Sorry to Bother You

De Boots Riley (2018)
Cinémas Fantastique / Science-Fiction 1h51

Réalisation : Boots Riley
Principaux artistes : Lakeith Stanfield, Tessa Thompson, Jermaine Fowler, Omari Hardwick
Genre : Comédie dramatique - Comédie fantastique
Nationalité : Etats-Unis
Durée : 1h51
Année de réalisation : 2018
Date de sortie : 30 janvier 2019

Interdit - de 12 ans

Présentation

Cassius Green est très endetté. Acculé, il finit par trouver un emploi dans le télémarketing. Comme sa voix d'homme noir n'inspire pas confiance, il ne réalise pas les objectifs qui lui sont fixés. Langston, un collègue plus âgé et plus expérimenté, lui conseille de prendre des intonations d'homme blanc. Et ses ventes explosent. Il est bientôt contacté par Steve Lift, qui lui fait une proposition financière qu'il ne peut pas refuser.

Sorry to Bother You marque les débuts de Boots Riley dans la réalisation. Présenté au Festival de Sundance, le film est en lice pour les Directors Guild of America Awards et les Independent Spirit Awards qui se tiendront en février prochain. Sur un ton décalé, le film dénonce les discriminations à l’encontre de la population afro-américaine.

Casting

Réalisation : Boots Riley

Distribution : Lakeith Stanfield (Cassius Green), Tessa Thompson (Detroit), Jermaine Fowler (Salvador), Omari Hardwick (Mr _______), Terry Crews (Sergio), Kate Berlant (Diana DeBauchery), Michael X Sommers (Johnny), Danny Glover (Langston), Steven Yeun (Squeeze), Armie Hammer (Steve Lift), Robert Longstreet (Anderson), Forest Whitaker (Demarius)

Casting technique : Boots Riley (Scénario), The Coup (Musique), Jason Kisvarday (Décors), Doug Emmett (Direction artistique), Merrill Garbus (Musique), Boots Riley (Musique), Tune-Yards (Musique)

Derniers avis

Avis publié par Lucia le 28 février 2019

Je recommande ce film aux amateurs de comédie surréaliste. Il donne un aperçu précis de la discrimination, de l'amour et du succès des minorités en Amérique.

Avis publié par Franck le 4 février 2019

Un ofni qui déride les zygomatiques engourdis par ces grises journées d'hiver. L'imaginaire, la loufoquerie permet de traiter de sujet sérieux avec légèreté : racisme, exploitation au travail, transhumanisme, probité.
Juste allez le voir, c'est du cinéma !!

Avis publié par Jack Sparrow le 31 janvier 2019

Mais c’est quoi ce film ?!
C’est complétement barré, délirant au point il a fini par me perdre.

Cela se veut une critique du libéralisme économique, les individus deviennent esclaves des multinationales, ils acceptent de le devenir pour mieux vivre, au final ils sont transformés en chevaux.

Seul le syndicalisme peut les sauver.

Cela dénonce aussi les jeux stupides de la télévision ou les gens acceptent d’être humilié, violenté pour gagner de l’argent.

3 avis sur Sorry to Bother You

Avis publié par Lucia le 28 février 2019

Je recommande ce film aux amateurs de comédie surréaliste. Il donne un aperçu précis de la discrimination, de l'amour et du succès des minorités en Amérique.

Avis publié par Franck le 4 février 2019

Un ofni qui déride les zygomatiques engourdis par ces grises journées d'hiver. L'imaginaire, la loufoquerie permet de traiter de sujet sérieux avec légèreté : racisme, exploitation au travail, transhumanisme, probité.
Juste allez le voir, c'est du cinéma !!

Avis publié par Jack Sparrow le 31 janvier 2019

Mais c’est quoi ce film ?!
C’est complétement barré, délirant au point il a fini par me perdre.

Cela se veut une critique du libéralisme économique, les individus deviennent esclaves des multinationales, ils acceptent de le devenir pour mieux vivre, au final ils sont transformés en chevaux.

Seul le syndicalisme peut les sauver.

Cela dénonce aussi les jeux stupides de la télévision ou les gens acceptent d’être humilié, violenté pour gagner de l’argent.

Donner mon avis sur Sorry to Bother You

Quelle note donnez-vous à cet évènement ?

Nota Bene : pour être publié, le contenu de votre avis doit respecter nos conditions générales d'utilisation.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.

Réseaux sociaux