[critique] Je ne cours pas, je vole ! : Sprint théâtral

© Aurore Vinot

La Comédie des Champs-Elysées reprend la pièce d’Élodie Menant et Johanna Boyé, créée l’an dernier au Théâtre du Rond-Point et quintuple nominée aux Molières : idéal pour préparer les J.O. !

Tout a l’air tellement facile : le sourire et les facéties d’Usain Bolt, l’aisance nonchalante de Laure Manaudou, la combattivité sans égale de Rafael Nadal, la souplesse des gymnastes russes. Comme le remarque Nietzsche à propos de l’artiste, le sportif de génie a tout intérêt à ce qu’on croit que la grâce l’inspire et qu’il est un surhomme. Mais qui dit l’adolescence sacrifiée sur la cendrée ou dans le bain chloré, les blessures, les aboiements des entraîneurs, l’inquiétude des parents, la pression des sponsors, la solitude abyssale face à l’Everest de l’effort ? Pour explorer l’envers du décor, Élodie Menant invente le personnage de Julie Linard, coureuse asthmatique et championne du dépassement de soi.

Enfers et Olympe

Johanna Boyé mêle habilement danse et jeu et dirige à un rythme trépidant les six comédiens qui interprètent cette fresque olympique et psychologique. Elodie Menant ou Marie GlorieuxOlivier Dote DoeviAxel Mandron ou Slimane KaciouiVanessa Cailhol ou Emilie Eliazord, Laurent Paolini ou Arnaud Denissel, Marine Villet ou Gaëlle Pauly sont, tour à tour, les athlètes, Julie, son entraîneur, les membres de sa famille, les journalistes sportifs et tous ceux qui gravitent autour des dieux du stade. Les tableaux se succèdent sur un rythme trépidant. Victoire et enthousiasme, mais aussi doutes et fractures : le mental, plus encore que l’aptitude physique fait le sportif de haut niveau.

Niké, né de Styx

Si la pièce d’Elodie Menant et Johanna Boyé est théâtralement impeccable, servie par une troupe homogène et aussi soudée qu’une équipe olympique, elle a surtout la grande vertu de défaire la croyance au don, rappelant que seuls le travail, le désir infrangible d’être le meilleur et l’abnégation permettent de réaliser ses rêves. Si tout a l’air facile, rien ne l’est, et la vie de Julie n’a rien d’un parcours de santé. Elodie Menant et Johanna Boyé transforment ce chemin de croix en passion théâtrale, et offrent une plaisante introduction aux jeux qu’accueillera bientôt Paris.

Je ne cours pas, je vole ! à la Comédie des Champs-Élysées : réservez vos places avec L'Officiel des spectacles

Partager cet article sur :

Nos derniers articles

Publié le 27 février 2024 [Théâtres]

Axel Drhey adapte et met en scène le film de Terry Gilliam, écrit par Richard Lagravenese. La scène du Splendid se transforme en terrain de rédemption cocasse pour chasse au Graal drôle et tendre.

Adapté pour la première fois en France, Le Cercle des Poètes disparus s’installe au Théâtre Antoine, avec des jeunes comédiens inspirés et Stéphane Freiss en professeur iconoclaste. Une ode à la liberté qui bouleverse et fait du bien.

Dans une remarquable mise en scène de Géraldine Martineau, Élodie Navarre crée la première version française de Prima Facie, de Suzie Miller. Uppercut au foie pour la culture du viol !

Alexis Michalik se fait plus « politique » avec Passeport, sa nouvelle création au Théâtre de la Renaissance, autour du sort des migrants. Il livre un conte humaniste, à la mise en scène énergique.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.