L'Officiel des spectacles est disponible chaque mercredi dans les kiosques et librairies • • •

J'habite ici

Théâtre du Rond-Point
2 bis avenue Franklin-Roosevelt - 75008 Paris 8e
Métro : Franklin D. Roosevelt (1/9)

Théâtre contemporain Pièces de théâtre

Genre : Théâtre contemporain
Sous-rubrique : Pièces de théâtre
Date de début : 3 septembre 2021
Date de fin : 17 octobre 2021
Programmation : Dates et horaires : cet évènement est désormais terminé

Pour le confort et la santé de tous, merci de respecter les consignes sanitaires mises en œuvre par les lieux culturels : présentation d'un pass sanitaire, port du masque, usage de gel hydroalcoolique et distanciation physique.

Galerie : photos & vidéos

Amoureux à mobylette, bourgeois très bourgeois, fonctionnaires priapiques, proustiens désabusés, SDF joyeux, vegans et policiers poètes tourbillonnent dans un immeuble que réenchante la concierge, ange gardienne de tous ces démons. Auteur, réalisateur, metteur en scène et directeur du Théâtre du Rond-Point depuis 2002, Jean-Michel Ribes érotise l’ensemble d’un ministère, réinvente avec tendresse ce quartier, ce pays ou ce monde que nous habitons tous, sans épargner « l’effarante connerie du fascisme ».

Par son théâtre monstre, Jean-Michel Ribes édifie une fresque fantasque aux humanités éclatées. Il cherche « l’air frais à travers la broussaille des certitudes et le bordel des idées » et compose une symphonie urbaine, une mosaïque de l’époque dont l’humour, dit-il, « reste la seule issue de secours ».

J'habite ici : le zoom

Un drôle de monde d’après

Jean-Michel Ribes promène son regard moqueur sur la société d’aujourd’hui et le monde d’après dans J’habite ici, pièce chorale assez jubilatoire. « Je n’aime pas le théâtre ». Une phrase lapidaire, volontiers ironique, qui annonce la couleur dès le début de J’habite ici, la dernière livraison de Jean-Michel Ribes au théâtre du Rond-Point. Car évidemment l’auteur de Palace aime cet art et trouve là le vecteur idéal pour se moquer de ses contemporains et du « monde d’après ».

Il nous place cette fois au cœur d’un immeuble qui a pour ange-gardienne Janine, la concierge (Annie Gregorio). Celle-ci lit le courrier des occupants, a la phobie des plombiers, joue les conseillères matrimoniales à ses heures et surtout assiste au petit manège souvent peu glorieux des habitants (campés par des acteurs inspirés).

Kaléidoscope

On retrouve les fondamentaux du théâtre de Ribes avec cette pièce chorale, vacharde et acide, aux personnages bien typés mais qui réservent quelques surprises. Un art de la pirouette qui permet, le plus souvent, de ne pas tomber dans la caricature. La galerie de portraits se révèle assez réjouissante. Il y a le couple de bourgeois qui interdit à sa fille de fréquenter un musulman, le campagnard qui refuse de voir la ville devenir le terrain de jeu des écolos, des bobos, des aristos snobs, des policiers homos, et puis il s’en passe de belles choses au ministère...

Seuls les jeunes, l’avenir, trouvent grâce aux yeux de Ribes. C’est l’occasion pour lui de fustiger le racisme, le fascisme et d’autres mots en « isme » peu sympathiques.

Un humour qui ose tout

Jean-Michel Ribes en profite pour tacler la critique à travers une journaliste qui rechigne à aller voir des pièces en banlieue dans un gymnase. Celle-ci ne jure que par l’alexandrin (« assassiner l’alexandrin, c’est m’assassiner ») qui seul a le pouvoir de soulager son infection urinaire. L’humour ose donc le pas de côté vers le grossier (concours de flatulences quand un bourgeois sent venir la victoire de la gauche aux élections) et vire à l’absurde. Le grand jeu de Ribes, plus ou moins maîtrisé, c’est de mettre ses personnages face à leurs contradictions et leurs incohérences. Et la plupart du temps, la flèche atteint sa cible.

Théâtre du Rond-Point

Adresse : 2 bis avenue Franklin-Roosevelt 75008 Paris 8e
Métro : Franklin D. Roosevelt (1/9)
Réservation : 01.44.95.98.21 (lun au sam 11h-19h)
Site web : www.theatredurondpoint.fr

5 avis sur J'habite ici

Merci de rédiger un avis constructif et utile aux visiteurs, et seulement si vous avez assisté à l'évènement. Votre avis doit être expressément lié à la qualité de l'évènement, de sa scénographie et/ou de son interprétation.
Les messages injurieux, diffamatoires ou auto-promotionnels seront supprimés. Votre avis doit être rédigé dans un français correct, en évitant l'abus de majuscules et de signes de ponctuation.

Quelle note donnez-vous à cet évènement ?

Avis publié par Garvey le 6 octobre 2021

J’ai toujours aimé le théâtre de Jean-Michel Ribes, et cela depuis plusieurs décennies, et je ne suis pas du tout déçu par sa nouvelle création. Toujours acerbe, excessif et pertinent. Très bien joué et mis en scène. Quel plaisir l’impertinence ! Encore merci, Monsieur Ribes.

Avis publié par isabelle le 4 octobre 2021

Nul... ramassis de poncifs anciens (le personnage de la concierge, la femme à domicile dont le mari salit tout et ne range rien, le fonctionnaire qui ne fait rien) et modernes (homosexualité, racisme primaire, policier en délit de sale gueule, propos sexuels bruts et sans saveur) le tout voulant être drôle mais avec un dialogue au ras des pâquerettes sans guère de saillies.

Avis publié par Chantal le 25 septembre 2021

Cette pièce est nullissime, lourdingue et sans intérêt. Seule la concierge relève un peu le jeu. Les autres acteurs sont tous mauvais. JM Ribes, il est temps d'arrêter ! Heureusement que j'ai une réduction de 50% et on comprend pourquoi. Passez votre chemin.

Avis publié par Clovis le 5 septembre 2021

Cette pièce est une honte.
C’est le stéréotype même du socialiste privilégié qui dénonce le racisme tout en restant exécrable, limite et finalement se veux être une excuse pour des débats hors propos sur un fond d’humour. Mise en scène par un socialiste propriétaire d’un théâtre sur les champs elysees, cette pièce cherche a provoquer le rire sans jamais l’atteindre si ce n’est chez ce public privilégié. Le seul acteur noir est relayé aux pires stéréotypes (accent, dialogues autour des sans papiers etc). Le pic est atteint lorsqu’il est décidé par les personnages de « brûler » un sdf sans papiers.
La seule raison pour laquelle je ne me suis pas levé etait ma mère venue avec moi.
Au dela de cet ignoble fausse critique de la société, la pièce n’est qu’une succession de scènes, d’aucune valeur, avec un texte pauvre et puérile (basée sur un jeu de pets, d’imitation par exemple de vegan, de personnes homosexuelles déguisées en libellules pour un défilé, de policier homosexuel) et uniquement permise grace au décor qui se veut amovible.
En bref, un fond malsain, un texte mais alors sans aucun intérêt. Inutile de vous dire que je n’ai pas applaudi

Avis publié par El le 5 septembre 2021

Heureuse d’enfin pouvoir retourner au théâtre, quelle énorme déception ! Ayant déjà vu Annie Gregorio jouer, je me réjouissais. Ni elle, ni certains comédiens ne peuvent relever le niveau de cette pièce, la pire que j’ai jamais vue. Je n’ai même pas pu applaudir. Niveau ras les pâquerettes. Mal à l’aise pour les comédiens de jouer de pareilles inepties (la scène des flatulences, du fonctionnaire qui lèche sa directrice, l’étudiant en médecine et le flic gays, etc) . Certains comédiens insupportables à écouter. Bref, navrée d’écrire que j’ai trouvé cette pièce nullissime. Ni rires, ni idées.

Principaux artistes

Jean-Michel Ribes

Au théâtre, on a pu voir Jean-Michel Ribes dans Brèves de comptoir, tournée générale ! (Théâtre de l'Atelier) en 2021, Kadoc (Théâtre du Rond-Point) en 2021 ou encore En couple (situation provisoire) (À la Folie Théâtre) en 2020.
Au cinéma, Jean-Michel Ribes a réalisé, écrit Brèves de comptoir en 2013, réalisé, écrit Musée haut, musée bas en 2008 ou encore écrit Cœurs en 2006.

Philippe Magnan

Naissance à Paris le 21 août 1948 (73 ans).
Au théâtre, on a pu voir Philippe Magnan dans Brèves de comptoir, tournée générale ! (Théâtre de l'Atelier) en 2021, L'Opposition Mitterrand vs Rocard (Théâtre de l'Atelier) en 2020 ou encore Palace (Théâtre de Paris) en 2019.
Au cinéma, Philippe Magnan a interprété le principal dans Mon pire cauchemar en 2011, interprété Paul dans L'Art d'aimer en 2010 ou encore interprété Ménar dans Libre échange en 2010.

Alice de Lencquesaing

Naissance à 14e arrondissement de Paris le 11 août 1991 (30 ans).
Au théâtre, on a pu voir Alice de Lencquesaing dans J'avais ma petite robe à fleurs (Théâtre de Suresnes Jean Vilar) en 2022, Intra Muros (Théâtre 13 - Glacière) en 2017 ou encore Sarabande (Théâtre du Lucernaire) en 2013.
Au cinéma, Alice de Lencquesaing a interprété Anna dans Chacun chez soi en 2021, joué dans Libre en 2018 ou encore interprété Rosemonde Gérard dans Edmond en 2018.

Annie Grégorio

Naissance à Nérac le 4 avril 1957 (64 ans).
Au théâtre, on a pu voir Annie Grégorio dans Comme à la maison (Théâtre de Paris) en 2017, L'Amour, la mort, les fringues (Théâtre Marigny) en 2011 ou encore Les Nouvelles Brèves de comptoir (Théâtre du Rond-Point) en 2010.
Au cinéma, Annie Grégorio a joué dans Si on chantait en 2021, interprété Simone dans Maman a tort en 2016 ou encore interprété la postière dans Brèves de comptoir en 2013.

Romain Cottard

Au théâtre, on a pu voir Romain Cottard dans La Vie invisible (Théâtre de la Ville - Espace Pierre Cardin) en 2022, L'Absence de Père (Théâtre Gérard Philipe) en 2021 ou encore Sulki et Sulku ont des conversations intelligentes (Théâtre Montparnasse) en 2019.

Newsletter

Chaque mercredi, le top des sorties culturelles à Paris !

Également à découvrir...