En attendant Godot

  • En attendant Godot 0 0 0 Note des offinautes :
      » Donnez votre avis «
  • Le théâtre de l’Essaïon reprend En attendant Godot, le chef-d’œuvre de Samuel Beckett, mis en scène par Jean-Claude Sachot. Une relecture de la pièce, grave et burlesque, et fidèle à sa création en 1953 par Roger Blin.

    Un arbre sans feuilles et mal en point trône en fond de scène. C’est le point de rendez-vous qu’un mystérieux Godot a donné à Vladimir et Estragon, deux vagabonds. Commence pour eux une attente qui n’en finit pas…

    La trame de la pièce la plus connue de Samuel Beckett tient sur une ligne ; c’est la langue, savoureusement absurde, qui est reine ici. Elle explose sous la direction de Jean-Claude Sachot, spécialiste de l’auteur irlandais. La mécanique est particulièrement respectée dans cette relecture à la mise en scène épurée et fidèle à la création de la pièce en 1953 par Roger Blin. Succès oblige, celle-ci reprend ses quartiers au théâtre de l’Essaïon.

    Clowns tristes

    Pour la servir, il y a Philippe Catoire et Dominique Ratonnat, impeccables en Estragon et Vladimir, et très à l’aise dans le registre burlesque. On pense au tandem Laurel et Hardy, avec pas de danse, chaussures récalcitrantes, chutes… ou quand Ratonnat joue avec ses cheveux en pétard et Catoire tente d’imiter l’accent anglais. Des clowns tristes dont la complicité semble évidente. Leur ping-pong verbal est jubilatoire.

    L’irruption sur scène de Jean-Jacques Nervest, imposant dans la peau de l’instable Pozzo, apporte un vent de folie sur le plateau. Ce tortionnaire (symbole de dictature) martyrise le pauvre Lucky : Vincent Violette (en alternance avec Guillaume Van’t Hoff) incarne ce Knouk, un sous-homme tenu en laisse, et impressionne lors d’un monologue sans queue ni tête.

    Absurdité de la vie

    Cet épisode quasi fantastique est un intermède bienvenu pour Estragon et Vladimir, lassés de rester plantés sous leur arbre. Si les deux hommes sont au-delà de l’ennui, ce n’est pas le cas du public, constamment en immersion. Les deux antihéros s’interrogent sur le sens de la vie, leur misère sociale. Et puis pourquoi attendre ? Ce Godot, surhomme métaphysique, existe-t-il vraiment ? Le ton se fait alors plus grave. Et l’émotion pointe sans crier gare. On adhère pleinement au regard de Sachot sur cette réflexion métaphysique et indispensable de la condition humaine.

    Magali Hamard

    (1h50)

  • Distribution : De Samuel Beckett, mise en scène Jean-Claude Sachot
  • Autres artistes : Avec Philippe Catoire, Guillaume Van’tHoff (du 17 mars au 7 avr., les 27 mai et 3 juin), Jean-Jacques Nervest, Dominique Ratonnat, Vincent Violette, Enzo Ratsito (voix)

  • Date de début : 7 avril 2019
  • Date de fin : 14 mai 2019
  • Voir les horaires et tarifs
  • Partager l'évènement :

Soyez le premier à rédiger un avis sur En attendant Godot !


Merci de rédiger un avis constructif et utile aux visiteurs, et seulement si vous avez assisté à l'évènement. Votre avis doit être expressément lié à la qualité de l'évènement, de sa scénographie et/ou de son interprétation.
Les messages injurieux, diffamatoires ou auto-promotionnels seront supprimés. Votre avis doit être rédigé dans un français correct, en évitant l'abus de majuscules et de signes de ponctuation.








Horaires et tarifs

  Date de début : 7 avril 2019   Date de fin : 14 mai 2019
  • Dates et horaires : cet évènement est désormais terminé.

Théâtre L'Essaïon

  • Adresse : 6 rue Pierre-au-Lard 75004 Paris 4e
  • Métro : Hôtel de Ville (1/11)
  • Réservation : 01.42.78.46.42
  • Site web :

Comment s'y rendre ?

En attendant Godot au Théâtre L'Essaïon En attendant Godot En attendant Godot En attendant Godot En attendant Godot En attendant Godot En attendant Godot En attendant Godot En attendant Godot En attendant Godot En attendant Godot
Poil de carotte
Théâtre L'Essaïon
Gainsbourg Forever - Gueule d'amour
Théâtre L'Essaïon
Géographie de l'enfer
Théâtre L'Essaïon
Racine par la racine
Théâtre L'Essaïon
En garde à vue
Théâtre Hébertot
Speakeasy
Palais des Glaces
Looking for Beethoven
Théâtre Ranelagh
Richard Orlinski : Tête de Kong
L'Olympia
Zora.H
Palais des Glaces
EstELLE Penain : Naître fille devenir femme
La Nouvelle Seine