​​​​​​​Le Jour du kiwi [critique] : L’enfer, c’est les autres !

© Cyril Bruneau

Gérard et Arthur Jugnot jouent pour la première fois ensemble. Avec Florence Pernel et Elsa Rozenknop, ils interprètent l’histoire plaisante de Barnabé Leroux, aux prises avec un coucou amateur de kiwi…

Barnabé Leroux est un maniaque. Il sait précisément ce qu’il mange et ce qu’il boit. Le vendredi, il se régale d’un yaourt au kiwi, son préféré. Il peut mesurer le temps qui passe en fonction du nombre de Pim’s qui restent, une fois le paquet ouvert. Sa méticulosité et son sens aigu de l’organisation lui assurent une existence tranquille qui le met à l’abri de toutes les surprises. Lorsque remous il y a dans ce long fleuve tranquille, sa psychanalyste (qui le trouve un peu « relou », comme en témoignent ses lapsus), est là pour l’écouter. Mais patatras ! Voilà qu’un jour, le yaourt au kiwi a disparu. Qui a osé ?

Père et fils de la ville à la scène

Laetitia Colombani s’est inspiré d’un fait divers japonais : en 2008, un habitant de Fukuoka avait découvert qu’une femme squattait son placard à futons et mangeait ses réserves depuis un an. Eric Faye en a fait un roman que, hasard du calendrier, Olivier Cruveiller a adapté au Théâtre de l’Epée de bois en janvier. La crise actuelle et les aléas du mal-logement inspirent la scène ! Laetitia Colombani imagine une pièce drôle et tendre à partir de cette anecdote grave et grinçante. Elle offre à Gérard et Arthur Jugnot l’occasion de se retrouver sur scène : les deux comédiens jouent avec un bel abatage le père tranquille et le fils inquiet.

Yaourt rédempteur

Florence Pernel est délicieuse en psychanalyste submergée par la normalité exaspérante de son patient et Elsa Rozenknop est touchante en coucou philosophe. Ladislas Chollat signe une mise en scène enlevée, remarquablement soutenue par l’inventivité pleine d’humour des décors d’Emmanuelle Roy. On passe de la maison Leroux au cabinet d’analyse en un clin d’œil. Les comédiens vont gaillardement de scène en scène, faisant naître le rire et l’émotion face aux aventures ordinaires de l’extraordinaire Leroux, qui apprend à devenir un peu moins triste en se découvrant un peu moins seul. N’en déplaise à Barnabé, on peut aller savourer ce kiwi tous les soirs !

Le Jour du kiwi, à découvrir au Théâtre Édouard VII : réservez vos places avec L'Officiel des spectacles

Partager cet article sur :

Nos derniers articles

L’œuvre de Laurent Gaudé est présentée pour la première fois à La Colline avec Terrasses et Le Tigre bleu de l'Euphrate, mis en scène par Denis Marleau. Deux face-à-face avec la mort.

Publié le 7 mai 2024 [Théâtres]

Elsa Adroguer interprète, avec une force et une dignité rares, l’histoire de l’emprise d’un loup sur un Petit Chaperon rouge qui voulait apprendre à conduire… Direct au cœur, uppercut au foie !

Extraordinaire performance dans l’écrin du Théâtre de Poche-Montparnasse où Sandrine Molaro et Gilles-Vincent Kapps façonnent un bijou ! Un spectacle virtuose, intelligent et drôle, à ne pas rater !

Vincent Messager confie à la flamboyante Andréa Ferréol le rôle de la Pompe funèbre, célébrissime cocotte qui fit mourir Félix Faure de plaisir. Un spectacle plaisamment truculent, rondement mené.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.