Théâtres Théâtre contemporain Pièces de théâtre

De et mise en scène Jean-Luc Jeener.

Avec Didier Bizet, Olivier Bruaux, Louise Lemoine Torrès.

Genre : Théâtre contemporain
Lieu : Théâtre du Nord-Ouest (Salle Economidès), Paris 9e
Date de début : 21 juin 2023
Date de fin : 23 avril 2024
Durée : 1h15
Tarifs : Places de 13 à 23€

Programmation :
12 avril 2024 : 20h30
22 avril 2024 : 20h30
23 avril 2024 : 20h30

Pour le confort et la santé de tous, merci de respecter les consignes sanitaires mises en œuvre par les lieux culturels : présentation d'un "pass sanitaire", port du masque, usage de gel hydroalcoolique et distanciation physique.

Présentation

Y a-t-il une limite au secret de la confession ?

Le spectacle La Confession est référencé dans notre rubrique Pièces de théâtre.

Derniers avis sur le spectacle : La Confession

Avis publié par dominique le 10 avril 2024

Je n'ai rien à ajouter aux deux avis précédents qui sont absolument parfaits
Un sujet difficile magnifiquement traité par Jean-Luc Jenner qui décrit très bien les trois personnages, le prêtre confesseur à la foi inébranlable, le prêtre pédophile pervers et manipulateur, et le juge qui veut faire appliquer la loi et en particulier considère que le secret de la confession doit être levé dans le cas présent même si le droit canonique dit le contraire
C'est une pièce magnifiquement écrite avec des interprétations criantes de vérité par de grands acteurs, on en sort bouleversé.
Une pièce à ne pas rater, le Théâtre du Nord-Ouest nous offre régulièrement de grands moments de théâtre !

Avis publié par Solange le 25 février 2024

A VOIR ABSOLUMENT !!!
Le secret de la confession... tant de vies à jamais brisées... Une nouvelle fois, Jean-Luc JEENER nous interpelle sur un très grave problème, et au combien d'actualité, bien qu'ayant toujours existé... Pièce à voir absolument pour apprendre, pour se poser des questions sur notre société, ses "valeurs", sur soi-même. Une mise en scène minimaliste et remarquable. De grands comédiens poignants dans des rôles très difficiles; il serait intéressant de savoir comment ils vivent ces "incarnations". "L'âme du théâtre, c'est d'avoir un corps" disait le philosophe Henri Gouhier. Un moment dur et troublant dont on ne sort pas indemne... Mention spéciale à Olivier BRUAUX, comédien passionné et passionnant ! Merci au Théâtre du Nord-Ouest de nous faire vivre de telles "expériences".

Avis publié par Jean-Pierre le 13 septembre 2023

Suite : qu'il trahisse le secret de la confession. Le second voulant être persuadé de la sincérité de la rédemption du pêcheur pour s'autoriser à lui donner l'absolution. Le second acte se déroule trois années plus tard et confronte le prêtre confesseur à une juge d'instruction qui l'a convoqué suite aux révélations du prêtre pédophile auteur d'un crime abominable sur un adolescent de 16 ans qu'il a violé et assassiné. La juge n'aura de cesse d’accuser le confesseur de complicité dans ce crime, pour n'avoir pas dénoncer trois ans plus tôt le futur assassin. C'est, selon moi, ce second acte qui est le plus troublant, le plus bouleversant. L'auteur utilise tous les arguments des deux protagonistes, sans en oublier le moindre aspect. Nous assistons à un théâtre ancré dans une réalité saisissante, l'écriture est incisive, moderne, puissante, digne des plus grands auteurs dramatiques. Nous ne pouvons qu'évoquer Sartre, Shakespeare, Anouilh, Bernanos. Mais un texte théâtral, quel que soit sa force, n'est rien s'il n'est pas porté par des comédiens remarquables. Dans le cas présent nous assistons à trois incarnations totales des personnages. Pas une seconde nous doutons de la perversité et des tourments d'Olivier Bruaux.La crudité de sa parole pour confesser les crimes qu'il a commis, nous est assénée avec une telle vérité que l'on se surprend à le haïr tant il s'identifie à son personnage. Dans le rôle du confesseur, Didier Bizet compose un prêtre plus authentique que nature. Nous vivons de l'intérieur tous les doutes, les craintes, les troubles qui le submergent. Son intelligence du texte nous fait penser à celles des regrettés Michael Lonsdale et Jean Topart. Louise Lemoine Torrès campe en ce qui la concerne, une juge impitoyable, éprise d'une justice humaine purement républicaine, elle tentera jusqu'au bout de faire plier ce prêtre dont la fidélité à la loi canonique est inébranlable tant il ne se considère qu'un passeur de la loi divine, afin qu’il prenne conscience de sa responsabilité de citoyen. Elle tentera de le faire douter, selon moi sans y parvenir.
Un spectacle qui remplit de bonheur tant il oblige à se sonder soi-même pour connaître notre propre conviction. Car l'intelligence de son auteur, qui signe également la mise en scène et la direction d'acteurs, est de ne pas révéler sa propre conviction pour nous laisser libre du choix de la nôtre.

Avis publié par Jean-Pierre le 13 septembre 2023

titre : Trouble, foi et passion
Deux actes, deux duels spirituels, deux affrontements. Ici qu'importe que vous soyez croyant, athée ou agnostique, qu'importe que vous ayez la foi ou pas, quelle que puisse être votre religion vous ne pouvez pas être indifférent à la question que Jean-Luc Jeener soulève dans sa remarquable pièce, celle du secret de la confession.
« La confession est l'un des sept sacrements reconnus par l'Eglise catholique et les Eglises orthodoxes. Elle permet au pénitent qui reconnaît ses péchés de recevoir le pardon de Dieu et de se réconcilier avec la communauté chrétienne. » (Le Monde – 2021)
Le canon 983 du droit canonique énonce que " le secret sacramentel est inviolable. C'est pourquoi il est absolument interdit au confesseur de trahir en quoi que ce soit un pénitent, par des paroles ou d'une autre manière, et pour quelque cause que ce soit ". Ainsi la confession oblige le prêtre qui recueille l'acte de pénitence à ne jamais le révéler, sous peine d'être excommunié. Ce rituel est une spécificité des religions chrétienne et judaïque.
Depuis deux ans le sujet est brûlant d'actualité, le secret de la confession, bien qu'assimilé selon la loi au secret professionnel des avocats et des médecins , est-il au-dessus des lois de la République ? Selon Gilles Clavreul, le secret de la confession ne peut en aucun cas être " supérieur " aux lois de la République, pour la bonne raison qu'il est reconnu par les lois de la République : autrement dit, il ne peut pas être au-dessus de la loi puisqu'il est dans la loi. Si dans l'Église catholique, le secret de la confession est un droit absolu et inaliénable, dans le droit français, le Code pénal autorise la levée du secret professionnel qui s'applique aux ministères du culte lors de sévices sur des mineurs et des personnes vulnérables. C’est la raison pour laquelle le rapport Sauvé demande que cette jurisprudence entre dans le droit canonique.
Ce sont les deux facettes de ces engagements auxquelles nous assistons sur la scène du Théâtre du Nord-Ouest. Dépouillement et sobriété mettent en valeur la force du propos. Le premier acte nous permet d'assister à la confession d'un prêtre pédophile auprès d'un autre prêtre qui d'emblée nous submerge de sa foi inébranlable en l'Eglise catholique. Un duel étonnant entre les deux hommes se déroule devant nous, le premier voulant tester la force et les convictions du second par peur qu'il

Principaux artistes liés à l'événement

Jean-Luc Jeener : au théâtre, Jean-Luc Jeener est à l'affiche de Port-Royal (mise en scène - Théâtre du Nord-Ouest) en 2024, Entretiens avec le professeur Y (mise en scène, interprétation - Théâtre du Nord-Ouest) en 2024, L'Avare (mise en scène - Théâtre du Nord-Ouest) en 2024 ou encore La Mégère apprivoisée (mise en scène - Théâtre du Nord-Ouest) en 2023.

Olivier Bruaux : au théâtre, Olivier Bruaux est à l'affiche de Le Véritable Saint Genest (interprétation - Théâtre du Nord-Ouest) en 2024, Viendras-tu au bûcher ce soir ? (interprétation - Théâtre du Nord-Ouest) en 2024, L'Avare (interprétation - Théâtre du Nord-Ouest) en 2024 ou encore Désirs chaotiques (mise en scène - L'Auguste Théâtre) en 2023.

Didier Bizet : au théâtre, Didier Bizet est à l'affiche de Le Maître de Santiago (Théâtre du Nord-Ouest) en 2022, Les Femmes savantes (Théâtre du Nord-Ouest) en 2022 ou encore Titus Andronicus (Théâtre du Nord-Ouest) en 2022.

Louise Lemoine Torrès : au théâtre, Louise Lemoine Torrès est à l'affiche de Uruguay Trilogie : Ore (Studio Casanova - Théâtre des Quartiers d'Ivry) en 2014 ou encore La Nuit des rois (Théâtre du Nord-Ouest) .

À voir également...

Partenaire

Coordonnées du lieu

Théâtre du Nord-Ouest

Adresse : 13 rue du faubourg Montmartre 75009 Paris 9e
Réservation : 01.47.70.32.75
Site web : www.theatredunordouest.com

Transports

Métro : Grands Boulevards (8 / 9), Le Peletier (7)
Bus : Grands Boulevards (20 / 32 / 39 / 74 / 85 / N15 / N16), Le Peletier - Haussmann (32 / 45), Poissonnière - Bonne Nouvelle (20 / 32 / 39), Richelieu - 4 Septembre (20 / 29 / 39 / 74 / 85 / N15 / N16), Le Peletier (40 / 45), Cadet (26 / 32 / 43 / 45 / 85), Provence - Faubourg Montmartre (74 / 85), Petites Écuries (39)

Plan d'accès

Théâtre du Nord-Ouest - Paris 9e
13 rue du faubourg Montmartre

4 avis sur La Confession

Avis publié par dominique le 10 avril 2024

Je n'ai rien à ajouter aux deux avis précédents qui sont absolument parfaits
Un sujet difficile magnifiquement traité par Jean-Luc Jenner qui décrit très bien les trois personnages, le prêtre confesseur à la foi inébranlable, le prêtre pédophile pervers et manipulateur, et le juge qui veut faire appliquer la loi et en particulier considère que le secret de la confession doit être levé dans le cas présent même si le droit canonique dit le contraire
C'est une pièce magnifiquement écrite avec des interprétations criantes de vérité par de grands acteurs, on en sort bouleversé.
Une pièce à ne pas rater, le Théâtre du Nord-Ouest nous offre régulièrement de grands moments de théâtre !

Avis publié par Solange le 25 février 2024

A VOIR ABSOLUMENT !!!
Le secret de la confession... tant de vies à jamais brisées... Une nouvelle fois, Jean-Luc JEENER nous interpelle sur un très grave problème, et au combien d'actualité, bien qu'ayant toujours existé... Pièce à voir absolument pour apprendre, pour se poser des questions sur notre société, ses "valeurs", sur soi-même. Une mise en scène minimaliste et remarquable. De grands comédiens poignants dans des rôles très difficiles; il serait intéressant de savoir comment ils vivent ces "incarnations". "L'âme du théâtre, c'est d'avoir un corps" disait le philosophe Henri Gouhier. Un moment dur et troublant dont on ne sort pas indemne... Mention spéciale à Olivier BRUAUX, comédien passionné et passionnant ! Merci au Théâtre du Nord-Ouest de nous faire vivre de telles "expériences".

Avis publié par Jean-Pierre le 13 septembre 2023

Suite : qu'il trahisse le secret de la confession. Le second voulant être persuadé de la sincérité de la rédemption du pêcheur pour s'autoriser à lui donner l'absolution. Le second acte se déroule trois années plus tard et confronte le prêtre confesseur à une juge d'instruction qui l'a convoqué suite aux révélations du prêtre pédophile auteur d'un crime abominable sur un adolescent de 16 ans qu'il a violé et assassiné. La juge n'aura de cesse d’accuser le confesseur de complicité dans ce crime, pour n'avoir pas dénoncer trois ans plus tôt le futur assassin. C'est, selon moi, ce second acte qui est le plus troublant, le plus bouleversant. L'auteur utilise tous les arguments des deux protagonistes, sans en oublier le moindre aspect. Nous assistons à un théâtre ancré dans une réalité saisissante, l'écriture est incisive, moderne, puissante, digne des plus grands auteurs dramatiques. Nous ne pouvons qu'évoquer Sartre, Shakespeare, Anouilh, Bernanos. Mais un texte théâtral, quel que soit sa force, n'est rien s'il n'est pas porté par des comédiens remarquables. Dans le cas présent nous assistons à trois incarnations totales des personnages. Pas une seconde nous doutons de la perversité et des tourments d'Olivier Bruaux.La crudité de sa parole pour confesser les crimes qu'il a commis, nous est assénée avec une telle vérité que l'on se surprend à le haïr tant il s'identifie à son personnage. Dans le rôle du confesseur, Didier Bizet compose un prêtre plus authentique que nature. Nous vivons de l'intérieur tous les doutes, les craintes, les troubles qui le submergent. Son intelligence du texte nous fait penser à celles des regrettés Michael Lonsdale et Jean Topart. Louise Lemoine Torrès campe en ce qui la concerne, une juge impitoyable, éprise d'une justice humaine purement républicaine, elle tentera jusqu'au bout de faire plier ce prêtre dont la fidélité à la loi canonique est inébranlable tant il ne se considère qu'un passeur de la loi divine, afin qu’il prenne conscience de sa responsabilité de citoyen. Elle tentera de le faire douter, selon moi sans y parvenir.
Un spectacle qui remplit de bonheur tant il oblige à se sonder soi-même pour connaître notre propre conviction. Car l'intelligence de son auteur, qui signe également la mise en scène et la direction d'acteurs, est de ne pas révéler sa propre conviction pour nous laisser libre du choix de la nôtre.

Avis publié par Jean-Pierre le 13 septembre 2023

titre : Trouble, foi et passion
Deux actes, deux duels spirituels, deux affrontements. Ici qu'importe que vous soyez croyant, athée ou agnostique, qu'importe que vous ayez la foi ou pas, quelle que puisse être votre religion vous ne pouvez pas être indifférent à la question que Jean-Luc Jeener soulève dans sa remarquable pièce, celle du secret de la confession.
« La confession est l'un des sept sacrements reconnus par l'Eglise catholique et les Eglises orthodoxes. Elle permet au pénitent qui reconnaît ses péchés de recevoir le pardon de Dieu et de se réconcilier avec la communauté chrétienne. » (Le Monde – 2021)
Le canon 983 du droit canonique énonce que " le secret sacramentel est inviolable. C'est pourquoi il est absolument interdit au confesseur de trahir en quoi que ce soit un pénitent, par des paroles ou d'une autre manière, et pour quelque cause que ce soit ". Ainsi la confession oblige le prêtre qui recueille l'acte de pénitence à ne jamais le révéler, sous peine d'être excommunié. Ce rituel est une spécificité des religions chrétienne et judaïque.
Depuis deux ans le sujet est brûlant d'actualité, le secret de la confession, bien qu'assimilé selon la loi au secret professionnel des avocats et des médecins , est-il au-dessus des lois de la République ? Selon Gilles Clavreul, le secret de la confession ne peut en aucun cas être " supérieur " aux lois de la République, pour la bonne raison qu'il est reconnu par les lois de la République : autrement dit, il ne peut pas être au-dessus de la loi puisqu'il est dans la loi. Si dans l'Église catholique, le secret de la confession est un droit absolu et inaliénable, dans le droit français, le Code pénal autorise la levée du secret professionnel qui s'applique aux ministères du culte lors de sévices sur des mineurs et des personnes vulnérables. C’est la raison pour laquelle le rapport Sauvé demande que cette jurisprudence entre dans le droit canonique.
Ce sont les deux facettes de ces engagements auxquelles nous assistons sur la scène du Théâtre du Nord-Ouest. Dépouillement et sobriété mettent en valeur la force du propos. Le premier acte nous permet d'assister à la confession d'un prêtre pédophile auprès d'un autre prêtre qui d'emblée nous submerge de sa foi inébranlable en l'Eglise catholique. Un duel étonnant entre les deux hommes se déroule devant nous, le premier voulant tester la force et les convictions du second par peur qu'il

Donner mon avis sur La Confession

Quelle note donnez-vous à cet évènement ?

Nota Bene : la modération des avis s'effectue a posteriori. C'est à dire qu'un avis provisoirement affiché peut être refusé par la suite.
Pour être publié, le contenu de votre avis doit respecter nos conditions générales d'utilisation.
Pour les questions concernant des billets achetés via notre intermédiaire (accueil, placement, tarifs), il est nécessaire de contacter notre service client.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.