Les Enfants des autres [critique] : portrait de la belle-mère en personnage principal

Rachel, la quarantaine, rencontre Ali. Ils tombent amoureux. Ali, séparé, a une petite fille de quatre ans. Rachel s’attache à elle, mais se demande quelle est la place qui lui revient dans sa vie. D’autant qu’elle-même aimerait avoir un enfant.

Qu’est-ce qu’une belle-mère ? Dans la vie comme au cinéma la question se pose. Vouée à intervenir tardivement dans un récit familial qui s’est d’abord joué sans elle, elle est par essence un personnage secondaire. C’est sans doute pourquoi le cinéma n’en a pratiquement jamais fait un protagoniste. Mettant en jeu son expérience personnelle, Rebecca Zlotowski s’attaque à cette question et la creuse avec constance et précision. Ainsi, sous des airs de chronique sentimentale à la française un peu attendue, Les Enfants des autres se singularise en fait par un personnage principal et un sujet relativement inédits.

Pouvant rappeler par endroit le cinéma de Claude Sautet, le film se démarque également du tout venant des films intimistes par une approche très adulte des situations et des rapports (familiaux, amoureux, électifs…), en rendant justice, avec beaucoup de finesse et de tact, à la complexité des sentiments.

Une cinéaste éclot

Jusqu’ici, le travail de Rebecca Zlotowski a toujours été suivi avec attention par les critiques et les festivals (ce nouveau film, encore, était présenté en compétition officielle à Venise), mais n’a jamais vraiment rencontré le public. Les Enfants des autres pourrait être l’occasion pour que le contact s’établisse enfin. En effet, les quatre premiers longs-métrages de la cinéaste (Belle Épine, Grand Central, Planétarium et Une fille facile) avaient pu laisser le sentiment que la sophistication faisait barrage à l’émotion. Mais cette fois, Rebecca Zlotowski ouvre son cinéma à une approche beaucoup plus directe. Aucun de ses personnages n’avait jusqu’ici été aussi consistant, incarné, présent, que cette Rachel, qu’interprète une Virginie Efira plus juste et intense que jamais. Et donc, cette fois, l’émotion y est.

Les Enfants des autres, sortie le 22 septembre 2022 : toutes les séances à Paris et en Île-de-France

Partager cet article sur :

Nos derniers articles

Palme d'or au Festival de Cannes 2022, Sans filtre est une comédie jubilatoire dans laquelle le réalisateur prend un malin plaisir à faire rire le spectateur, mais aussi à se moquer du mode de vie qui est le nôtre.

Cinéaste du tourment amoureux et de l'égarement philosophique, Emmanuel Mouret signe une nouvelle comédie au sujet faussement démodé. L'écriture est aussi délicate que comique ; Sandrine Kiberlain et Vincent Macaigne sont au sommet.

Au micro de son ami Jonas, Amin, un jeune trentenaire afghan, se confie sur sa vie : une enfance, de prime abord heureuse, dans le Kaboul d’avant les talibans ; une préadolescence, entre fuite et clandestinité, qui le mènera de la Russie post-soviétique au Danemark, possible terre promise où retrouver enfin le goût du bonheur.

Julia, jeune femme un peu perdue, infiltre un groupe de motards clandestins adepte de rodéos. Un récit d'émancipation touchant et nerveux, où la joie se mêle au drame.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.

Réseaux sociaux