Si Beale Street pouvait parler

Il y a 2 avis sur Si Beale Street pouvait parler


Merci de rédiger un avis constructif et utile aux visiteurs, et seulement si vous avez assisté à l'évènement. Votre avis doit être expressément lié à la qualité de l'évènement, de sa scénographie et/ou de son interprétation.
Les messages injurieux, diffamatoires ou auto-promotionnels seront supprimés. Votre avis doit être rédigé dans un français correct, en évitant l'abus de majuscules et de signes de ponctuation.


2/ 5
, 31 janvier 2019
Film qui démarre très fort, mais s'enlise après une demi-heure, et le metteur n'arrive pas à redresser l'histoire. Les acteurs font certes de leur mieux mais l'histoire devient répétitive, lente. Est-ce que la faute du metteur en scène ou du scénario, mais cette histoire d'amour n'emballe pas. Mauvais sentiment de déjà-vu, et le souci d'actualiser le propos ne réussit pas.
5/ 5
, 29 janvier 2019
L'histoire d'amour touchante et poétique d'un jeune couple afro-américain qui bascule quand le jeune amoureux est accusé, à tort, d'un viol.

Avec Si Beale Street pouvait parler, Barry Jenkins adapte un roman de James Baldwin, l'un des grands auteurs afro-américains, né à New York et figure incontournable du mouvement des droits civiques. Le film est servi par les images somptueuses de James Laxton, mêlant les tonalités de la violence, de la tendresse, de l’érotisme, de la rage et de l’humour. Il relate la triste histoire de Tish (Kiki Layne), 18 ans, qui vit chez ses parents et qui aime Fonny (Stephan James), 22 ans, sculpteur, artiste plein de rêves. La vie de Fonny bascule quand il est accusé d’un viol qu’il n’a pas commis, puis expédié derrière les barreaux, alors que Tish se découvre enceinte. Les deux familles vont s'unir pour sortir Fonny de ce mauvais pas.

Un sens profond d’amour et de justice

On succombe vite aux images sublimes d'un New York des seventies très bien reconstitué. Les différents effets de style – gros plans sur les visages, images d'intimité sensuelles, ralentis stylisés et sobres – fascinent et sont magnifiés par la partition musicale de Nicholas Britell. L’élégante mise en scène privilégie les corps, plus éloquents que les mots, comme cette scène magistrale où les deux tourtereaux font l'amour pour la première fois. Puissance des sentiments sans qu'un mot ne soit prononcé. Cette touchante et poétique histoire d'amour ne tombe jamais dans la bluette sentimentale. Le film est esthétisant, pétri d'espoir et tragique. Mais il reste toujours empreint d'un sens profond d'amour et de justice.

QOL
Si Beale Street pouvait parler, affiche Regina King au centre, personnages KiKi Layne, Stephan James KiKi Layne, Stephan James Teyonah Parris, KiKi Layne, Regina King Stephan James, KiKi Layne, Brian Tyree Henry Regina King
Si Beale Street pouvait parler | Mars Films