Un plus une, Affiche

Un + une

Nationalité : France
Genre : Comédie
Réalisateur : Claude Lelouch
Techniciens : Claude Lelouch (Scénariste) , Francis Lai (Compositeur) , Valérie Perrin (Scénariste)
Durée : 1h53
Date de sortie : 09/12/2015

Galerie

Description

Antoine Abeilard se rend en Inde dans le but de composer une nouvelle version de Roméo et Juliette. A Paris, il a laissé sa fiancée Alice, qui vient de lui faire une demande en mariage. Antoine n'a pas donné sa réponse quand il est invité à un dîner organisé par l'ambassadeur de France. A table, il est assis à côté d'Anna, l'épouse du diplomate. La jeune femme lui confie qu'elle ne parvient pas à tomber enceinte et espère qu'un voyage jusqu'au Gange lui permettra de réaliser son rêve. Antoine, volontiers sarcastique, se moque d'elle mais commence à tomber sous le charme. Alors qu'il souffre de continuels maux de tête, il décide d'accompagner Anna dans son voyage.

Selon son réalisateur, Un + Une peut se voir comme un road-movie à travers l’Inde, une comédie qui retrace le parcours initiatique centrée sur un homme, incarné par Jean Dujardin (The Artist, 2011, OSS 117 , Le Caire nid d’espions, 2006) qui se fiche de tout ce qui l’entoure sauf de lui-même, et d’une femme, femme d'un ambassadeur, incarnée par Elsa Zylberstein (Gemma Bovery, 2014).

1 Avis

Merci de rédiger un avis constructif et utile aux visiteurs, et seulement si vous avez assisté à l'évènement. Votre avis doit être expressément lié à la qualité de l'évènement, de sa scénographie et/ou de son interprétation.
Les messages injurieux, diffamatoires ou auto-promotionnels seront supprimés. Votre avis doit être rédigé dans un français correct, en évitant l'abus de majuscules et de signes de ponctuation.

Quelle note donnez-vous à cet évènement?

Publié par rosca le 12 janvier 2016

J'y suis allé quand même, malgré un parti-pris négatif, et je ne l'ai pas regretté. Lelouch, sa sensibilité de "midinette" et ses décors naturels "filmés autrement" m'ont toujours touché et la magie a encore opéré. Je me méfiais de Dujardin et, encore plus, de Zylberstein, et j'avais tort: ils sont beaux, naturels et simples (oui, oui, naturels et simples). Quant à l'histoire, qui aurait pu être une énième répétition, elle m'a touché. Que dire des images aseptisées de l'Inde et particulièrement de Benarès (Varanasi, je crois, aujourd'hui)? Certainement pas que "c'est beau!" comme s'exclame le personnage de Zylberstein mais, moi, elles me prennent quand même aux tripes.

Newsletter

Découvrez chaque mercredi notre sélection des meilleures sorties culturelles à Paris !