En application des directives gouvernementales, tous les lieux culturels sont fermés jusqu’à nouvel ordre • • •
La Fille au bracelet, affiche

La Fille au bracelet

(7 votes et 7 avis)
Ajouter à mes favoris
Drame 1h35

Nationalité : Belgique, France
Genre : Drame
Réalisateur : Stéphane Demoustier
Techniciens : Stéphane Demoustier (Scénariste) , Carla Pallone (Compositeur) , Sylvain Verdet (Directeur artistique) , Ulises Porra (Scenario original) , Gonzalo Tobal (Scenario original)
Durée : 1h35
Date de sortie : 12/02/2020
Année de réalisation : 2019
Année de sortie : 2020
Date de mise en salle : 12/02/2020

Galerie

Description

Lise Bataille, une adolescente de 18 ans, est accusée du meurtre de sa meilleure amie Flora, survenu deux ans auparavant. Lors du procès, à mesure que la vie intime de Lise est dévoilée à la cour, la vérité devient de plus en plus difficile à cerner. Ses parents sont désemparés. Lise serait restée dormir chez son amie après une fête organisée ensemble dans la maison de cette dernière. L'arme du crime n'a pas été retrouvée et les empreintes génétiques de l’accusée n'ont pas été relevées sur les lieux. Condamnée, la jeune fille imperturbable, qui vient d'avoir son bac, doit porter un bracelet électronique.

« On a toujours l’impression de connaître ses enfants mais l’évidence apparaît inéluctablement : ce sont des êtres autonomes qui nous échappent de plus en plus ». C’est cette facette de la structure familiale qu’a voulu explorer Stéphane Demoustier en réalisant La Fille au bracelet, inspiré du film argentin Acusada, sorti en juillet 2019. Pour incarner Lise, il recherchait une jeune femme n’ayant aucune expérience de la comédie et a choisi Melissa Guers. Le film a été tourné au sein du tribunal de Nantes.

7 Avis

Merci de rédiger un avis constructif et utile aux visiteurs, et seulement si vous avez assisté à l'évènement. Votre avis doit être expressément lié à la qualité de l'évènement, de sa scénographie et/ou de son interprétation.
Les messages injurieux, diffamatoires ou auto-promotionnels seront supprimés. Votre avis doit être rédigé dans un français correct, en évitant l'abus de majuscules et de signes de ponctuation.

Quelle note donnez-vous à cet évènement?

Publié par Sylvie le 11 mars 2020

Apparemment, peu d’entre vous ont assisté à une audience de Cour d’assises des mineurs et pour cause elle se déroule à huis clos.
Dans cette affaire, tout sonne juste : le Président (avocat de son état) est excellent, l’avocat de la défense ne fait pas du Collard si vous me permettez l’expression mais est au plus près du dossier, soft mais efficace. Les parents sont complètement dépassés par les événements, quant à l’accusée, elle est complètement tétanisée mais consciente des enjeux d’où les pertinentes questions du Président.
Tout dans ce film sonne juste. Jusqu’au Procureur....c’est dire.
Excellent tout simplement.

Publié par Aminata le 2 mars 2020

@ « Les audiences de la cour d'assises des mineurs sont publiques si le mineur est majeur au moment de la comparution. » selon Eric.

Faux !
C’est la cour qui décide, article 306 du Code de procédure pénale !

Publié par crespy le 23 février 2020

Moi, j'ai bien aimé.

Publié par Eric le 20 février 2020

Les audiences de la cour d'assises des mineurs sont publiques si le mineur est majeur au moment de la comparution.

Publié par Eric le 20 février 2020

Excellent scénario. Acteurs remarquables. Une vraie réussite.

Publié par Philippe le 12 février 2020

Assez décevant et plat. Le scénario manque de crédibilité. Au niveau de l'interprétation, seul R.Zem s'en sort ainsi que la jeune actrice qui joue l'accusée. L'issue va de soi tant le scénario est faible.

Publié par Aminata le 12 février 2020

Que j’ai trouvé cela mauvais, long, insipide, pathétique !

C’est du théâtre filmé, aucun sens de la cinématographie.

La musique est horrible, elle m’était insupportable, pour personne qui se complait dans sa dépression et veut s’y maintenir, à deux doigts de se jeter par la fenêtre même d’un rez-de-chaussée.

Filmé comme si c’était un documentaire ; aucune fin ; juste celle de la sentence, sans nous donner aucun indice.

Une Cour d’Assises supposément des mineurs, l’accusé étant mineur au moment des faits, donc forcément à huis clos, là beaucoup trop de monde dans la salle ; et des incohérences au vu du droit appliqué aux mineurs, bon la fin du monde non plus.

Newsletter

Découvrez chaque mercredi notre sélection des meilleures sorties culturelles à Paris !