[critique] Le Colibri : À la fuite du bonheur

Paname Distribution

Un homme bien sous tous rapports est confronté à son passé traumatique et à son grand amour de jeunesse. Un beau mélodrame bourgeois qui oscille avec goût entre l'émotion brute et l'intellect.

Grand succès populaire en Italie, Le Colibri arrive dans nos salles au cœur de l'été. Le nouveau film de Francesca Archibugi adapte le best-seller éponyme de Sandro Veronesi, récipiendaire du Prix Strega (l'équivalent transalpin du Prix Goncourt). Marco Carrera est un homme d'apparences : docteur reconnu, mari aimant, père comblé... Mais son existence aisée et son confort bourgeois cachent, et de plus en plus mal, un amour et une douleur d'enfance, mêlés tous deux dans l'eau salée des vacances à la mer : son amour fou et jamais consommé pour Luisa et la mort par suicide de sa sœur aînée. Quand le thérapeute de sa femme lui annonce qu'il sait la vérité (qu'il revoit Luisa), la petite maquette de vie parfaite va s'effondrer.

Le récit fragmenté d'un amour empêché

Le Colibri est un film « à l'italienne » : de prime abord exubérant et volontiers cabotin mais qui recèle en son sein une profondeur et une pertinence qui dépassent le simple mélodrame. L'amour entre Marco et Luisa, par exemple, se rapproche bien plus du respect mutuel de l'amour médiéval que de la puissance sensuelle, comme dans une très belle scène, à Paris, où les deux amants rivalisent de petites attentions pour se plaire sans se toucher. Marco, bien que joué par Pierfrancesco Favino, sommet de charisme habituellement, est effacé, discret : une véritable mise en crise du mâle italien typique en somme.

Le film, très cérébral, calque son rythme sur le mouvement de l'oiseau qui lui donne son titre. Comme le colibri, qui peut faire du surplace à toute vitesse, le montage, qui entrelace passé et présent donne à voir la vie de Marco comme un puzzle de mots et de pensées, déconnectées les unes des autres et qui pourtant, donnent à la vie toute sa cohérence. Et dans ce kaléidoscope, c'est l'histoire de l'Italie et du cinéma italien qui est convoquée : outre Favino, on retrouve Laura Morante, actrice fétiche de Nanni Moretti, et Moretti lui-même, thérapeute en quête de sens à la lucidité émouvante. Bérénice Bejo apporte elle de la subtilité au rôle ambivalent de Luisa, icône intouchable mais femme parmi les femmes. Grande fresque d'une intimité perdue et retrouvée, Le Colibri est une vie éparpillée dont on se plaît à recoller les morceaux.

Le Colibri, sortie le 2 août 2023 : toutes les séances à Paris et en Île-de-France

Partager cet article sur :

Nos derniers articles

Corse, 2017 : une surveillante pénitentiaire se retrouve mêlée à un double assassinat. Inspiré d'un fait divers, le nouveau film de Stéphane Demoustier joue la carte de l'austérité et de la sobriété. Le résultat ? Un drame soigné et ambigu, remarquablement interprété par Hafsia Herzi.

Premier film en tant que réalisateur de Florent Bernard, transfuge du studio Golden Moustache, Nous, les Leroy est un road trip familial avec José Garcia et Charlotte Gainsbourg. Cette comédie originale, récompensée du Grand prix au Festival de l’Alpe d’Huez, réussit le fin dosage entre humour et mélancolie.

Pour leur premier long métrage réalisé ensemble, Ethan Coen et sa co-scénariste Tricia Cooke se (et nous) défoulent avec ce road-movie féministe et décapant qui, parodiant la série B, use de ses outrances pour tirer à boulet rouge sur nos tabous. Irrésistible… Et parfois leste !

Loin de son Brésil natal, le réalisateur Karim Aïnouz plonge dans l’Angleterre du XVIe siècle, à la cour du roi Henri VIII, pour faire le portrait de Catherine Parr, la sixième et dernière épouse du sanguinaire souverain. Cette reine méconnue, jamais représentée au cinéma, se révèle fascinante d’intelligence et de modernité.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.