Normale

De Olivier Babinet (2023)
Cinémas Comédie dramatique 1h27

Réalisation : Olivier Babinet
Principaux artistes : Benoît Poelvoorde, Justine Lacroix, Steve Tientcheu, Joseph Rozé
Genre : Comédie dramatique
Nationalité : Belgique, France
Langue de tournage : Français
Durée : 1h27
Année de production : 2023
Date de sortie (ou ressortie) : 5 avril 2023
Distributeur : Haut et Court

Présentation

Lucie a 15 ans et une imagination débordante. Elle vit seule avec William, son père, qui, sous ses abords d’adolescent attardé, lutte contre la sclérose en plaques. Entre le collège, un petit boulot et la charge du quotidien, Lucie gère tant bien que mal, et s’échappe dans l’écriture d’un roman autobiographique fantasque, qui navigue entre rêve et réalité… L’annonce de la visite d’une assistante sociale va bousculer cet équilibre précaire. Lucie et son père vont devoir redoubler d’inventivité pour donner l’illusion d’une vie normale.

Pour Olivier Babinet, Normale est un film hybride. En effet, il se réfère aux codes du teen-movie, du fantastique et de la chronique sociale. « Une goutte de Miyazaki dans les frères Dardenne », définit-il. Le cinéaste français filme une nouvelle fois l'adolescence, après son documentaire Swagger en 2016. L'histoire s'inspire de la pièce Monster in the Hall de David Creig. « Tout y est mêlé : la description d’un milieu social et scolaire, l’imaginaire fantastique du personnage principal, le hiatus entre son quotidien terne et les fictions extraordinaires qu’elle se fabrique », explique Olivier Babinet.

Normale : la distribution

Réalisation : Olivier Babinet

Casting : Benoît Poelvoorde (William), Justine Lacroix (Lucie), Steve Tientcheu (Dominique Toussaint), Joseph Rozé (Etienne), Sofian Khammes (Sélim), Saadia Bentaïeb (professeure de physique), Geoffrey Carey (Mr. Chagny), Mayline Dubois (Stéphanie Bainville), Candice Bouchet (infirmière), Pablo Pauly

Distribution technique : Juliette Sales (scénario), Jean-Benoît Dunckel (musique), Jean-François Hensgens (direction artistique), Fabien Suarez (scénario), Olivier Babinet (scénario)

Avant Normale, Olivier Babinet a réalisé Poissonsexe en 2019, Swagger en 2016, Swagger en 2016 et Robert Mitchum est mort en 2010.

La musique a été composée par Jean-Benoît Dunckel, qui avait composé auparavant la bande son des films Grand Marin en 2022, Pulse en 2022, Été 85 en 2020 et Le Capital au XXIe siècle en 2019.

Parmi les actrices et acteurs principaux, on a pu voir au cinéma Benoît Poelvoorde dans Sur la branche (2023) et Les Volets verts (2022) ; Justine Lacroix dans Songlines (2021) et C'est ça l'amour (2018) et Steve Tientcheu dans Sage-homme (2023) et Neneh Superstar (2022).

Normale : à propos

Le film est une adaptation de la pièce Monster in the Fall de David Creig. Le réalisateur Olivier Babinet explique ce qui lui a plu dans le texte original :

« Tout y est mêlé : la description d’un milieu social et scolaire, l’imaginaire heroic fantasy du personnage principal, le hiatus entre son quotidien terne et les fictions extraordinaires qu’elle se fabrique… À l’instar de Juliette et Fabien, je me suis reconnu dans ses velléités artistiques. Moi aussi, en tant que réalisateur, j’ai souvent buté sur mes désirs de contes à l’hollywoodienne : ils entrent en contradiction avec mon identité artistique, qui reste ancrée en France. Alors j’ai cru à la possibilité de raconter un tel hiatus culturel, à travers un récit qui échappe justement aux cases de la sociologie. Tout comme Lucie et son père William s’évadent grâce aux films de zombie, aux romans ou aux jeux vidéo, le film prend la tangente en brouillant les genres. »

Il décrit également la tonalité qu'il a souhaité apporter à sa réalisation :

« Une formule m’est venue d’emblée pour définir la tonalité voulue : « une goutte de Miyazaki dans les frères Dardenne ». De même que les légers anachronismes du décor et des choix musicaux m’évitent de trop dater le film — car un simple modèle de voiture ou un mot de verlan suffisent à marquer un contexte —, les écarts fantastiques me permettent de refuser le misérabilisme. Lorsqu’on se lance sans recul dans le réalisme social, il y a une certaine esthétique de la pauvreté qui tend à prendre de la place. Je tenais à filmer l’environnement de Lucie et de son père malade, ce foyer clos sur lui-même, sans m’apitoyer sur leur sort. Or l’onirisme permet toujours de rendre l’espace un peu plus respirable. Il fallait court-circuiter ce côté « vivarium » qui donne parfois l’impression qu’on filme les milieux populaires en les surplombant. »

Derniers avis sur le film : Normale

Avis publié par Isabelle le 19 avril 2023

Comédie dramatique sur une thématique intéressante d'une adolescente transformée en adulte trop tôt pour accompagner son père malade et donner l'illusion aux services sociaux d'avoir une vie "normale" afin d'échapper à un placement en famille accueil... L'angle d'accroche est malheureusement très pathos, dérangeante pour le spectateur... Dommage !!!

1 avis sur Normale

Avis publié par Isabelle le 19 avril 2023

Comédie dramatique sur une thématique intéressante d'une adolescente transformée en adulte trop tôt pour accompagner son père malade et donner l'illusion aux services sociaux d'avoir une vie "normale" afin d'échapper à un placement en famille accueil... L'angle d'accroche est malheureusement très pathos, dérangeante pour le spectateur... Dommage !!!

Donner mon avis sur Normale

Quelle note donnez-vous à cet évènement ?

Nota Bene : la modération des avis s'effectue a posteriori. C'est à dire qu'un avis provisoirement affiché peut être refusé par la suite.
Pour être publié, le contenu de votre avis doit respecter nos conditions générales d'utilisation.
Pour les questions concernant des billets achetés via notre intermédiaire (accueil, placement, tarifs), il est nécessaire de contacter notre service client.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.