La Chienne des Baskerville [critique] : Un spectacle qui a du chien !

© Christophe Raynaud de Lage

Gwen Aduh met en scène une ébouriffante relecture du chef-d’œuvre de Conan Doyle, hilarante, farfelue et plaisamment iconoclaste, servie par six comédiens pétulants, exubérants et gaillards.

Les admirateurs de Sherlock Holmes ont un tel respect pour le talent du grand détective qu’ils ne se sont jamais demandé pourquoi il vivait avec un homme, s’il avait le temps de faire les soldes chez Harrods et si le chien qui hante la lande de Dartmoor n’est pas plutôt une femelle qui venge toutes celles que la gent masculine s’autorise à considérer comme telles… Fort heureusement, Hugues Duquesne et Olivier Mag ont rétabli la vérité historique ! Et voilà Watson en nuisette, Holmes drogué jusqu’au trognon, Madame Hudson arthritique et glapissante et des Baskerville et alliés tous plus déjantés les uns que les autres.

Joyeuse troupe

Gwen Aduh, qui signe l’adaptation avec Miren Pradier et met en scène cette allègre pochade, en rajoute encore pour transformer la traque du monstre de la lande (devenue « La La Land » pour le plaisir de la cabriole musicale) en franc délire bourré de clins d’œil désopilants. Dominique Bastien (maître ès métamorphoses – la performance est à saluer !), Henri Costa, Jean-Baptiste Darosey, Hugues Duquesne, Mathilde Mery et Patrick Bosc s’en donnent à cœur joie pour interpréter tous les personnages de cette enquête loufoque. Les travers baroques de notre époque sont raillés avec esprit et belle humeur, dans cette cage aux folles et aux dingues à la sauce Monty Python et aux accents branquignoles.

Harmonie des talents

Le dessinateur Winschluss a créé un décor en noir et blanc plein de détails amusants. Philippe Beau manipule les silhouettes découpées et exécute les ombres corporelles qui animent le castelet du fond de scène, ajoutant de l’humour et une jolie poésie teintée d’absurde. La musique de Vincent Segal et les costumes d’Aurélie de Cazanove s’inscrivent parfaitement dans le ton décalé et joyeux de l’ensemble. Les comédiens jouent aussi bien qu’ils dansent, le rythme est enlevé, le ton est moqueur sans être pesant et l’ensemble fabrique un spectacle tiré au cordeau, frais et gai.

La Chienne des Baskerville au 13e Art : réservez vos places avec L'Officiel des spectacles

Partager cet article sur :

Nos derniers articles

La langue exubérante de Novarina dialogue avec les thèmes musicaux de Monteverdi ; Jean Bellorini et ses acteurs pneumatiques revisitent le mythe d’Orphée : un vibrant hommage au théâtre.

Cristiana Reali, sulfureuse Blanche DuBois, et une pléiade d’excellents comédiens illuminent la scène des Bouffes Parisiens, dans un thriller haletant, remarquablement dirigé par Pauline Susini.

Publié le 2 avril 2024 [Théâtres]

Après le succès de Bio, son précédent spectacle, la compagnie d’improvisation Eux revient avec Chaos, un nouveau show qui allie interactivité et technique sans faille.

Molière du spectacle musical en 1995, Les Années twist de Roger Louret revient dans une nouvelle version pour quelques représentations exceptionnelles au Théâtre de la Tour Eiffel.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.