Ne croyez surtout pas que je hurle, affiche

Ne croyez surtout pas que je hurle

Divers 1h15

Nationalité : France
Genre : Documentaire
Réalisateur : Frank Beauvais
Techniciens : Frank Beauvais (Scénariste)
Durée : 1h15
Date de sortie : 25/09/2019
Année de réalisation : 2019
Année de sortie : 2019
Date de mise en salle : 25/09/2019

Galerie

Description

Seul dans un petit village alsacien depuis une rupture amoureuse six mois auparavant, Frank Beauvais raconte son quotidien de janvier à octobre 2016. Reclus, hormis lors de promenades très bénéfiques en forêt, il survit en revendant sur Internet disques, DVD et livres. Chaque jour, chaque nuit surtout, il trouve du réconfort dans le visionnage de trois, quatre ou cinq films. Le monde se rappelle à lui avec les échos de l’état d’urgence et des dérives sécuritaires, le souvenir d’un père détesté qui est venu mourir chez lui, par de courts voyages à Paris et à Lisbonne.

Séances

Paris 3
MK2 Beaubourg
50 rue Rambuteau
Paris 3e
09:15
13:10 15:05
Paris 5
Reflet Médicis
3 rue Champollion
Paris 5e
1 -
19:20 21:00
Paris 3
MK2 Beaubourg
50 rue Rambuteau
Paris 3e
09:15
13:10 15:05
Paris 5
Reflet Médicis
3 rue Champollion
Paris 5e
1 -
19:20 21:00
Paris 3
MK2 Beaubourg
50 rue Rambuteau
Paris 3e
09:15
13:10 15:05
Paris 5
Reflet Médicis
3 rue Champollion
Paris 5e
1 -
11:30 19:20 21:00
Paris 3
MK2 Beaubourg
50 rue Rambuteau
Paris 3e
09:15
13:10 15:05
Paris 5
Reflet Médicis
3 rue Champollion
Paris 5e
1 -
11:30 19:20 21:00
Paris 3
MK2 Beaubourg
50 rue Rambuteau
Paris 3e
09:15
13:10 15:05
Paris 5
Reflet Médicis
3 rue Champollion
Paris 5e
1 -
11:30 19:20 21:00
Banlieue 94
Le Vincennes
30 avenue de Paris
94300 Vincennes
20:30
Banlieue 77
Cinéma 11x20+14
21 rue de la Croix Rouge
77520 Mons-en-Montois
20:00

4 Avis

Merci de rédiger un avis constructif et utile aux visiteurs, et seulement si vous avez assisté à l'évènement. Votre avis doit être expressément lié à la qualité de l'évènement, de sa scénographie et/ou de son interprétation.
Les messages injurieux, diffamatoires ou auto-promotionnels seront supprimés. Votre avis doit être rédigé dans un français correct, en évitant l'abus de majuscules et de signes de ponctuation.

Quelle note donnez-vous à cet évènement?

Publié par MADDALUNO le 12 octobre 2019

"Ne croyez surtout pas que je hurle", film de Frank Beauvais, raconte après sa séparation : il quitte Paris pour trouver refuge chez sa mère et son beau-père dans les Vosges alsacienne qui durant 6 mois visionnera 400 films.
Très bon film captivant car, durant 1h15, il raconte son histoire personnelle illustrée par des morceaux de ces films parfois quelques secondes collant au sujet (un travail de mémoire impressionnant) ce qui est original car on a tendance soit à suivre son récit et/ou de reconnaître les extraits de films de l'histoire du cinéma mondial, chose extrêmement difficile.
De plus son récit est réaliste en décrivant l'état de la société actuelle. J'ai pu reconnaître les verres oasis de chez mes parents avec les plots ovales à leur base.
A voir ce petit bijou rare. Hélas il ne passe qu'au MK2 Beaubourg et le Reflet Médicis à Paris et quelques salles en banlieue.

Publié par HELENA le 12 octobre 2019

Un film détestable de par le nombrilisme de son auteur, qui passe à côté de l’exercice d’examen des affres de la dépression. D’une voix monotone est scandé un texte hyperbolique et pourtant lisse, sans intérêt et profondément ingrat. On aurait pu s’attendre à un film dur sur cette période de la vie du réalisateur : ce ne sera qu’une litanie prétentieuse et sordides d’une cinéphile très sélective, dont on veut qu’elle échappe au spectateur. Aucune sensibilité ici : si vous pensiez trouver un renouveau de la forme ou un cri déchirant, c’est ici chose manquée. Quel dommage.

Publié par Gilles le 3 octobre 2019

Un film inédit et envoûtant. A conseiller sans réserves.

Publié par sonia le 27 septembre 2019

Ne croyez surtout pas qu'un nouveau Houellebecq est né !

Ni créatif, ni récréatif, ce film est un pensum.

On s'ennuie vraiment très ferme dès la première seconde à l'écoute de litanie moribonde psalmodiée sur un kamoulox d'images d'une absolue pauvreté (dont on se détourne immédiatement pour préserver sa rétine).

La France manque visiblement de réalisateurs à financer, lancez-vous !

Newsletter

Découvrez chaque mercredi notre sélection des meilleures sorties culturelles à Paris !