Cécile McLorin Salvant à la Philharmonie : ogresse merveilleuse

L’autrice-compositrice virtuose, dont les influences se partagent entre la France et les États-Unis, propose deux dates les 3 et 4 décembre à la Philharmonie de Paris. Elle y présentera son objet musical non identifié, un conte d’ogresse aux accents jazz.

Voix d’or et conte fêlé

Ceux qui connaissent Cécile McLorin Salvant l’apprécient pour sa voix d’or, son appropriation du répertoire jazz, sa virtuosité technique – ses trois Grammy Awards en témoignent, s’il le fallait – et ses influences larges : folk, rock, world music composent le terreau des albums de l’artiste franco-américaine.

Ghost Song, le dernier en date, est sorti en mars dernier ; elle y proposait des compositions originales et des reprises, de Kate Bush notamment et son classique « Wuthering Heights », de Sting, de la figure tutélaire Gregory Porter. Cet album lui vaut une nomination aux Grammy Awards. Mais ce n’est pas pour ses chansons hantées que l’on réserve une place à la Philharmonie de Paris les 3 et 4 décembre : non, c’est pour Ogresse, une pièce musicale de 80 minutes, que Cécile McLorin Salvant a conçue et écrite entièrement seule pendant le confinement.

Promenons-nous dans les voix

Ogresse est à la fois une histoire d’amour et un conte musical centré autour de cette femme à la « peau chocolat », habitante des bois, coiffée d’une couronne d’os et mangeuse d’humains. Deux chansons en français, les autres en anglais, le tout orchestré par Darcy James Argue, compositeur canadien connu notamment pour son travail avec le big band Secret Society. Un rôle sur mesure pour celui qui se charge de diriger la chanteuse accompagnée de neuf musiciens de jazz et d’un quatuor à cordes. Cécile McLorin Salvant est seule vocaliste de l’ensemble, passant d’un personnage à l’autre, d’un thème au suivant avec une fluidité folle.

Cécile McLorin Salvant évoquait il y a quelques temps la volonté de transformer son Ogresse musicale en film d’animation basé sur ses propres dessins ; le projet, désormais mené avec une réalisatrice belge, fait sens puisqu’Ogresse est inspiré d’un tableau du peintre haïtien Gérard Fortuné, représentant une divinité. De la scène à l’iconographie, Cécile McLorin Salvant se réinvente en permanence, et il faut aller voir et écouter Ogresse pour ses valses jazz et ses ballades rythmiques.

Concert de Cécile McLorin Salvant à la Philharmonie, les 3 et 4 décembre 2022

Partager cet article sur :

Nos derniers articles

Publié le 17 novembre 2022 [Musique]

Le musicien Gilberto Gil s’associe à nouveau au chef d’orchestre Aldo Brizzi pour présenter Amor Azul, un opéra en deux actes, inspiré des mythes hindouistes et du tropicalisme, à la Maison de la Radio et de la Musique les 2, 3 et 4 décembre prochains.

Le groupe indie rock réinvestit le Zénith de Paris le 22 novembre pour présenter son quatrième album studio ; un show à l’image de la formation, décalé et créatif.

Publié le 4 novembre 2022 [Musique]

Pour sa deuxième édition, le festival Pianomania investit des salles illustres comme celle de Pleyel et les théâtres de l’Athénée, Marigny et des Bouffes du Nord. Durant cinq jours, du 18 au 22 novembre, de nombreux musiciens, de Jamie Cullum à Yaron Herman en passant par Laurent de Wilde, célèbrent le piano.

À l’occasion de l’exposition Forces spéciales qui se tient en ses murs, l’hôtel national des Invalides a concocté une saison musicale particulière pour lui faire écho. L’Orchestre symphonique de la Garde républicaine et la violoniste Geneviève Laurenceau revisitent les plus grands airs des films de guerre le 15 novembre prochain dans le cadre exceptionnel de la cathédrale Saint-Louis des Invalides.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.

Réseaux sociaux
NOËL 2022 À PARIS

Que faire à Noël à Paris ?
Illuminations, vitrines, marchés, sorties, spectacles, concerts... pour célébrer la fin d'année dans la capitale.