[critique] Walk Up : Micro-habitat

© Capricci Films

Chaque saison voit naître son nouveau film d'Hong Sangsoo, réalisateur coréen multi récompensé en festivals, qui a plus de soixante ans et ne s'arrête plus de tourner.

Il investit un petit immeuble d'un quartier de Séoul avec ses acteurs fétiches, pour y développer une ou deux idées brillantes de mise en scène, dans une très belle métaphore de la vie en communauté.

À chaque nouvelle proposition, le réalisateur de La Romancière, le Film et le Heureux Hasard (2023), profite de sa grande liberté d'action pour saisir l'opportunité de creuser toujours en avant son amour de la mise en scène. Chaque film est l'occasion d'utiliser un artifice, une relation épistolaire dans Hill of Freedom (2014), ici la géographie particulière d'un immeuble, afin de raconter une histoire simple ou brille la façon de raconter.

Byungsoo est le double du réalisateur, homme de cinéma, il est accompagné de sa fille pour rendre visite à une vieille amie. Si cette première scène est assez classique (on boit beaucoup, on raconte ses projets futurs), très vite la narration s'emballe et épouse le corps même du bâtiment. Chaque étage devient le lieu d'un possible, et les acteurs jouent de nouveaux rôles pour une scène où leur chemin se modifient, comme dans un rêve.

Le temps d'un songe

C'est un bien un songe, une pensée, que raconte Hong Sangsoo dans Walk Up, presque un fantasme. Metteur en scène lui-même, Byungsoo se rêve habitant de ces lieux, l'espace d'un instant il vit à chaque étage, dans la peau de personnes qu'il imagine amoureux, tristes, en proie à des soucis différents des siens.

Cette épure dans le scénario, souvent un prétexte chez le cinéaste coréen, est ici une merveille d'inventivité, où la surprise jaillit à chaque nouvelle scène, dans une boucle magistrale refermée en un revers de main, comme si rien ne s'était passé. C'est toute la magie du cinéma d'Hong Sangsoo : remettre inlassablement son travail devant nos yeux, d'une nouvelle manière qui questionne toujours un peu plus l'art cinématographique.

Walk Up, sortie le 21 février 2024 : toutes les séances à Paris et en Île-de-France

Partager cet article sur :

Nos derniers articles

Pour son quatrième long métrage, Ilker Çatak trousse une comédie corrosive sur les dérapages auxquels peut mener la banale envie de résoudre une histoire de vol en salle des profs, et confronte le spectateur au sentiment d’injustice qu’il a pu ressentir un jour ou l’autre.

Près de 13 ans après son premier long-métrage (Ma compagne de nuit), Isabelle Brochard renoue avec la fiction et propose une toute nouvelle lecture des Lettres de Madame de Sévigné.

Le réalisateur britannique Andrew Haigh témoigne une fois encore de son immense talent pour un cinéma de l’intime aussi subtil que poignant.

Avec cette rêverie surréaliste autour de la figure de Dalí, Quentin Dupieux réalise une fantaisie ludique, dans laquelle Édouard Baer et Jonathan Cohen font des merveilles.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.