Le Feu follet

De Louis Malle
Cinémas Drame 1h46

Réalisateur : Louis Malle
Principaux artistes : Maurice Ronet, Lena Skerla, Jeanne Moreau, Alexandra Stewart
Genre : Drame - Drame psychologique
Nationalité : France
Durée : 1h46
Date de sortie : 15 octobre 1963
Distributeur : Ccf

Présentation

Au sortir d'une cure de désintoxication, un homme s'interroge sur lui-même et décide de se suicider. D'après le roman de Drieu La Rochelle transposé dans le Paris des années 60

Casting

Derniers avis

Avis publié par Clara le 22 août 2020

Toutes les étoiles bien sûr pour ce film sur la difficulté d'etre humain ; bouleversant sans pathos, sans brusquerie, sans violence; servi par la convergence de tous les talents : littéraires, photographiques, de réalisation, musicaux, d'acteur. Le résultat est une oeuvre élégante, raffinée, sombre sans préciosité ni affectation. Mais au delà encore de tous ces talents, voir et revoir ce film pour la performance inoubliable de Maurice Ronet qui joue quasiment son propre rôle, errant dans un Paris a la beauté sombre et ouatée d'une forêt sans chemin, qui se confond avec sa vie. Voir et revoir comment la caméra est tantôt dans son regard, tantôt à coté comme une âme inquiète et douce qui l'accompagne, regarde avec lui, marche avec lui. Voir et revoir le visage de Ronet dont Malle s'approche au plus prés comme pour l'embrasser, sans que jamais ce visage si beau se laisse toucher. Le plus beau film réalisé sur la mélancolie. 'C'est dur d'être un homme' dit le personnage principal... o combien...

1 avis sur Le Feu follet

Avis publié par Clara le 22 août 2020

Toutes les étoiles bien sûr pour ce film sur la difficulté d'etre humain ; bouleversant sans pathos, sans brusquerie, sans violence; servi par la convergence de tous les talents : littéraires, photographiques, de réalisation, musicaux, d'acteur. Le résultat est une oeuvre élégante, raffinée, sombre sans préciosité ni affectation. Mais au delà encore de tous ces talents, voir et revoir ce film pour la performance inoubliable de Maurice Ronet qui joue quasiment son propre rôle, errant dans un Paris a la beauté sombre et ouatée d'une forêt sans chemin, qui se confond avec sa vie. Voir et revoir comment la caméra est tantôt dans son regard, tantôt à coté comme une âme inquiète et douce qui l'accompagne, regarde avec lui, marche avec lui. Voir et revoir le visage de Ronet dont Malle s'approche au plus prés comme pour l'embrasser, sans que jamais ce visage si beau se laisse toucher. Le plus beau film réalisé sur la mélancolie. 'C'est dur d'être un homme' dit le personnage principal... o combien...

Donner mon avis sur Le Feu follet

Quelle note donnez-vous à cet évènement ?

Newsletter

Chaque mercredi, le top des sorties culturelles à Paris !