L'Officiel des spectacles est disponible chaque mercredi dans les kiosques et librairies • • •
Un triomphe, affiche

Un triomphe

Comédie dramatique 1h40

Nationalité : France
Genre : Comédie dramatique
Réalisateur : Emmanuel Courcol
Techniciens : Emmanuel Courcol (Scénariste) , Fred Avril (Compositeur) , Thierry de Carbonnières (Scénariste)
Durée : 1h40
Distributeur : Memento Distribution
Date de sortie : 01/09/2021
Année de réalisation : 2020
Année de sortie : 2021
Date de mise en salle : 01/09/2021

Galerie : photos & vidéos

Étienne, un comédien en manque de rôles et en fin de droits, anime un atelier de théâtre dans une prison. Impressionné par le potentiel des détenus, il décide de monter avec eux En attendant Godot de Samuel Beckett. Après des débuts mouvementés, les prisonniers réussissent à s'approprier la pièce. Commence alors une tournée triomphale qui rend chaque retour derrière les barreaux de plus en plus compliqué et pénible. Étienne, qui tient enfin l'occasion de se révéler, sait qu'il marche sur une corde raide et que tout peut s'écrouler.

Un triomphe se base sur une histoire vraie : en 1985, Jan Jönson, un comédien suédois, joue un monologue devant 75 détenus à la demande du directeur de la prison. Suite à cela, il est revenu durant un an dans cette prison afin d'y monter une troupe de théâtre et d'interpréter En attendant Godot de Samuel Beckett. Emmanuel Courcol, le réalisateur, a mis des années à trouver la bonne formule pour adapter cette aventure. « Il fallait tout réinventer, parce que le milieu carcéral suédois des années 1980 était très éloigné des prisons françaises d’aujourd’hui », explique t-il. Le réalisateur a également songé à changer la pièce, celle de Beckett lui semblant « un peu aride », pour au final garder celle de l'histoire originelle.
 

Un triomphe : la critique

S'évader par le théâtre

Pour son second film, Emmanuel Courcol s'inspire d'une histoire vraie. Celle d'une rencontre entre l'univers carcéral et le théâtre. Une comédie teintée d'espoir et galvanisée par son casting.

Comédien en manque de projets et de triomphes, Étienne (Kad Merad) accepte de reprendre un atelier théâtre en prison. Ne connaissant rien de ce monde, l'homme se heurte d'abord à des détenus tantôt réfractaires tantôt dissipés. Mais, peu à peu, ces derniers laissent entrevoir une appétence et un goût pour la comédie. Les débuts laborieux laissent alors place à une entente, puis une complicité. Emballé par cette troupe atypique, Étienne fantasme un projet fou : adapter En attendant Godot, dans un vrai théâtre, avec un vrai public.

Suivant de près la collision de ces deux mondes en miroir, les premières minutes d'Un triomphe fixent le cadre d'une histoire dont on pourrait craindre bon nombre d'écueils : une approche naïve du milieu carcéral, des personnages caricaturaux, un trop-plein de bons sentiments... Inspiré d'une histoire vraie – celle du metteur en scène Jan Jönson, qui avait adapté la pièce de Samuel Beckett avec des détenus, en Suède – le résultat s'affranchit pourtant des clichés et déjoue les pronostics pessimistes.

Les planches de la rédemption

Plus de quatre ans après son premier long-métrage Cessez-le-feu, Emmanuel Courcol s’appuie une nouvelle fois sur une distribution solide : Kad Merad, David Ayala, Pierre Lottin, Sofian Khammes... Chacun apporte un souffle authentique aux dialogues et fait preuve d'une rassurante crédibilité. Et de leur collaboration se dégage une énergie communicative. Leurs personnages ne se contentent pas de monter sur les planches. Ils les brûlent. Peut-être parce qu'au fond, En attendant Godot colle si bien à leur passé, leur solitude, leurs tourments...

Sans éluder les parts d'ombre ni la réalité de l'enfermement, le film s'emploie davantage à traduire cette ascension salvatrice, imprégnée d'espoir pour certains, de rédemption pour d'autres. Mais la mise en scène se faisant souvent discrète, la seconde partie du film ne trouve pas toujours son équilibre. Le récit navigue entre raccourcis et digressions. On s'égare quelques fois, avant d'être rattrapé au vol par la bienveillance du projet. Quant à la conclusion, elle est à l'image de l'ensemble : risquée, néanmoins suffisamment juste pour ne jamais trahir les personnages et leur essence.

Séances

Paris 5
L'Épée de Bois
100 rue Mouffetard
Paris 5e
13:50
Paris 14
Le Chaplin - Denfert
24 place Denfert-Rochereau
Paris 14e
21:50
L'Entrepôt
7 rue Francis de Pressensé
Paris 14e
13:25
Banlieue 92
Maison des Jeunes et de la Culture
29 av. de Verdun
92390 Villeneuve-la-Garenne
15:00
Cinéma André Malraux
29 avenue de Verdun
92390 Villeneuve-la-Garenne
15:00
Paris 15
Le Chaplin - Saint-Lambert
6 rue Péclet
Paris 15e
21:00

3 avis sur Un triomphe

Merci de rédiger un avis constructif et utile aux visiteurs, et seulement si vous avez assisté à l'évènement. Votre avis doit être expressément lié à la qualité de l'évènement, de sa scénographie et/ou de son interprétation.
Les messages injurieux, diffamatoires ou auto-promotionnels seront supprimés. Votre avis doit être rédigé dans un français correct, en évitant l'abus de majuscules et de signes de ponctuation.

Quelle note donnez-vous à cet évènement ?

Avis publié par Isabelle le 12 septembre 2021

Un acteur réussit à mobiliser, contre toute attente grâce au soutien de la directrice de prison, ancienne avocate, et malgré les réticences de la juge des détenus pour monter une pièce de théâtre qui, grâce a son succès, finit par passer les murs de la prison pour être jouée au théâtre de l'Odeon...
Une chute inattendue, douce-amère a mi chemin entre une ode a la liberté et la mise en évidence que l'unité de groupe n'était qu'un faux semblant.
Excellente interprétation de Kad Merad.

Avis publié par Jérôme le 5 septembre 2021

Surprenant. Le triomphe n'est pas où on l'attend. Emouvant, drôle et stressant.. Marina Hands est toujours aussi exceptionnelle.

Avis publié par Laure le 31 août 2021

Hilarant, avec un groupe d’acteurs magnifiques.

Newsletter

Chaque mercredi, le top des sorties culturelles à Paris !