En application des directives gouvernementales, tous les lieux culturels sont fermés jusqu’à nouvel ordre • • •

Yvona

(5 votes et 5 avis)
Ajouter à mes favoris

Théâtre Elizabeth Czerczuk
20 rue Marsoulan - 75012 Paris 12e
Métro : Nation (1/2/6/9)

Théâtre contemporain Pièces de théâtre 16,5-39 € RÉSERVATION

Distribution : Conception, mise en scène et chorégraphie Elizabeth Czerczuk. Avec 22 interprètes, danseurs, comédiens, chanteurs

Genre : Théâtre contemporain
Sous-rubrique : Pièces de théâtre
Date de début : 17 octobre 2019
Programmation : Dates et horaires : cet évènement est désormais terminé

Galerie

Description

Le Prince Philippe rencontre et introduit à la cour Yvonne, empotée et disgracieuse. Sa présence y révèle à chacun ses propres vices. Avec 22 interprètes, danseurs, comédiens et chanteurs. (1h30)

Théâtre Elizabeth Czerczuk

Adresse : 20 rue Marsoulan 75012 Paris 12e
Métro : Nation (1/2/6/9)
Réservation : 01.84.83.08.80
Site web : www.theatreelizabethczerczuk.fr

5 Avis

Merci de rédiger un avis constructif et utile aux visiteurs, et seulement si vous avez assisté à l'évènement. Votre avis doit être expressément lié à la qualité de l'évènement, de sa scénographie et/ou de son interprétation.
Les messages injurieux, diffamatoires ou auto-promotionnels seront supprimés. Votre avis doit être rédigé dans un français correct, en évitant l'abus de majuscules et de signes de ponctuation.

Quelle note donnez-vous à cet évènement?

Publié par Dino Gabri le 16 novembre 2019

Ayant convaincu deux amis de venir voir " Yvona ", j'ai repris ce soir une part de gâteau. Car c'en est, comme le disait le titre de ma précédente critique. Cette fois, en plus, j'ai compris l'argument, assez complexe d'ailleurs, puisque Yvona, c'est d'un côté la femme-objet (la plastique de la comédienne et metteure en scène facilite la chose), la femme houspillée, déchiquetée, de l'autre la femme pauvre, perdue dans ce monde de riches et puissants, cette cour royale cauchemardesque.
Tout le spectacle, d'ailleurs, relève du cauchemar. Je me suis amusé à fermer les yeux de temps à autre, pour me laisser violenter par le maelstrom de la musique (quelle puissance d'un bout à l'autre !), et, en alternance, à me boucher les oreilles pour contempler par mes seuls yeux les tableaux, dignes de Bosch, de Goya ou de Fellini. Bref, un spectacle génial dont on ne peut qu'augurer un avenir triomphal pour ce jeune théâtre aussi fou que libre.

Publié par Thomas Lowns le 2 novembre 2019

C’est le 2ème spectacle que je vois au TEC et je ne suis pas déçu. Pas moins d’une vingtaine d’artistes sur scène, danseuses, danseurs, comédiennes, comédiens, chanteuse.
Une scénographie dépouillée, des costumes surprenants, des éclairages et une musique superbe (des, devrais-je dire car il y en a plusieurs).
Enfin comment rester impassible à la grande Elizabeth Czerczuck, Yvona, fragile princesse, apeurée et timide, prisonnière d’une cage au début du spectacle avant d’être jetée en pâture dans l’arène à la vindicte de la cour royale, Tous se moquent d’elle, la bousculent sans ménagement, peu importe qu’elle souffre au contraire toute la cour s’en réjouit.
Elizabeth Czerczuck, quasiment muette, hagarde, craintive, véritable pantin désarticulé, est magistrale. Le prince au pantalon argenté, bien qu’il l’ait choisi, n’est pas le dernier à la martyriser.
Chacun, chacune est à sa place. Un tout petit bémol cependant quelques artistes peinent à se faire entendre ; certes la musique est forte mais une meilleure articulation résoudrait le problème. Mais cela ne gâche pas notre plaisir ni le spectacle tellement il est puissant et émouvant à tel point que, lorsqu’il s’achève, nous restons tous silencieux un moment avant d’applaudir .

Publié par Hetty75 le 1er novembre 2019

Attirée par une affiche dans le métro, intitulée Yvona, je me suis rendue au TEC 20, rue Marsoulan dans le 12è. Le seuil à peine franchi je découvre un autre monde, tout en noir et rouge, des mannequins étranges portant chapeau ou lunettes ou masque. Je me suis rendue au bar, comme me l’a indiqué l’accueil, où un verre m’a été offert, c’est rare, il faut le noter.
Puis nous sommes invités à descendre dans la salle de spectacle plongée dans la pénombre où une musique nous enveloppe ; et là le choc, d’abord les décors puis le spectacle.
Des danseuses, des danseurs, des comédiens, des comédiennes, aux costumes étranges, certains parlent, d’autres chantent, d’autres se taisent. La scène fait toute la longueur de la salle et est offerte à nous public, confortablement assis dans les gradins.
Le spectacle m’a envoûtée. Yvona a été une découverte pour moi, cette princesse timide, dont toute la cour se moque, est malmenée comme une poupée de chiffon, tiraillée par l’un, tiraillée par l’autre, sans ménagement,
déshabillée, humiliée. J’avais lu il y a longtemps « Yvonne Princesse de Bourgogne » qui ne m’avait pas laissé un grand souvenir. Cette Yvona inspirée très librement de cette pièce par compte me hantera encore très longtemps. Remarquablement interprétée par Elizabeth Czerczuck, que je découvre, toute menue, toute fragile. Quel talent ! Tout est juste en elle.
Bravo Madame pour votre jeu, votre mise en scène, chorégraphie…
Bravo aussi aux artistes, à la technique, à la costumière, j’en oublie sûrement, pardonnez-moi.

Publié par Brayer le 31 octobre 2019

Certains symboles m’ont échappé, qu’importe ! Comme je me laisse pénétrer par un tableau d’art contemporain, ici, je me suis littéralement abandonné au spectacle.
Touchante princesse, ballotée dans tous les sens, moquée, soumise à la raillerie de la cour, interprétée par Elizabeth Czeczuck dont la prestation magistrale nous laisse sans voix. Quelle classe.
Tout concourt à la réussite de ce spectacle, la mise en scène, les éclairages, la musique et tous les artistes qui se donnent à fond.
Je reviendrai probablement.

Publié par Catlow le 31 octobre 2019

Habitué des lieux sans en être un inconditionnel, ce soir j’ai été frappé d’un direct à l’estomac.
Peu de spectacle comme celui-ci à Paris, à commencer par la scénographie, les musiques, les lumières, la mise en scène, la chorégraphie, les costumes, et bien sûr les artistes.
C’est du grand, du très grand Czerczuck !
Yvona (Elizabeth Czerczuck) princesse timide, peureuse, jetée en pâture au milieu de la cour royale, véritable fosse aux lions est raillée, moquée, bousculée, véritable poupée désarticulée. Elizabeth Czerczuck quasiment muette dans Yvona explose ici par son talent, sa présence charismatique, ce rôle la sublime.
Les artistes, danseuses, danseurs, comédiens, comédiennes, chanteuses animent cette arène dantesque et ne déméritent pas. Quel travail !

Principaux artistes

Elizabeth Czerczuk

Au théâtre, on a pu voir Elizabeth Czerczuk dans Les Inassouvis (Théâtre Elizabeth Czerczuk) en 2019, Matka (Théâtre Elizabeth Czerczuk) en 2019 ou encore La Noce chez les fous (Théâtre Elizabeth Czerczuk) en 2018.

Newsletter

Découvrez chaque mercredi notre sélection des meilleures sorties culturelles à Paris !

Également à découvrir...