[expo] Gribouillage / Scarabocchio aux Beaux-Arts : pour créer heureux, créons cachés

Jean Dubuffet, Henri Calet, 1947, Encre de Chine (plume) sur papier Paris © Fondation Dubuffet / ADAGP, Paris

Le Palais des Beaux-Arts propose une exposition fleuve qui fait la part-belle aux pas de côté, en mettant en lumière les brouillons et gribouillages de grands artistes, des premiers modernes – de Vinci, Raphaël…-, aux modernes contemporains.

On dit que le silence qui suit du Mozart est encore du Mozart. Le Palais des Beaux-Arts surenchérit et pose une nouvelle question : les gribouillis qui précèdent du Vinci sont-ils déjà du Vinci ?

L’exposition Gribouillage / Scarabocchio, qui a démarré le 8 février dernier et s’étend jusqu’au 30 avril, répond par la positive en choisissant d’exposer des brouillons, gribouillages, croquis… d’artistes de la Renaissance comme de contemporains. Les uns et les autres se confondent, sont exposés côte à côte, la chronologie ici ne tient plus et tant mieux : peut-être est-ce dans ce geste libéré de toute pression, de toute anticipation, que l’on retrouve l’essence même d’un artiste grâce à une certaine vulnérabilité dans l’œuvre, puisque jamais pensée pour être vue.

Gribouillage / Scarabocchio : ratures et raretés

Ainsi, Raphaël croise Basquiat, de Vinci se mêle à Henri Michaux, Michel-Ange s’encanaille avec Cy Twombly dans les couloirs de l’exposition, soutenue par une scénographie aux volumes bruts, ouvrant la vue d’une salle à l’autre – qui servira même à une programmation annuelle, dans une volonté d’éco-responsabilité. Pour l’heure, elle fait office d’écrin pour certaines œuvres présentées exclusivement : des graffitis antiques du Colisée romain, deux cahiers de classe d’Eugène Delacroix, des dessins rares de Léonard de Vinci, Michel Ange, Rembrandt, Raphaël, L'Enfant montrant un dessin de Giovanni Francesco Caroto, des photographies de Brassaï et Helen Levitt…

En bref, un bouillonnement invitant à regarder derrière le rideau, permis par une coordination internationale titanesque : pas loin d’une vingtaine de musées français et italiens ont prêté des œuvres pour construire cet herbier visuel. L’évènement lui-même est le fruit d’une collaboration rapprochée entre l’Académie de France à Rome – Villa Médicis (chez qui elle a effectué un premier tour de piste de mars à mai 2022) et les Beaux-Arts de Paris, avec le soutien du Centre Pompidou.

Découvrir l'exposition Gribouillage / Scarabocchio au Palais des Beaux-Arts jusqu'au 30 avril 2023

Partager cet article sur :

Nos derniers articles

Pour sa réouverture, le musée Eugène-Delacroix présente, en collaboration avec le musée Ingres Bourdelle de Montauban, une intéressante exposition consacrée à l’univers intime des deux géants.

Mis à jour le 10 avril 2024 [Musées, Expositions]

Le Palais Galliera passe à l’argentique 50 ans de carrière de Paolo Roversi. Une première rétrospective entièrement dédiée à l’œuvre unique du photographe, à la croisée de l’art et de la mode, à voir avant le 14 juillet.

Publié le 3 avril 2024 [Musées, Expositions]

Le Musée national du Moyen Âge revisite le règne sous-estimé de Charles VII pour y découvrir les éléments précurseurs de la Renaissance. L'exposition « Les Arts en France sous Charles VII (1422-1461) » est ouverte à la visite jusqu'au 16 juin 2024.

C’est une première à Paris. Le Musée de Montmartre propose une traversée de l’œuvre de l’injustement malaimé Auguste Herbin. Du 15 mars au 15 septembre 2024, pour sa gloire et sa postérité.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.