Beethoven salle Gaveau : Ah, Grandioso !

De toutes les œuvres de Beethoven, la 5ᵉ Symphonie est aujourd'hui la plus connue, la plus jouée et la plus interprétée. L'orchestre Lamoureux propose de redécouvrir ce monument de la musique le 3 décembre à la salle Gaveau, sous la direction d'Adrien Perruchon.

Le destin à la porte

Il a fallu quatre notes pour que Beethoven marque à jamais l'histoire de la musique. Trois notes brèves suivies d’une longue : c'est la Cinquième Symphonie. Une œuvre titanesque composée entre 1804 et 1808, mais qui est en réalité le fruit d'une réflexion bien plus longue. On dit même que l'idée lui serait venue en 1795. À sa première exécution, un soir de décembre, rien laissaient présager le succès qu'on lui connaît. Le compositeur, déjà atteint de surdité, joue la Symphonie n°5 lors d'un concert fleuve de quatre heures. Selon la légende, son interprétation était si médiocre qu'il s'est mis l'orchestre à dos. Beethoven aura le droit à une deuxième chance, quelques semaines plus tard, et la magie opère.

On parle d'une œuvre folle, d'auditoire possédé, d'un monument unique. En réalité, le compositeur de Bonn utilise le même modèle que les symphonies de son époque. L'originalité de cette création repose sur cet élémentaire supplémentaire qu'il ajoute : il réutilise le motif initial dans les quatre mouvements en faisant alors une symphonie cyclique et en apportant une dimension dramatique à cette œuvre qui ne cesse de fasciner. Ces quatre notes sont, pour Beethoven « les coups du destin à la porte », l'expression d'un conflit entre l'Homme et l'extérieur. Elles sont le symbole de la destinée humaine.

Sous le signe du romantisme

La Cinquième possède toujours cette aura mythique et mystique et reste la pièce symphonique la plus jouée. Preuve en est : l'Orchestre Lamoureux l'a inclus dans sa saison 2023. Sous la baguette d'Adrien Perruchon, cet ensemble qui occupe une place à part dans le paysage musical français depuis maintenant un siècle et demi, jouera non seulement chef-d'œuvre de Beethoven, mais également l'air de concert Ah, perfido ! interprété par la soprano Myung-joo Lee. L'occasion de se laisser porter dans le tourbillon des émotions proposé par Beethoven, entre tendresse et langueur, amour et fureur. Au programme également de cette soirée placée sous le signe du romantisme : la Symphonie n°3 « militaire » de celle que l'on surnomma « la Beethoven au féminin » : l'Allemande Émilie Mayer et l'une des compositrices les plus prolifiques au XIXᵉ siècle.

L'Orchestre Lamoureux salle Gaveau le 3 décembre 2023

Partager cet article sur :

Nos derniers articles

Initialement prévu le 8 décembre 2022 et reporté suite à un retard de planning autour de la sortie de son album, le concert de Melanie De Biasio se profile enfin : la voici qui investit la Seine musicale le 12 mars prochain. L’occasion de découvrir Il Viaggio, réflexion autour du déracinement, entre jazz et influences toutes personnelles.

Publié le 22 février 2024 [Concerts]

Du 7 au 10 mars à la Philharmonie de Paris, les sœurs Katia et Marielle Labèque revisitent la « trilogie Cocteau » de Philip Glass inspirée de trois œuvres du célèbre poète.

Publié le 14 février 2024 [Concerts]

James Blunt sera de retour le 28 février prochain au Zénith du parc de la Villette. Il y présentera son dernier album Who We Used to Be mais aussi ses plus grands succès qui ont fait du Britannique l’un des artistes les plus populaires de la scène musicale actuelle.

Les musiciens de l’Orchestre de l’Opéra national de Paris proposent, ce 18 février, pour le premier dimanche de la saison de musique de chambre, le thème des « Métamorphoses ». Au programme : Strauss et Mozart.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.