Information concernant la fermeture des lieux culturels et la suspension de notre publication • • •
Les apparences, affiche

Les Apparences

(6 votes et 6 avis)
Ajouter à mes favoris
Drame 1h50

Nationalité : France, Belgique
Genre : Drame
Réalisateur : Marc Fitoussi
Durée : 1h50
Date de sortie : 23/09/2020
Année de réalisation : 2020
Année de sortie : 2020
Date de mise en salle : 23/09/2020

Galerie : photos & vidéos

Henri Monlibert, chef d'orchestre de l'opéra de Vienne et Eve, sa femme qui travaille à l'Institut français, semblent former le couple parfait. Ce ne sont que des apparences car Henri entretient une liaison avec Tina, l'institutrice de son fils Malo. Eve découvre la vérité et est bien décidée à mettre fin à cette histoire. Elle veut garder Henri à tout prix et ne pas perdre la vie confortable qu'elle s'est construite. Elle piège Tina : via un email, tous les parents d'élèves réalisent que l'enseignante est la maîtresse de l'un des pères de l'école. Elle croise Jonas, qui pourrait bien mettre son plan à mal.

Dans Les Apparences, Marc Fitoussi mélange le lourd passé de la ville de Vienne avec l’impact des nouvelles technologies. Le scénario s’inspire du roman Trahie de Karin Alvtegen. Karin Viard est plongée dans une guerre contre son mari infidèle, joué par Benjamin Biolay. Pour son film, le réalisateur s’est écarté du livre en ajoutant la communauté d’expatriés bourgeois dans laquelle se déroule l’intrigue.
 

6 avis sur Les Apparences

Merci de rédiger un avis constructif et utile aux visiteurs, et seulement si vous avez assisté à l'évènement. Votre avis doit être expressément lié à la qualité de l'évènement, de sa scénographie et/ou de son interprétation.
Les messages injurieux, diffamatoires ou auto-promotionnels seront supprimés. Votre avis doit être rédigé dans un français correct, en évitant l'abus de majuscules et de signes de ponctuation.

Quelle note donnez-vous à cet évènement ?

Publié par Sophie le 22 octobre 2020

Beaucoup aimé !
Du vécu dans milieu d’expats aux situations très avantageuses financièrement mais où tout est souvent bien surfait.

Publié par Mourad le 5 octobre 2020

Ce film n’était pas dans mes priorités ; je ne voulais vraiment pas le voir, car un peu partout, TV5-Monde, Arte, etc., les commentateurs disaient : Chabrol.

Je n’aime vraiment pas Chabrol ou cette sorte de cinéma, qui ressemble bien plus à du théâtre filmé, qui est pantouflard, franchouillard, bourgeois qui se regardent le nombril, le but du cinéma c’est l’image animée ; les cinéastes français ne l’ont toujours pas compris.

Ainsi le meilleur moyen de descendre un film, c’est de la comparer à un autre ou à un cinéaste ; alors que pour donner envie, il faut dire en quoi le film nous a plu ; sans compter que ce type de comparaison : Chabrol, cela fait ouvertement classe sociale, la fameuse fracture sociale.

Vous voulez que des pauvres qui ont fait des études universitaires n’aillent pas voir un film, dites ce genre de chose : Chabrol, kitchissime, cultissime, « issime », soyez neuneu, soyez mémère .....

J’ai fini par y aller en dépit, car rien d'autre à voir, j’avais vu tous les autres films à l’affiche.

L’histoire est mauvaise ! Elle ne tient pas la route une seconde ! Ces imbroglios absurdes font mal à l’histoire !
Le mari trompe la femme ; la femme flirte avec un type ; une femme impliquée dans un homicide sur enfant ; un type qui porte un bracelet électronique ; un harceleur-fétichiste type frotteur du métro, etc., etc., etc.
C’est aberrant !

Le tout couronné par une musique d’une laideur sans nom au point où elle ne vient pas soutenir le film. La musique est un personnage dans tous les films ; mais là, voyons donc, faites-la sortir de la salle !!!

Publié par Remy le 29 septembre 2020

Quand on est expat dans une belle ville comme Vienne, New-York ou Tokyo, la petite communauté française locale est un véritable tableau de narcissismes étonnants pouvant donner lieu à des situations très cinégéniques.
Marc Fitoussi a bien compris cela et réussit remarquablement la réalisation de ce thriller. Karine Viard campe une bourgeoise qui ne peut pas même imaginer que son brillant chef d’orchestre de mari puisse la tromper et qui donc va tout faire pour sauver son mariage. Sauver les apparences d’un mariage brillant et heureux...
Un bémol Benjamin Biolay que j’ai trouvé très fada pour un chef d’orchestre volubile et... volage.
Mais bon l’intrigue est très rondement menée et les autres personnages tous excellemment incarnés. Un excellent film à voir en cet automne.

Publié par Salles-cinema.com le 29 septembre 2020

Parfois un tout petit peu trop appuyée, cette plongée dans la bourgeoisie française de la capitale autrichienne est teintée d'humour et de noirceurs. Les comédiens et la mise en scène nous offrent un univers chabrolien délicieusement exquis. Benjamin Biolay confirme, films après films, un charisme étrange et envoûtant.

Publié par François le 27 septembre 2020

Un peu moins fin que Chabrol mais c'est quand même un très bon film. Une critique assez féroce de bobos hauts de gamme (lui grand chef d'orchestre et elle directrice de médiathèque et leurs amis la communauté française de Vienne). Comment l'adultère et la jalousie conduisent tous ces gens au pire et à la désagrégation d'un tissu social fait uniquement d' "apparences".

Publié par Caroline le 26 septembre 2020

Karine Viard machiavélique et parvenue à souhait, Benjamin Biolay mystérieux et discret, deux acteurs pleins de charme et de talent, au service d'une histoire très bien menée.
Avec en prime de belles vues de Vienne.
A voir.

Newsletter

Chaque mercredi, le top des sorties culturelles à Paris !