[critique] Sans jamais nous connaître : Une histoire d’amour et de fantômes

© (FSC: MK)/Chris Harris/Chris Harris

Le réalisateur britannique Andrew Haigh témoigne une fois encore de son immense talent pour un cinéma de l’intime aussi subtil que poignant.

L’Irlandais Andrew Scott, célèbre Moriarty de la série Sherlock (2010-2017), rencontre son compatriote Paul Mescal, révélé par la mini-série Normal People (2020), dans une romance fantasmagorique pleine de tendresse et de mélancolie. Le réalisateur britannique Andrew Haigh (Week-end, 45 ans, La Route sauvage) témoigne une fois encore de son immense talent pour un cinéma de l’intime aussi subtil que poignant.

Adam, scénariste d’une quarantaine d’années, mène une vie solitaire dans une tour londonienne dont la plupart des appartements sont inoccupés. Un soir, son unique voisin Harry frappe à sa porte. Ivre, il tente de s’inviter chez lui pour tromper la solitude et le silence. Adam le repousse. Peu à peu, cependant, il laisse le jeune homme pénétrer dans son univers et y apporter la chaleur qui lui manquait.

Parallèlement, Adam tente d’écrire au sujet de son passé. Alors que ses pas le conduisent vers la ville de banlieue où il a grandi, il trouve sa maison d’enfance encore habitée par son père et sa mère, qui semblent avoir le même âge qu’au jour de l’accident qui les a emportés trente ans plus tôt. À mesure qu’il noue avec Harry une relation de plus en plus intense, Adam refait la connaissance de ses jeunes parents et s’ouvre à eux comme jamais il n’a eu le loisir de le faire.

Réparer les déchirures intimes : un drame mystérieux et doux

Pour ce nouveau long-métrage, Haigh s’est librement inspiré du roman Présences d’un été (1987), de l’auteur japonais Taichi Yamada. Sans se complaire dans un sentimentalisme facile, le cinéaste filme avec une grande délicatesse et un sens aigu des dialogues les tâtonnements de ces retrouvailles par-delà le temps et la mort. La somptueuse photographie de Jamie D. Ramsay confère à l’ensemble une qualité onirique.

Interprété par Jamie Bell (Billy Elliot) et Claire Foy (The Crown), le couple parental accueille cette étrange situation comme si elle allait de soi. Ils découvrent avec curiosité leur fils désormais adulte. Adam peut alors leur révéler son homosexualité, accomplissant ce difficile rite de passage dont la vie l’avait privé. À cette confrontation éprouvante mais libératrice répond la présence apaisante de Harry, avec qui il forme un couple magnétique. Âmes en peine oubliées du monde, ils se réconfortent mutuellement, soulagent les terreurs et les chagrins qui les tenaillent. Les quatre acteurs incarnent à la perfection un éventail d’émotions complexes, livrant un film sensuel et déchirant.

Sans jamais nous connaître, sortie le 14 février 2024 : toutes les séances à Paris et en Île-de-France

Partager cet article sur :

Nos derniers articles

Premier film en tant que réalisateur de Florent Bernard, transfuge du studio Golden Moustache, Nous, les Leroy est un road trip familial avec José Garcia et Charlotte Gainsbourg. Cette comédie originale, récompensée du Grand prix au Festival de l’Alpe d’Huez, réussit le fin dosage entre humour et mélancolie.

Pour leur premier long métrage réalisé ensemble, Ethan Coen et sa co-scénariste Tricia Cooke se (et nous) défoulent avec ce road-movie féministe et décapant qui, parodiant la série B, use de ses outrances pour tirer à boulet rouge sur nos tabous. Irrésistible… Et parfois leste !

Loin de son Brésil natal, le réalisateur Karim Aïnouz plonge dans l’Angleterre du XVIe siècle, à la cour du roi Henri VIII, pour faire le portrait de Catherine Parr, la sixième et dernière épouse du sanguinaire souverain. Cette reine méconnue, jamais représentée au cinéma, se révèle fascinante d’intelligence et de modernité.

Mis à jour le 19 mars 2024 [Cinémas]

Du dimanche 24 au mardi 26 mars 2024, profitez pleinement des salles obscures grâce à un tarif unique de 5 euros la séance.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.