Je ne suis pas un salaud

De Emmanuel Finkiel
Cinémas Drame 1h51

Réalisation : Emmanuel Finkiel
Principaux artistes : Nicolas Duvauchelle, Mélanie Thierry, Driss Ramdi, Marine Cayon
Genre : Drame
Nationalité : France
Durée : 1h51
Date de sortie (ou ressortie) : 24 février 2016

Présentation

Après avoir traversé une période difficile, Eddie tente de se réinsérer dans la vie active. Le jeune homme, qui a notamment des problèmes de boisson, partage la garde de son fils avec sa compagne, Karine, dont il est séparé. Une nuit, lors d'une soirée passée dans un bar, Eddie se dispute avec un groupe de jeunes gens. La discussion dégénère et Eddie se retrouve au sol, après avoir été frappé de plusieurs coups de tournevis. Alors qu'il passe sa convalescence chez Karine, il accepte de témoigner pour la police. Au cours de l'identification, il affirme reconnaître un jeune homme, Ahmed. Mais celui-ci affirme qu'il n'a absolument rien à voir avec l'affaire.

Emmanuel Finkiel a eu l'idée de faire ce film lorsqu'un de ses amis prénommé Ahmed avait disparu pendant 6 mois parce que, comme dans le film, quelqu'un s'était fait agresser dans sa cité et le nom « Ahmed » avait été prononcé à ce moment. La police a ensuite arrêté tous les Ahmed de la cité et la victime a persisté à reconnaître l'ami du réalisateur pourtant mis hors de cause par l’enquête.

Je ne suis pas un salaud : la distribution

Réalisation : Emmanuel Finkiel

Casting : Nicolas Duvauchelle (Eddie), Mélanie Thierry (Karine), Driss Ramdi (Ahmed), Marine Cayon (Estelle), Nicolas Bridet (Régis Labrecque), Johann Soulé (Noam), Alain Beigel (l'inspecteur), Antoine Gouy (le formateur), Maryne Bertieaux (Jeanne), Isabelle Kubiak (la greffière), Xavier Nogueras (Maître Bonnelle), Pascal Gastineau (le président)

Distribution technique : Emmanuel Finkiel (scénario), Chloé Thévenin (musique), Alexis Kavyrchine (direction artistique), Julie Peyr (scénario)

Avant Je ne suis pas un salaud, Emmanuel Finkiel a réalisé Je suis en 2010, Nulle part, terre promise en 2008, Voyages en 1999 et Madame Jacques sur la Croisette en 1996.

Parmi les actrices et acteurs principaux, on a pu voir au cinéma Nicolas Duvauchelle dans Le Combat ordinaire (2015) et Bodybuilder (2014) ; Mélanie Thierry dans A Perfect Day : un jour comme un autre (2015) et Zero Theorem (2014) et Driss Ramdi dans Je ne suis pas mort (2012) et Mutants (2008).

Derniers avis sur le film : Je ne suis pas un salaud

Avis publié par Louis-Marie ZACCARON-BARTHE le 24 février 2016

Dire qu'on ressort de la salle le regard, le coeur, et les tripes concernés, c'est vite dit, mais c'est ce que j'ai senti ! Le cinéma d'Emmanuel FINKIEL est un des rares cinémas européens a travaillé sur la direction et les chemins que nos vies prennent, que l'Histoire européenne prend, que la conscience collective prend. J'avais été profondément touché par "Nulle part Terre promise" en 2008, un film d'avant-garde sur l'Europe et les migrants, les coeurs occidentaux dépecés. A nouveau je suis vraiment touché par "Je ne suis pas un salaud", pas seulement par les acteurs remarquablement dirigés, pas seulement par les jeux de profondeur de champs, les feuilles de regards stratifiés, mais surtout par la pensée à l'oeuvre à travers la narration, sans démonstration, mais à fleur d'images : Courrez-y ! Un film qui fera date, à n'en pas douter !

1 avis sur Je ne suis pas un salaud

Avis publié par Louis-Marie ZACCARON-BARTHE le 24 février 2016

Dire qu'on ressort de la salle le regard, le coeur, et les tripes concernés, c'est vite dit, mais c'est ce que j'ai senti ! Le cinéma d'Emmanuel FINKIEL est un des rares cinémas européens a travaillé sur la direction et les chemins que nos vies prennent, que l'Histoire européenne prend, que la conscience collective prend. J'avais été profondément touché par "Nulle part Terre promise" en 2008, un film d'avant-garde sur l'Europe et les migrants, les coeurs occidentaux dépecés. A nouveau je suis vraiment touché par "Je ne suis pas un salaud", pas seulement par les acteurs remarquablement dirigés, pas seulement par les jeux de profondeur de champs, les feuilles de regards stratifiés, mais surtout par la pensée à l'oeuvre à travers la narration, sans démonstration, mais à fleur d'images : Courrez-y ! Un film qui fera date, à n'en pas douter !

Donner mon avis sur Je ne suis pas un salaud

Quelle note donnez-vous à cet évènement ?

Nota Bene : la modération des avis s'effectue a posteriori. C'est à dire qu'un avis provisoirement affiché peut être refusé par la suite.
Pour être publié, le contenu de votre avis doit respecter nos conditions générales d'utilisation.
Pour les questions concernant des billets achetés via notre intermédiaire (accueil, placement, tarifs), il est nécessaire de contacter notre service client.