Dieu habite Düsseldorf

  • Dieu habite Düsseldorf 0 0 0 Note des offinautes :
      » Donnez votre avis «
  • Au Lucernaire, la plume acerbe de Sébastien Thiéry fait mouche dans Dieu habite Düsseldorf. Un théâtre de l’absurde, vachard et réjouissant.

    Le comédien et auteur Sébastien Thiéry, sous l’influence de Jean-Claude Grumberg, Samuel Beckett et de l’Allemand Karl Valentin, aime écrire des personnages pris dans des situations tragiques, incapables de se rebeller. Tel est le destin des deux « héros » quasi anonymes qu’il malmène dans Dieu habite Düsseldorf, pièce écrite en 2006 et qu’il avait lui-même jouée. C’est au tour d’Éric Verdin et Renaud Danner de défendre ce théâtre de l’absurde au Lucernaire. Très à l’aise dans cette ambiance rétro seventies (ah, cet ordinateur aux airs de Minitel…), ils ont de quoi s’amuser, tant l’esprit vachard de Thiéry (Molière de la pièce comique 2009 avec Cochons d’Inde) est réjouissant de bout en bout.

    Pièce à sketches

    Personne n’est épargné, pas même le public, pris à partie d’entrée… On ausculte le pathétique de l’être humain dans un univers très hospitalier avec ces panneaux-rideaux qui évoluent en fonction des scènes. Dans cette série de sketches à l’allure de jeu de massacre, les deux comédiens sont tour à tour un imbécile « heureux », un médiocre méprisé par sa femme et ses enfants, transparent, sans amis ni vie sexuelle. À chaque fois, ils s’échangent les rôles de « victimes » dans des tentatives désespérées et ubuesques pour s’en sortir. Sébastien Thiéry en profite pour tacler les marchands de misère humaine, souverains dans une société cynique.

    Un peu de tendresse

    Les vidéos, projetées en fond de scène et qui ne sont pas là pour faire joli, participent également au malaise. Le sort des deux personnages n’est pas enviable mais diablement drôle. On rit beaucoup devant ce miroir déformant et peu flatteur. Par les situations d’abord, surréalistes et à la limite parfois du théâtre de boulevard. Par l’audace de l’écriture ensuite, à la fois riche et triviale. Au fil de la pièce, le regard de Sébastien Thiéry se fait moins acéré et s’autorise des touches de fantastique et même un peu de tendresse. Une pointe d’émotion bienvenue, comme une lumière d’espoir dans toute cette noirceur.

    Magali Hamard


  • Distribution : De Sébastien Thiéry, mise en scène et avec Éric Verdin, Renaud Danner

  • Lieu : Théâtre du Lucernaire (Salle Paradis)
    Sous-Rubrique : Pièces de théâtre
  • Date de début : 10 avril 2019
  • Date de fin : 8 juin 2019
  • Voir les horaires et tarifs
  • Partager l'évènement :

Soyez le premier à rédiger un avis sur Dieu habite Düsseldorf !


Merci de rédiger un avis constructif et utile aux visiteurs, et seulement si vous avez assisté à l'évènement. Votre avis doit être expressément lié à la qualité de l'évènement, de sa scénographie et/ou de son interprétation.
Les messages injurieux, diffamatoires ou auto-promotionnels seront supprimés. Votre avis doit être rédigé dans un français correct, en évitant l'abus de majuscules et de signes de ponctuation.








Horaires et tarifs

  Date de début : 10 avril 2019   Date de fin : 8 juin 2019
  • Dates et horaires : cet évènement est désormais terminé.

Théâtre du Lucernaire (Salle Paradis)

  • Adresse : 53 rue Notre-Dame-des-Champs 75006 Paris 6e
  • Métro : Notre-Dame-des-Champs (12)
  • Réservation : 01.45.44.57.34 Tlj 10h30-18h30
  • Site web :

Comment s'y rendre ?

Dieu habite Düsseldorf au Théâtre du Lucernaire Dieu habite Düsseldorf Dieu habite Düsseldorf Dieu habite Düsseldorf Dieu habite Düsseldorf Dieu habite Düsseldorf
Dieu habite Düsseldorf
L'Incroyable Rencontre, Antoine Vitez-Jean-Paul II
Théâtre du Lucernaire
Le Bourgeois gentilhomme
Théâtre du Lucernaire
Le Horla
Théâtre du Lucernaire
La Cagnotte
Théâtre du Lucernaire
Casanova, le pardon
Théâtre du Lucernaire
Looking for Beethoven
Théâtre Ranelagh
Le Chant du pied, voyage en Kathakalie
Cartoucherie - Théâtre du Soleil
Madame Favart
Opéra Comique
Géographie de l'enfer
Théâtre L'Essaïon
Les Évaporés
Cartoucherie - Théâtre de la Tempête