Mademoiselle Ogin

De Kinuyo Tanaka (1962)
Cinémas Drame 1h42 Réédition

Réalisation : Kinuyo Tanaka
Principaux artistes : Ineko Arima, Tatsuya Nakadai, Ganjiro Nakamura, Mieko Takamine
Genre : Drame
Titre original : Ogin-sama
Nationalité : Japon
Durée : 1h42
Année de production : 1962
Date de première mise en salle : 16 février 2022
Distributeur : Carlotta Films

Présentation

À la fin du XVIe siècle, alors que le Christianisme, venu d’Occident, est proscrit, Mademoiselle Ogin tombe amoureuse du samouraï Ukon Takayama, qui est chrétien. Le guerrier refuse ses avances, préférant se consacrer à sa foi, et Ogin prend pour époux un homme qu’elle n’aime pas. Mais quelques années plus tard, Ukon revient et lui avoue son amour. Ogin, qui est la fille du célèbre maître de thé Rikyu, veut reprendre sa liberté. Mais le redoutable Hideyoshi, qui règne sur le pays, a entamé des persécutions anti-chrétiennes.

Mademoiselle Ogin : la distribution

Réalisation : Kinuyo Tanaka

Casting : Ineko Arima (Ogin-sama), Tatsuya Nakadai (Ukon Takayama), Ganjiro Nakamura (Sen no Rikyû), Mieko Takamine (Riki), Osamu Takizawa (Hideyoshi Toyotomi), Koji Nanbara (Mitsunari Ishida), Manami Fuji (Uno), Yumeji Tsukioka (Yodo Gimi), Hisaya Hito (Sôan Mozuyo), Minoru Chiaki, Masakazu Tamura, Kuniko Miyake

Distribution technique : Masashige Narusawa (scénario), Hikaru Hayashi (musique)

Avant Mademoiselle Ogin, Kinuyo Tanaka a réalisé La Nuit des femmes en 1961, La Princesse errante en 1960, La Lune s'est levée en 1955 et Maternité éternelle en 1955.

Le scénario du film a été écrit par Masashige Narusawa, qui avait déjà écrit La Légende de Musashi en 1961, La Rue de la honte en 1956, L'Impératrice Yang Kwei Fei en 1955 et Une femme dont on parle en 1954.

La musique a été composée par Hikaru Hayashi, qui avait composé auparavant la bande son des films La Source thermale d'Akitsu en 1962, La Nuit des femmes en 1961 et L'Île nue en 1960.

Parmi les actrices et acteurs principaux, on a pu voir au cinéma Ineko Arima dans La Condition de l'homme : Il n'y a pas de plus grand amour (1959) et Fleurs d'équinoxe (1958) ; Tatsuya Nakadai dans Hara-kiri-1962 (1962) et Harakiri-1962 (1962) et Ganjiro Nakamura dans Le Temple des oies sauvages (1962) et Dernier caprice (1961).

Derniers avis sur le film : Mademoiselle Ogin

Avis publié par Emmanuel le 1er mai 2022

Un excellent film sur le destin malheureux d'une femme japonaise (sujet central des films de Tanaka) dans le cadre d'un film historique (reconstitution efficace sans pittoresque excessif) ; puissance des sentiments, justesse du ton, avec des acteurs remarquables (intenses et sobres à la fois) ; le tout filmé avec un art à la fois virtuose et discret (plans, montage, couleurs, musique...). L'actrice exceptionnelle qu'était Kinuyo Tanaka fait preuve d'un talent tout aussi exceptionnel de réalisatrice.
A voir absolument (comme tous ses autres films).

1 avis sur Mademoiselle Ogin

Avis publié par Emmanuel le 1er mai 2022

Un excellent film sur le destin malheureux d'une femme japonaise (sujet central des films de Tanaka) dans le cadre d'un film historique (reconstitution efficace sans pittoresque excessif) ; puissance des sentiments, justesse du ton, avec des acteurs remarquables (intenses et sobres à la fois) ; le tout filmé avec un art à la fois virtuose et discret (plans, montage, couleurs, musique...). L'actrice exceptionnelle qu'était Kinuyo Tanaka fait preuve d'un talent tout aussi exceptionnel de réalisatrice.
A voir absolument (comme tous ses autres films).

Donner mon avis sur Mademoiselle Ogin

Quelle note donnez-vous à cet évènement ?

Nota Bene : la modération des avis s'effectue a posteriori. C'est à dire qu'un avis provisoirement affiché peut être refusé par la suite.
Pour être publié, le contenu de votre avis doit respecter nos conditions générales d'utilisation.
Pour les questions concernant des billets achetés via notre intermédiaire (accueil, placement, tarifs), il est nécessaire de contacter notre service client.