La Grande Musique [critique] : passer, quoi qu’il en coûte…

La Comédie Bastille reprend la fresque historique écrite par Stéphane Guérin et mise en scène par Salomé Villiers. Entre blessures intimes et traumatismes historiques, une intéressante parabole sur le pouvoir du verbe.

Le passé, parfois, ne passe pas. Quand il n’est pas raconté, analysé et compris, il hante obstinément les corps et les comportements de ceux qui n’ont pas mis des mots sur les maux. Si les névroses individuelles rejouent la scène inaugurale du malaise, celles qui affectent le collectif font aussi hoqueter les sociétés, qui peinent à digérer les malheurs subis. Le texte habile de Stéphane Guérin se garde d’asséner des leçons de morale et d’histoire, mais suggère à l’oublieux aujourd’hui qu’il a intérêt à faire récit de son passé pour éviter l’hystérie de conversion.

Ausculter le silence

Telle est l’énigmatique maladie qui frappe les femmes de la famille d’Esther, qui sait que son prénom signifie « celle qui cache » en hébreu, mais qui ignore ce qu’elle dissimule et ce que signifie la paraplégie qui l’afflige. D’autres, avant elle, ont subi le même sort, brutalement incapables d’avancer au moment d’enfanter. Grâce au fantôme de Marcel, son arrière-grand-père déporté ressurgi des limbes de Mauthausen, grâce aussi au soutien de son frère à la folle lucidité, et à celui de son amoureux, désireux d’un avenir serein en commun, Esther finit par trouver la voie de la guérison en rendant voix aux morts disparus dans les cendriers de l’histoire.

Sortir du noir

Les comédiens interprètent avec un solide talent et une belle harmonie ces personnages en quête de la part manquante que la honte a refoulée. Chacun tâche de régler comme il le peut le dilemme qui le broie : comment choisir entre la volonté de vivre et la crainte de n’en être pas digne ? Le récit se déploie avec fluidité, et les figures qui l’incarnent sont touchantes. Les violences subies par nos ancêtres nous condamnent-elles au ressassement ? La pièce de Stéphane Guérin, qui vante les vertus salvatrices de la vérité et le pouvoir consolateur de la clarté, rappelle, comme le suggérait René Char, que « notre héritage n’est précédé d’aucun testament ».

La Grande Musique, à découvrir actuellement à la Comédie Bastille : réservez vos places avec L'Officiel des spectacles

Partager cet article sur :

Nos derniers articles

Mis à jour le 30 janvier 2023 [Théâtres]

Soirée d’exception à l’Atelier : un des plus beaux théâtres de Paris, un texte éclatant, des acteurs éblouissants et une mise en scène affûtée. Jacques Osinski magnifie Fin de partie !

Chloé Oliveres, mise en scène par Papy, interprète son autofiction au bord de la crise de nerfs avec énergie, esprit, émotion et panache : fragile et puissante, drôle et attachante, femme, femme, femme…

Mis à jour le 23 janvier 2023 [Théâtres]

Découvrez les lauréats et toutes les nominations de la première cérémonie des Cyranos, récompensant les spectacles de théâtre jouant dans les salles de moins de 200 places.

A la demande de Pauline Chagne, qui se glisse dans le fourreau de la longue dame brune, Pierre Notte passe de Catherine Deneuve à Barbara : un spectacle saisissant, servi par des comédiens bouleversants.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.

Réseaux sociaux