Vania / Vania, ou le démon de la destruction [critique] : le théâtre, à la vie à la mort !

Clément Poirée met en scène l’adaptation tuilée du Génie des bois et d’Oncle Vania, qu’il a brillamment composée avec Moustafa Benaïbout et Louise Coldefy. Un magnifique spectacle et des acteurs flamboyants.

A dix ans d’intervalle, Tchekhov écrit Le Génie des bois et Oncle Vania. Les deux pièces se ressemblent, mais s’achèvent différemment. La première finit bien parce qu’elle finit mal (Vania se suicide et l’amour l’emporte) ; la seconde épargne Vania, mais le condamne au repos amer qu’offre la fatigue du labeur. Comment choisir ? Clément Poirée, Moustafa Benaïbout et Louise Coldefy préfèrent ne pas… Ils inventent une mise en situation qui réunit deux auteurs, enfermés dans une maison de campagne pour y écrire le scénario du Démon de la destruction, qui fait dialoguer les deux œuvres en convoquant leurs personnages.

Théâtre augmenté

La scène d’ouverture, spirituelle et pétillante, s’amuse de la mise en abyme avec une virtuosité jubilatoire. A l’instar de tout le spectacle, elle illustre les affres et les emportements de la création. Moustafa Benaïbout et Louise Coldefy ne campent pas seulement un Tchekhov bicéphale, qui hésiterait entre pessimisme et optimisme, rire et larmes, tendresse et cruauté. Ils suggèrent surtout combien la vie oscille toujours entre ces deux pôles, jusqu’à son terme, qui éclaire a posteriori les postures et les choix.

Vie sublimée

Entre les scènes où reviennent les scénaristes farfelus, se déploient les étapes du drame qui met aux prises les personnages : le vieil Alexandre, sa femme trop belle et trop jeune, la laborieuse et ingrate Sonia, Michael, misanthrope ami des arbres, Vania noyé dans son fiel, Maria perdue dans ses livres, le malicieux Fredo et Gaufrette, naïf à la guitare. Le Génie des bois et Oncle Vania finissent par se mêler, comme se mélangent les espaces fictionnels (western et heroic fantasy), les strates du récit, l’histoire et son commentaire. Les comédiens sont éblouissants. Tout est subtil et limpide ; tout est évident et beau. L’art véritable ne résout pas les contradictions existentielles que la vie peine à admettre : il les sublime. La preuve par ce spectacle !

Vania / Vania ou le démon de la destruction au Théâtre de la Tempête jusqu'au 23 octobre 2022 : réservez vos places avec L'Officiel des spectacles

Partager cet article sur :

Nos derniers articles

Mis à jour le 30 janvier 2023 [Théâtres]

Soirée d’exception à l’Atelier : un des plus beaux théâtres de Paris, un texte éclatant, des acteurs éblouissants et une mise en scène affûtée. Jacques Osinski magnifie Fin de partie !

Chloé Oliveres, mise en scène par Papy, interprète son autofiction au bord de la crise de nerfs avec énergie, esprit, émotion et panache : fragile et puissante, drôle et attachante, femme, femme, femme…

Mis à jour le 23 janvier 2023 [Théâtres]

Découvrez les lauréats et toutes les nominations de la première cérémonie des Cyranos, récompensant les spectacles de théâtre jouant dans les salles de moins de 200 places.

La Comédie Bastille reprend la fresque historique écrite par Stéphane Guérin et mise en scène par Salomé Villiers. Entre blessures intimes et traumatismes historiques, une intéressante parabole sur le pouvoir du verbe.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.

Réseaux sociaux