Les Poupées persanes d’Aïda Asgharzadeh [critique] : entre shah et chiens

Les Poupées persanes, mise en scène Régis Vallée © Alejandro Guerrero

Forte de ses deux triomphes à Avignon en 2021 et 2022, la pièce d’Aïda Asgharzadeh, mise en scène par Régis Vallée, part à la conquête du public parisien : une merveille à découvrir d’urgence !

« Tout ce que je dirai, tous l'ont déjà conté » dit Ferdowsi dans le Shâhnâmeh (Le Livre des rois), qui recueille les contes de la mythologie iranienne pour retracer l’histoire de la Perse. Aïda Asgharzadeh fait de même. Elle narre la colère, la lutte, la défaite, l’exil, les amours perdues et retrouvées et l’universel d’une souffrance partout reconduite et jamais tarie, mais elle le dit avec une originalité dramaturgique et une émotion remarquables. Bouleversant spectacle que celui de la vie de Bijan, Manijeh, Niloofar et Manoucher, quatuor d’Iraniens dont la vie bascule dans les années 70, entre la chute du Shah et l’arrivée des ayatollahs !

Douleurs en abyme

La pièce, habilement construite, fait dialoguer les époques et les situations. Entre le passage à l’an 2000 dans un chalet d’Avoriaz, où une curieuse famille recomposée découvre la neige, la fondue et les joies du dancefloor, et les aventures de quatre jeunes étudiants qui inventent l’amour entre mathématiques, musique et poésie, rien de commun en apparence. Mais les histoires s’emboîtent selon le principe des matriochkas. Chacune s’ouvre pour en découvrir une nouvelle, jusqu’à la tragédie la plus cruelle, enfermée dans le cœur et le ventre de la mère, dont l’amour et la mémoire servent de lien entre les étapes de l’histoire.

Amours en spirale

La pièce d’Aïda Asgharzadeh évite les écueils du pathos et offre, par la comédie, des respirations indispensables au drame : l’équilibre est remarquable. Les comédiens réussissent, avec un brio sidérant, à passer du rire aux larmes : chacun change en un clin d’œil de personnage, de costume, d’époque et de ton. La mise en scène soutient ces changements en puisant à toutes les sources possibles, de l’invention ludique et fantaisiste au réalisme le plus angoissant. Entre conte et témoignage, rêve et pamphlet politique, histoire d’amour et récit des guerres amères perdues par les naïfs et gagnées par les méchants, la troupe des Poupées persanes signe un spectacle réussi et particulièrement saisissant.

Les Poupées persanes au Théâtre des Béliers parisiens, du 24 août au 30 septembre 2022 :
réservez vos places avec L'Officiel des spectacles

Partager cet article sur :

Nos derniers articles

Cet été, profitez des plateaux d'humoristes et comedy clubs parisiens pour vous détendre après le travail ou entre deux épreuves olympiques. Découvrez notre sélection de cinq lieux incontournables, proposant des shows en français ou en anglais.

Avec Le Facteur, le jeune auteur et comédien Étienne Fraday livre une tragi-comédie enlevée sur fond d’immédiat après-guerre. Un baptême du feu efficace et émouvant à découvrir à la Folie Théâtre.

Le 13e Art arbore les couleurs du Brésil avec la version inédite et détonante d’un des spectacles emblématiques de la compagnie Käfig. Croisement des univers et ouverture au monde : splendide !

Madame Sarfati, comedy club, bar et restaurant, est une œuvre d’art signée JR, dans laquelle on peut boire et manger en riant. Sympathique et joyeuse soirée pour les amateurs de stand-up.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.