Te Deum en miroir : double programme

L’ensemble Les Surprises de Louis-Noël Bestion de Camboulas met à l’honneur deux Te Deum du Grand Siècle dans le concert Te Deum en miroir à l’Auditorium du Louvre le 1er février.

À l’écart de la Cour

Un duel de Te Deum, voilà un évènement peu commun. À ma gauche, celui célèbre de Marc-Antoine Charpentier, à ma droite, celui totalement inédit d’Henry Desmarets. « Ces deux compositeurs sont restés dans l’ombre de Lully. S’il a été beaucoup joué à son époque, Charpentier n’était pas dans le cercle officiel de Versailles. Desmarets n’a pas eu la carrière qu’il méritait et a connu une histoire mouvementée, puisqu’il a été contraint de quitter la Cour et a même dû s’exiler pour éviter d’être pendu. Tous les deux ont emprunté des chemins de traverse » raconte Louis-Noël Bestion de Camboulas. Preuve notamment de cet écart, le surnom même du Te Deum de Desmarets, dit « de Lyon », éclaire une « autre manière d’envisager la pratique musicale en-dehors de Paris ».

Charpentier et Desmarets ont finalement beaucoup en commun, de quoi nourrir un dialogue sans doute fertile. « Tous les deux ont un attrait pour la musique italienne, interdite par Lully et Louis XIV, et ils ont cherché des influences là-bas. Ils ont aussi un côté théâtral dans leurs compositions. », explique le chef d’orchestre.

Une redécouverte commune

Fondateur de l’ensemble Les Surprises en 2010, Louis-Noël Bestion de Camboulas a désormais l’habitude de faire connaître des trésors oubliés du répertoire des XVIIe et XVIIIe siècles. Un long travail en bibliothèque, à la recherche de partitions, qui tient « de la fouille », précise cet archéologue de la musique : « C’est excitant de découvrir des squelettes de musique. On a aussi le sentiment d’être des passeurs, de proposer au public une redécouverte commune ».

Le musicien et chef d’orchestre souhaitait mener un projet autour de la musique sacrée. Une évidence s’est vite imposée : le Te Deum de Charpentier, avec l’idée de mettre en avant cette forme singulière. « C’était un passage obligé pour les compositeurs de l’époque, une manière politique de se montrer publiquement, de plaire au prince. Recevoir une commande pour un Te Deum était très important » relate-t-il. Puis de confier son plaisir d’interpréter de telles pièces dans notre période actuelle, pas toujours joyeuse : « C’est une musique flamboyante, vivifiante, qui même si elle relève du sacré se rapproche de la danse. Elle fait du bien, donne de l’élan ». Un duel qui s’annonce donc festif, à découvrir dans l'Auditorium du Louvre.

Te Deum en miroir à l'Auditorium Michel Laclotte le 1er février 2023

Partager cet article sur :

Nos derniers articles

Publié le 28 janvier 2023 [Musique]

Le temps de deux soirées, les 11 et 12 février, le Grand Rex rend hommage avec un orchestre de cinquante musiciens et deux chanteurs à la mythologie de James Bond à travers le concert « Bond symphonique ».

Mis à jour le 23 janvier 2023 [Musique]

L’artiste émergente de la nouvelle scène urbaine francophone se produit à la Cigale le 4 février prochain ; l’occasion d’apprécier en petit comité le déploiement de sa musique hybride, entre rap, pop et trap.

Le très célèbre big band Jazz at Lincoln Center Orchestra et son directeur artistique, le trompettiste Wynton Marsalis, se produisent sur la scène de la Philharmonie.

Publié le 10 janvier 2023 [Musique]

Gabi Hartmann se produit dans l’Auditorium de la Seine musicale le 24 janvier pour présenter en exclusivité un premier album riche de beautés.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.

Réseaux sociaux