[expo] Auguste Herbin au Musée de Montmartre : L'explorateur de la modernité

Auguste Herbin, Composition à la maison rouge, 1925, huile sur toile, 81x100 cm, Courtesy galerie Lahumière, ADAGP, Paris, 2023

C’est une première à Paris. Le Musée de Montmartre propose une traversée de l’œuvre de l’injustement malaimé Auguste Herbin. Du 15 mars au 15 septembre 2024, pour sa gloire et sa postérité.

C’est la toute première fois qu’un musée parisien consacre une exposition rétrospective à Auguste Herbin (1882-1960). Un artiste méconnu, rejeté parfois, disparate peut-être, qui a passé 18 ans au Bateau-Lavoir dans le quartier de Montmartre, et qui a côtoyé les plus grands peintres du XXe siècle sans jamais atteindre leur notoriété.

Herbin, maître de la couleur dont on dit pourtant en 1912 outre-Manche - tandis qu’il fait partie des premiers modernes à être exposés à Londres, tout le « charme que les peintures presque monotones de Picasso ne possèdent pas ». Herbin dont la cote vaut deux fois celle de Georges Braque en plein cubisme, Herbin dont on aperçoit l’œuvre Parfum n°2, peinte en 1954, derrière Catherine Deneuve dans Belle de jour, le film de Luis Buñuel sorti treize ans plus tard. Herbin à qui Victor Vasarely, le pape de l’Op art, doit tout.

Enfant du siècle

Auguste Herbin, né en 1882, précède de quelques années la naissance de la modernité. Pourtant son œuvre, comme entend le montrer le choix opéré par le Musée de Montmartre, en est une complète traversée. L’exposition suit la chronologie de l’Art moderne en sept étapes. Sept périodes caractéristiques et courants qui succèdent à l’Impressionnisme, dont Herbin adopte la manière. On le découvre fauve et déjà il bascule dans le cubisme avant de passer à l’abstraction, d’y revenir - qu’elle soit géométrique ou non, de multiplier les allers-retours avec la figuration transcendée par ses nouveaux acquis. Herbin explore, et parfois échoue. Comme à produire des objets monumentaux qu’il souhaitait voir intégrer, en utopiste, dans des villes idéales.

L’acmé de l’alphabet plastique

Au cœur des huiles en provenance de la galerie Lahumière, du Musée d’Art Moderne de Paris ou du musée Kröller-Müller se trouve un pan essentiel de son travail : l’élaboration durant la Seconde Guerre mondiale de son « alphabet plastique ». Un langage de couleurs associées à des formes, comme un code informatique, qui lui permet de composer à l’infini des œuvres à partir de mots séquencés en lettres. Cette révélation lui vient de la découverte de la fameuse « roue des couleurs » de Goethe, et de sa rencontre avec le très ésotérique Rudolph Steiner de sa Société anthroposophique. Un alphabet et le vœu de « l’art pour tous » qui vont, repris par le Hongrois Vasarely quelques années plus tard, aboutir au succès colossal et « torture optique » comme on dit alors, de l’art cinétique.

Exposition Auguste Herbin au Musée de Montmartre, à découvrir jusqu'au 15 septembre 2024

Partager cet article sur :

Nos derniers articles

Mis à jour le 10 avril 2024 [Musées, Expositions]

Le Palais Galliera passe à l’argentique 50 ans de carrière de Paolo Roversi. Une première rétrospective entièrement dédiée à l’œuvre unique du photographe, à la croisée de l’art et de la mode, à voir avant le 14 juillet.

Publié le 3 avril 2024 [Musées, Expositions]

Le Musée national du Moyen Âge revisite le règne sous-estimé de Charles VII pour y découvrir les éléments précurseurs de la Renaissance. L'exposition « Les Arts en France sous Charles VII (1422-1461) » est ouverte à la visite jusqu'au 16 juin 2024.

Publié le 20 mars 2024 [Musées, Expositions]

Le Petit Palais consacre une exposition au peintre français du XIXe siècle, amoureux des arbres et de la nature. Une œuvre précurseure à redécouvrir.

Dans le site Richelieu, son berceau historique, rouvert depuis peu après de longs travaux, la BNF présente une émouvante exposition consacrée à la naissance de l’humanisme et des bibliothèques.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.