine nature. Tout autour de la propriété, des rubans mauves noués à des piquets lui signalent la limite à ne pas franchir. C’est que Clara est un peu spéciale. Introvertie, peu loquace, elle a parfois un comportement enfantin et imprévisible…

Solitaire, Clara ne semble réellement communiquer qu’avec Yuca, la jument dont elle s’occupe avec dévouement. Souffrant d’une déformation de la colonne vertébrale, elle a des difficultés à se mouvoir mais sa nièce Maria l’aide au quotidien. Clara aurait vu la Vierge Marie, et les villageois des alentours viennent régulièrement solliciter sa bénédiction, susceptible, dit-on, de faire des miracles. Y croit-elle ? Ne répond-elle qu’au désir de sa mère si pieuse ? C’est alors qu’arrive Santiago, jeune homme venu emprunter la jument, qui ne la laisse pas indifférente. Problème : Maria s’en éprend, et cela semble réciproque. Par ailleurs, la sexualité est taboue pour la mère de Clara, qui en réprime toute expression chez sa fille. Peu à peu, ce petit univers va se fissurer, laissant enfin jaillir la fougue indomptable de Clara, si longtemps étouffée… La réalisatrice Nathalie Álvarez Mesén nous plonge dans une atmosphère toute à fait singulière, à la fois bucolique et mystique, avec ça et là les éclairs d’un érotisme farouche.

Éloge sensuel d’une libération

La cinéaste filme son actrice principale au plus près, guettant l’étincelle dans son regard sombre, suivant ses mains caressant des feuilles, flattant la jument ou manipulant un scarabée. Cette approche sensitive de la mise en scène agit comme un charme ensorcelant, faisant subtilement glisser le spectateur dans la réalité aussi naïve qu’inquiétante de son héroïne. Ce que dévoile ce récit, qui a l’intelligence de se concentrer sur l’essentiel sans s’encombrer de péripéties inutiles, c’est la puissance d’une volonté de vivre irréductible, refusant les contraintes sociales, morales ou religieuses. Si certaines actions de Clara demeurent indéchiffrables, il n’est sans doute pas exagéré de voir, dans cette sorte de fable tourmentée, comme un précis de rébellion à usage de toutes les femmes que l’on tente de soumettre.

Derniers avis

Avis publié par MADDALUNO le 24 juin 2022

Une mère et ses trois filles vivant dans la nature au Costa Rica, dont une fille Clara qui a un don pour communiquer avec Dieu mais que sa famille sous estime en la réprimant. Elle est très attachée aux animaux et insectes, notamment Yuca la jument blanche louée pour les touristes. Elle a une frustration d'amour intime et de liens avec les autres, ce qui la rend peut-être sauvage par moments. Film intéressant qui met en lumière le poids de la religion dans les familles. A voir.

Paris 10
L'Archipel
17 boulevard de Strasbourg
Paris 10e
VO
12:50
Paris 10
L'Archipel
17 boulevard de Strasbourg
Paris 10e
VO
11:00

1 avis sur Clara Sola

Avis publié par MADDALUNO le 24 juin 2022

Une mère et ses trois filles vivant dans la nature au Costa Rica, dont une fille Clara qui a un don pour communiquer avec Dieu mais que sa famille sous estime en la réprimant. Elle est très attachée aux animaux et insectes, notamment Yuca la jument blanche louée pour les touristes. Elle a une frustration d'amour intime et de liens avec les autres, ce qui la rend peut-être sauvage par moments. Film intéressant qui met en lumière le poids de la religion dans les familles. A voir.

Donner mon avis sur Clara Sola

Quelle note donnez-vous à cet évènement ?

Nota Bene : pour être publié, le contenu de votre avis doit respecter nos conditions générales d'utilisation.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.

Réseaux sociaux