Arcade Fire joue avec le feu de Bercy

La formation canadienne, portée par son nouvel album WE, s’apprête à électriser l’Accor Arena le 15 septembre. Arcade Fire jouit d’un public solide et d’une présence scénique magistrale : la soirée s’annonce grandiose.

Qu’il est difficile de décrire Arcade Fire. Doit-on commencer par les présenter comme une affaire de famille – Régine Chassagne et Win Butler, têtes pensantes du groupe, sont mariés ? Ce serait bien trop réducteur. Comme une machinerie rock établie dès le début des années 2000, au succès jamais démenti et toujours amplement mérité ? Ce serait trop large. Comme le repaire de musiciens surdoués, tous multi-instrumentistes, passant sans mal sur scène de l’accordéon à la batterie, de l’orgue au xylophone, du violoncelle à la harpe ? Ce serait déjà plus à-propos.

Objet brûlant non-identifié

Arcade Fire est un vaisseau absolument indéfinissable dans le paysage musical international, aux tendances épiques, à la limite du cosmique. Le doute quant à la performance attendue au sein du mastodonte Accor Arena n’est donc pas permis ; Arcade Fire est une formation à la fois perfectionniste au dernier degré en studio – ce qui offre des morceaux d’une qualité rare – et une vraie formation live, qui propose des concerts aux allures de grands-messes. Leur sixième album, WE, issu de deux ans de travail acharné, s’invite donc sur la scène française cinq ans après le dernier, Everything Now, un virage électro temporaire lui-même précédé des succès fulgurants Funeral et The Suburbs.

Arcade Fire, à nouveau tout feu tout flamme

Les dix pistes de WE reviennent aux sources : rock, pop, touches de folk. Le groupe continue à surprendre, à innover, à mélanger les sons et les influences. Car Arcade Fire est un catalyseur, on y trouve ce que l’on aime, ce que l’on a envie d’y entendre : l’influence revendiquée et évidente de David Bowie est toujours présente, mais il n’est pas rare non plus de pêcher dans les morceaux d’’Arcade Fire du punk, d’y entendre du U2, du rythme à la Blondie, d’y savourer des instantanés Clash-esques ou des grandiloquences à la Genesis – Peter Gabriel reprendra même leur tube de 2007 « My Body Is a Cage »… mais c’est au groupe seul qu’il revient d’enflammer l’Accor Arena ; ce qu’il devrait réussir sans mal.

Partager cet article sur :

Nos derniers articles

Publié le 25 septembre 2022 [Musique]

La chanteuse-compositrice américaine Madeleine Peyroux donne une date unique à Paris, au sein de la salle Gaveau, le 9 octobre prochain. L’occasion pour sa voix unique de renouer le lien avec Paris, sa ville de cœur.

Fort de la sortie il y a quelques mois de son nouvel album Moonlight Love Affair, Parov Stelar prouvera une nouvelle fois son talent pour faire danser les foules lors de son prochain passage au Zénith le 5 octobre.

Publié le 19 septembre 2022 [Musique]

Le samedi 24 septembre 2022 a lieu la 24e Techno Parade parisienne, de retour après une interruption de deux ans causée par la pandémie. Découvrez le parcours complet, les chars et les artistes présents pour cette grande fête des musiques électroniques en plein air !

Publié le 16 septembre 2022 [Musique]

La symphonie dramatique Roméo et Juliette d’Hector Berlioz est à l’honneur le 30 septembre dans l’auditorium de la Maison de la Radio et de la Musique, dans une interprétation qui ne manquera certainement pas d’intensité de la part des Chœurs et de l’Orchestre Philharmonique de Radio France, dirigé pour l’occasion par Daniel Harding.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.

Réseaux sociaux