[critique] Ma version de l'histoire : Une vérité toute relative

© Émilie Brouchon

Au Théâtre Michel, Sébastien Azzopardi dissèque, sur scène et à l’écriture, les incompréhensions dans le couple. Un spectacle visuellement réussi, réjouissant et juste.

« Nous sommes devenus des collègues ». Voilà le constat triste et amer de Valentine (Miren Pradier), mariée depuis vingt ans avec Sam (Sébastien Azzopardi). Une révélation qui se fait dans un cabinet de psy où le duo entame une thérapie, histoire de sauver ce qui peut l’être. C’est le point de départ de Ma version de l’Hhstoire, nouvelle création de Sébastien Azzopardi qui fait cette fois cavalier seul à l’écriture, sans son comparse Sacha Danino (Le Tour du monde en 80 jours, La Dame Blanche). Après L’Embarras du choix, pièce interactive nommée aux Molières de la meilleure comédie en 2022, il revient avec cette partition alerte sur le manque de communication dans le couple. Et pour raconter tout cela, il a choisi un procédé plutôt malin.

Le public à témoin

Prenant le psychanalyste à témoin (ou le public ?, interactivité toujours…), Sam et Valentine rejouent les grands moments de leur histoire d’amour. Évidemment, ils n’ont pas la même vision des faits. Chacun donne sa version des mêmes évènements et c’est l’occasion de tirer la couverture à soi, de se donner le beau rôle. Heureusement, on évite le déballage vaudevillesque lourdaud pour un retour en arrière / bilan assez subtil. Mais Valentine, aujourd’hui senior au chômage, a-t-elle vraiment sacrifié sa carrière pour son mari ? Sam a-t-il réellement trompé sa femme ? L’intrigue maintient le suspense et le flou, entre fantasme et réalité, avec pas mal d’efficacité.

Des souvenirs partagés

LA bonne idée - pour le rythme notamment - c’est quand l’un interrompt l’autre lorsque le déroulement du « souvenir » ne lui convient pas. Pour la dose d’humour et le recul, on fait parler les protagonistes – commentateurs (Deborah Leclercq et Alexandre Nicot) de ces fameux passages clés. Cette crise existentielle se déroule dans un ingénieux décor de panneaux blancs, signé Juliette Azzopardi, secondée par Arnaud de Segonzac et habillé des belles vidéos de Nathalie Cabrol, assistée de Jérémy Secco. Autant d’atouts pour cette mise au point conjugale drôle, parfois moqueuse et finalement émouvante.

Ma version de l'histoire au Théâtre Michel : réservez vos places avec L'Officiel des spectacles

Partager cet article sur :

Nos derniers articles

Adapté pour la première fois en France, Le Cercle des Poètes disparus s’installe au Théâtre Antoine, avec des jeunes comédiens inspirés et Stéphane Freiss en professeur iconoclaste. Une ode à la liberté qui bouleverse et fait du bien.

Dans une remarquable mise en scène de Géraldine Martineau, Élodie Navarre crée la première version française de Prima Facie, de Suzie Miller. Uppercut au foie pour la culture du viol !

Alexis Michalik se fait plus « politique » avec Passeport, sa nouvelle création au Théâtre de la Renaissance, autour du sort des migrants. Il livre un conte humaniste, à la mise en scène énergique.

Mis à jour le 1 février 2024 [Théâtres]

Découvrez les lauréats de la deuxième cérémonie des Cyranos, qui s'est déroulée le 29 janvier 2024 et qui récompense les spectacles de théâtre jouant dans les salles de moins de 200 places.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.