Prendre le large, Affiche

Prendre le large

Nationalité : France
Genre : Drame
Réalisateur : Gaël Morel
Techniciens : Gaël Morel (Scénariste) , David Chambille (Directeur artistique)
Durée : 1h43
Date de sortie : 08/11/2017
Année de réalisation : 2017
Année de sortie : 2017
Date de mise en salle : 08/11/2017

Galerie

Description

Édith, 45 ans, ouvrière textile, loin de son fils et sans attaches, préfère partir vivre au Maroc où son usine a été délocalisée plutôt que d'être au chômage. Elle est la seule parmi ses collègues à avoir pris cette décision. Une fois sur place, Édith découvre les difficiles conditions de travail.

Le réalisateur Gaël Morel s'est fortement inspiré de son histoire personnelle pour écrire son scénario. Après avoir dirigé Catherine Deneuve dans Après lui et Béatrice Dalle dans Notre paradis, il a fait appel à une autre grande actrice française, Sandrine Bonnaire. Le choix du Maroc comme lieu de délocalisation de l'usine n'est pas dû au hasard : il souhaitait souligner le contraste entre l'image de carte postale du pays et la réalité de l'héroïne.
 

1 Avis

Merci de rédiger un avis constructif et utile aux visiteurs, et seulement si vous avez assisté à l'évènement. Votre avis doit être expressément lié à la qualité de l'évènement, de sa scénographie et/ou de son interprétation.
Les messages injurieux, diffamatoires ou auto-promotionnels seront supprimés. Votre avis doit être rédigé dans un français correct, en évitant l'abus de majuscules et de signes de ponctuation.

Quelle note donnez-vous à cet évènement?

Publié par matti jarvinen le 29 novembre 2017

VU hier au Reflet Medicis, salle 3.
Plutôt que le metteur en scène dont je n'avais vu aucun film, c'est pour Sandrine Bonnaire que j'ai souhaité voir " Prendre le large ", dont la bande-annonce n'était pas trop décourageante.
A de rares moments on peut retrouver l'actrice remarquable des films de M. Pialat, C. Chabrol, J. Rivette, A. Varda, A. Téchiné.
Mais le bilan est décevant, le film n'arrive jamais à prendre son vol et s'effondre même lourdement après que la protagoniste perd son emploi à Tanger et entame une descente qui la mène à l'hôpital.
Plusieurs scènes lourdement explicatives, le recours à une musique sentimentale navrante épuisent notre patience.
L'effet cinéma qui dans la dernière séquence nous mène à Tanger nous achève.
Bilan : nous gardons l'espoir de revoir Sandrine Bonnaire mieux employée, mais nous nous méfierons désormais des films de Gaël Morel.

Newsletter

Découvrez chaque mercredi notre sélection des meilleures sorties culturelles à Paris !