[critique] Juliette au printemps : Un nouveau portrait de femmes signé Blandine Lenoir

© 2024 Karé Productions France 3 Cinéma Auvergne Rhône Alpes Cinéma

Après Aurore et Annie Colère, Blandine Lenoir, réalisatrice habituée des portraits de femmes, propose un quatrième long métrage adapté du roman graphique de Camille Jourdy, Juliette, les fantômes reviennent au printemps.

C'est la première fois que Blandine Lenoir ne travaille pas sur un scénario original. Elle garde pour autant tous les ingrédients de son cinéma, à la fois populaire et féministe.

Juliette est une illustratrice de livres pour enfants. Cette jeune trentenaire se retrouve perdue et incapable d'avancer dans sa vie. Pour se changer les idées, elle décide de passer quelques jours en famille. Elle y retrouve une sœur hyperactive, un père pudique et une mère excentrique. Des secrets de famille vont alors remonter à la surface.

Un film positif et joyeux évoquant la dépression

Au centre de cette chronique familiale sous forme de film choral, il y a la légèreté des décors champêtres avec un rythme de comédie insufflé par des dialogues soignés et des personnages iconoclastes parfaitement caractérisés. On est dans un bucolisme plaisant qui semble idyllique. Pourtant, derrière l’énergie positive de ces retrouvailles familiales se cachent de lourds sujets inavoués. En particulier, Juliette, à l’allure pétillante, se retrouve avec un mal-être insidieux. Sans comprendre, elle a le sentiment de stagner. Elle n’a plus ses règles depuis plusieurs mois, signe d’une dépression profonde que le film appréhende avec nuance et sensibilité.

Pour interpréter ce premier rôle, Izïa Higelin est d’une douceur implacable. Autre personnage clé du film, à l’opposé de sa sœur cadette, Marylou est la version hyperactive. Mère de deux enfants, ne trouvant plus l’épanouissement dans son couple, elle tient pourtant la famille élargie à bout de bras. Sa carapace porte cependant, elle aussi, un lourd fardeau inconscient. Dans la peau de ce superbe personnage, l’actrice Sophie Guillemin, d’une prestance remarquable, prend ici toute la lumière. La comédienne, dont c’est le plus grand rôle au cinéma à ce jour, se met courageusement à nu dans des scènes d’amour loin des stéréotypes cinématographiques. Juliette au printemps est une œuvre délicate et touchante, qui confirme le talent de Blandine Lenoir pour les portraits féminins. Le film insuffle une note d'espoir et de renouveau, à l'image du printemps évoqué dans son titre.

Juliette au printemps, sortie le 12 juin 2024 : toutes les séances à Paris et en Île-de-France

Partager cet article sur :

Nos derniers articles

Même durant les Jeux Olympiques, le cinéma ne s'arrête jamais dans la capitale ! Dolcevita-sur-Seine, Cinéma Paradiso, Ciné-voisins... : découvrez les séances organisées en plein air à Paris et ses alentours durant l'été 2024.

Bruno Podalydès signe une nouvelle comédie tendre et savoureuse, entouré de ses comédiens fétiches auxquels se joignent deux nouvelles et brillantes recrues, Daniel Auteuil et Dimitri Doré.

Avec Memory, le réalisateur mexicain Michel Franco trouve une forme d’équilibre entre noirceur et lumière.

Publié le 20 mai 2024 [Cinémas]

La jeunesse de Furiosa, personnage introduit dans Mad Max : Fury Road en 2015, dans un prequel qui promet d'en reconduire le brio – avec la mise en scène pour souci principal, et à rebours des blockbusters super-héroïques qui trustent les écrans.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.