Atlantique, affiche

Atlantique

Drame 1h45

Nationalité : France
Genre : Drame
Réalisateur : Mati Diop
Techniciens : Mati Diop (Scénariste) , Fatima Al Qadiri (Compositeur) , Olivier Demangel (Scénariste)
Durée : 1h45
Date de sortie : 02/10/2019
Année de réalisation : 2019
Année de sortie : 2019
Date de mise en salle : 02/10/2019

Galerie

Description

À Thiaroye, une banlieue populaire de Dakar, Souleiman, un jeune ouvrier qui travaille sur le chantier de construction de la nouvelle et immense tour Atlantique, est au service d’un contremaître qui ne le paie pas. Ada, sa maîtresse âgée de 17 ans, va bientôt épouser Omar, un jeune homme riche qu’elle n’aime pas et que sa famille a choisi pour elle. Souleiman prend la mer sur une pirogue pour gagner l’Espagne mais les marins inexpérimentés n’atteindront jamais Gibraltar. On raconte qu'il a été aperçu à Thiaroye. Les proches d’Ada commencent, un à un, à tomber malades.

Le scénario d’Atlantique, premier long-métrage de Mati Diop, découle de problématiques déjà évoquées par la cinéaste dans un court-métrage daté de 2009, Atlantiques. D’abord sélectionné pour la section Un Certain Regard du dernier Festival de Cannes, le film a finalement fait son entrée en compétition, faisant de Mati Diop la première réalisatrice d’origine africaine à faire partie de cette sélection. Atlantique a été récompensé du Grand Prix du jury.

3 Avis

Merci de rédiger un avis constructif et utile aux visiteurs, et seulement si vous avez assisté à l'évènement. Votre avis doit être expressément lié à la qualité de l'évènement, de sa scénographie et/ou de son interprétation.
Les messages injurieux, diffamatoires ou auto-promotionnels seront supprimés. Votre avis doit être rédigé dans un français correct, en évitant l'abus de majuscules et de signes de ponctuation.

Quelle note donnez-vous à cet évènement?

Publié par Salamandre92 le 7 octobre 2019

C'est d'abord une histoire d'amour sacrifié, une sorte de Roméo et Juliette noir, au Sénégal sur fond de corruption et de promoteur véreux.
L'océan omniprésent est un appel aux jeunes à fuir la misère et l'ennui, à partir vers d'autres pays sur des embarcations de fortune.
C'est ensuite une fable poétique et onirique, en harmonie avec les croyances locales, les fantômes des jeunes garçons péris en mer reviennent métamorphosés chez les vivants réclamer leur dû.

Il est urgent que les occidentaux que nous sommes, (trop) bien nourris, ne manquant de rien et vivant en démocratie, fassions preuve d'empathie pour ces migrants mal traités et opprimés.

Ce 1er long métrage est une belle réussite, un bel exemple de sororité ; il donne une dimension politique à cette tragédie de la migration, mais aussi et surtout à l'expérience intime de ces femmes qui restent après la disparition de l'être cher.
C'est enfin le trajet d'émancipation d'une jeune femme qui trouve sa propre voie.
Ada/Mama Sané porte ce film avec beaucoup de sensibilité ; les images, la lumière et la musique en parfaite harmonie sont superbes.
Grand prix au festival de Cannes 2019 pleinement mérité.

Sur France inter, l'interview de Mati Diop le 30 sept 2019 (émission Boomerang).

Publié par Arnaud le 5 octobre 2019

Je me suis ennuyé. Il véhicule plein de clichés. La première partie est intéressante mais l'arrivée des revenants est raté. Les personnages n'ont aucune profondeur. Malgré de bonnes intentions il ne convainc pas. De plus la musique prend beaucoup trop de place et rapidement devient insupportable.

Publié par sonia le 4 octobre 2019

Chronique tiers-mondiste extrêmement décevante.

Mati Diop brasse tous les clichés (corruption, migrations...) au prisme de l'effroyable condition de jeunes femmes sans éducation ni libertés, prisonnières d'un pays musulman polygame.

Belle photo mais le spectateur reste à quai.

Newsletter

Découvrez chaque mercredi notre sélection des meilleures sorties culturelles à Paris !