Information concernant la fermeture des lieux culturels et la suspension de notre publication • • •
Undercover - Une histoire vraie, affiche

Undercover : une histoire vraie

(2 votes et 2 avis)
Ajouter à mes favoris
Policier / Espionnage 1h56 Avant-première VO//VF

Titre original : White Boy Rick
Nationalité : Etats-Unis
Genre : Policier / Espionnage
Réalisateur : Yann Demange
Techniciens : Logan Miller (Scénariste) , Max Richter (Compositeur) , Stefania Cella (Chef décorateur) , Tat Radcliffe (Directeur artistique) , Noah Miller (Scénariste) , Andy Weiss (Scénariste)
Durée : 1h56
Date de sortie : 02/01/2019
Année de réalisation : 2018
Année de sortie : 2019
Date de mise en salle : 02/01/2019

Galerie : photos & vidéos

À Détroit, dans les années 1980, Rick Sr. Wershe vend des armes tombées du camion et fabrique des silencieux illégaux dans le sous-sol de sa maison. Avec l'argent gagné, il veut s'acheter un vidéo-club. Sa femme l'a quitté, sa fille se drogue et ses parents ne cessent de juger sa vie. Rick Jr., son fils de 14 ans, veut une autre vie où l'argent coule à flot et faire partie du très lucratif trafic de crack. Au grand désespoir de son père, il devient « White Boy Rick » au sein d'un gang mené par des caïds noirs. À 15 ans, il se fait rattraper par la justice et pour éviter la prison, il doit jouer les informateurs.

Second long-métrage de Yann Demange, Undercover se concentre sur les trois années qui ont fait basculer la vie de Richard Wershe Jr, le plus jeune informateur du FBI de l’Histoire. Le réalisateur a choisi un parfait inconnu, Richie Meritt – qui fait ses débuts de comédien – pour l’incarner.

2 avis sur Undercover : une histoire vraie

Merci de rédiger un avis constructif et utile aux visiteurs, et seulement si vous avez assisté à l'évènement. Votre avis doit être expressément lié à la qualité de l'évènement, de sa scénographie et/ou de son interprétation.
Les messages injurieux, diffamatoires ou auto-promotionnels seront supprimés. Votre avis doit être rédigé dans un français correct, en évitant l'abus de majuscules et de signes de ponctuation.

Quelle note donnez-vous à cet évènement ?

Publié par Jack Sparrow le 7 janvier 2019

Intéressant pour comprendre le monde ; c’est une histoire vraie.
Ce type d’histoire nous ouvre vers l’extérieur comme une curiosité.

Cependant, le film est une critique d’un système judiciaire dans un État fédéré des USA.
Si vous êtes pris à vendre de la drogue au-delà de 650 grammes, vous serez condamné à la prison à vie, alors qu’un tueur ne le sera pas nécessairement, ni un maire ou un policier corrompus.

Je vais faire de l’ethnocentrisme, d’un point de vue européen, voire Français, plus encore de juriste, ce qui interpelle, c’est la différence d’appréciation culturelle.

Dans ce film, les auteurs critiques le système des peines exagérées pour des personnes qui ne se sont jamais attaquées physiquement à d’autres. Il n’y a que cela qui suscite leur émoi.

Or, moi, ce qui m’a choqué, ce n’est pas cela, c’est le fait que le FBI infiltre dans la mafia un enfant de 14 ans.
Ce qui m’a choqué, c’est que l’on condamne à la prison à vie un mineur.
Nous voyons très vite la différence culturelle, les USA n’ont jamais ratifié, ni signé, la Convention internationale des Droits de l'Enfant.

Il y a un État fédéral et 50 États fédérés, mais quasiment aucune protection de l’enfance. Les mineurs sont jugés comme des adultes, aucune responsabilité des parents ; en Europe, les parents sont responsables et risque la prison pour défaut d’éducation, délaissement de mineurs.

En France, le Code civil indique que l’on est responsable à vie d’obligations alimentaires et d’hébergement envers ses enfants.
- art. 371-2 : Cette obligation ne cesse pas de plein droit lorsque l'enfant est majeur.

Aux USA, l’on peut adopter, mais concéder, voire revendre le contrat d’adoption à une autre personne, les pédophiles font leur marché de cette manière.
- L’effet papillon, canal plus, le 21/12/2013.

Les orphelinats pour être rentables peuvent transformer les enfants en cobaye pharmaceutique.

Dans cette histoire vraie, les États-uniens sont interpellés par la sévérité d’une peine, alors que dans la salle les spectateurs en France, à la fin, étaient eux sidérés que le FBI infiltre dans la mafia un gamin de 14 ans et que tout ça soit légal sans problème de morale ou de conscience.

Publié par Sylvie le 5 janvier 2019

C'est glauque, c'est pourri, c'est l’Amérique profonde (la détention d'arme et leur satanée constitution) La corruption, la misère et le trafic à tous les étages. Avec en prime des salauds que sont certains agents du Fédéral Bureau of Investigation. Le pire dans tout ça ? C'est tiré d'une histoire vraie!

Newsletter

Chaque mercredi, le top des sorties culturelles à Paris !