Une femme dont on parle

De Kenji Mizoguchi (1954)
Cinémas Comédie dramatique 1h24 Réédition

Réalisation : Kenji Mizoguchi
Principaux artistes : Kinuyo Tanaka, Yoshiko Kuga, Tomoemon Otani, Eitaro Shindo
Genre : Comédie dramatique
Titre original : Uwasa no onna
Nationalité : Japon
Durée : 1h24
Année de production : 1954
Distributeur : Max Linder

Présentation

Dans un quartier sensible de Kyoto, Hatsuko dirige une maison de geishas. Sa fille, Yukiko, étudie la musique à Tokyo. Quand elle tente de se suicider après un échec sentimental, sa mère décide de la reprendre chez elle, bien que Yukiko exècre son métier. Bientôt, la jeune femme tombe amoureuse du médecin qui la soigne, ignorant qu'il est l'amant de sa mère.

« Le 24 août 1956 mourait à Kyoto le plus grand cinéaste japonais. Et même l'un des plus grands cinéastes tout court. Kenji Mizoguchi était l'égal d'un Murnau ou d'un Rossellini... », disait Jean-Luc Godard. Le réalisateur japonais a indéniablement marqué le cinéma par ses œuvres poétiques et subtiles. Si Une femme dont on parle est un film plus méconnu dans sa filmographie, sa ressortie en version restaurée est le meilleur moyen de le découvrir.

Une femme dont on parle : la distribution

Réalisation : Kenji Mizoguchi

Casting : Kinuyo Tanaka (Hatsuko), Yoshiko Kuga (Yukiko), Tomoemon Otani (le docteur), Eitaro Shindo (Yasuichi), Miyake Brontaro (Kobayashi)

Distribution technique : Masashige Narusawa (scénario), Yoshikata Yoda (scénario)

Avant Une femme dont on parle, Kenji Mizoguchi a réalisé Les Amants crucifiés en 1954, L'Intendant Sansho en 1954, Contes de la lune vague après la pluie en 1953 et Les Musiciens de Gion en 1953.

Le scénario du film a été écrit par Yoshikata Yoda, qui avait déjà écrit Les Amants crucifiés en 1954, Contes de la lune vague après la pluie en 1953, La Vie d'Oharu, femme galante en 1952 et Miss Oyu en 1951.

Parmi les actrices et acteurs principaux, on a pu voir au cinéma Kinuyo Tanaka dans L'Intendant Sansho (1954) et Le Trône du théâtre Nô (1953) et Yoshiko Kuga dans Frère aîné, soeur cadette (1953) et Lettre d'amour (1953).

Derniers avis sur le film : Une femme dont on parle

Avis publié par Salles-cinema.com le 12 septembre 2019

Amours et drames dans une maison de geishas de Kyoto. Un quasi huis-clos passionnant avec une mise en scène d'une grande beauté. Une extraordinaire découverte cinématographique.

Avis publié par matti jarvinen le 13 mars 2017

C'est un film remarquable par sa mise en scène , l'écran est constamment animé par des mouvements , des regards , des visages .

Paris 6
Christine Cinéma Club
4 rue Christine
Paris 6e
VO
14:00

2 avis sur Une femme dont on parle

Avis publié par Salles-cinema.com le 12 septembre 2019

Amours et drames dans une maison de geishas de Kyoto. Un quasi huis-clos passionnant avec une mise en scène d'une grande beauté. Une extraordinaire découverte cinématographique.

Avis publié par matti jarvinen le 13 mars 2017

C'est un film remarquable par sa mise en scène , l'écran est constamment animé par des mouvements , des regards , des visages .

Donner mon avis sur Une femme dont on parle

Quelle note donnez-vous à cet évènement ?

Nota Bene : la modération des avis s'effectue a posteriori. C'est à dire qu'un avis provisoirement affiché peut être refusé par la suite.
Pour être publié, le contenu de votre avis doit respecter nos conditions générales d'utilisation.
Pour les questions concernant des billets achetés via notre intermédiaire (accueil, placement, tarifs), il est nécessaire de contacter notre service client.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.