Mourir peut attendre

De Cary Fukunaga (2021)
Cinémas Thriller 2h43

Réalisation : Cary Fukunaga
Principaux artistes : Daniel Craig, Rami Malek, Léa Seydoux, Lashana Lynch
Genre : Thriller
Titre original : No Time to Die
Nationalité : Royaume-Uni, Etats-Unis
Durée : 2h43
Année de réalisation : 2021
Date de sortie : 6 octobre 2021
Distributeur : Universal Pictures France

Présentation

James Bond a démissionné des services secrets pour Madeleine Swann, fille du docteur White et désormais recherchée par les membres du Spectre, la terrible et secrète organisation criminelle. Ensemble, ils mènent une vie paisible en Jamaïque. Mais l'agent 007 doit reprendre ses activités quand son vieil ami Felix Leiter de la CIA le sollicite : il s'agit de sauver un scientifique qui vient d'être kidnappé. Parallèlement à cette affaire, l'agent apprend que Madeleine lui a caché un douloureux secret. Bond devient la cible de Safin, un terroriste au visage marqué, portant un masque et détenant de redoutables armes technologiques.

Vingt-cinquième opus de la saga James Bond, Mourir peur attendre est également le plus onéreux. Avec son budget de 250 millions de dollars, il dépasse de peu Spectre, sorti en 2016, et surpasse celui de Casino Royale, premier film où Daniel Craig enfilait le costume de 007. Car en effet, 15 ans après avoir pris la suite de Pierce Brosnan, l'acteur britannique va rendre son célèbre matricule et son permis de tuer. Parmi les nouveautés du film, Cary Fukunaga succède à Sam Mendes à la réalisation et Rami Malek, qui interprète Freddy Mercury dans Bohemian Rhapsody, prend le rôle de l'antagoniste principal.

Casting

Mourir peut attendre : la critique

Mourir peut attendre : Craig rend le costume

Ultime aventure de l’agent 007 avec Daniel Craig, ce nouveau James Bond, plus long, plus cher que tous les autres, est sans doute le film le plus attendu de l’année par les amateurs de cinéma à grand spectacle.

Qui se souvient des réactions des fans à l’annonce, au début des années 2000, du nom de l’acteur qui allait reprendre le smoking de leur espion préféré ? « Comment ? Un James Bond blond ? Sacrilège ! » En un film (Casino Royale, 2006), Daniel Craig a mis tout le monde d’accord. Charismatique, torturé, capable de tendresse comme d’une sèche brutalité, son Bond est une évidence. En quatre films, le héros a pris avec Craig une épaisseur inattendue et révélé une dimension tragique inédite. Aujourd’hui, le personnage colle à la peau de l’acteur, comme en son temps à celle de Sean Connery. Pour clore l’ère Craig, qui mieux que le réalisateur Sam Mendes, auteur de Skyfall, unanimement considéré comme un des tout meilleurs (sinon le meilleur) épisode de la franchise ? Mais voilà, Mendes n’a pas souhaité reprendre du service...

Aux manettes cette fois : un metteur en scène en pleine ascension

Et puis ce fut au tour de Danny Boyle (auteur entre autres de Trainspotting et Slumdog Millionaire) de jeter l’éponge... Et c’est finalement à Cary Joji Fukunaga qu'échut la lourde tâche de diriger ce mastodonte de 2h43, au budget colossal de 250 millions de dollars. S’il n’est pas encore très connu du grand public, Fukunaga fut remarqué pour son premier long métrage Sin nombre, primé en 2009 au festival de Sundance, et plus encore pour son travail aussi singulier que redoutablement efficace sur la première saison de la série True Detective (2014), dont il réalisa tous les épisodes.

Brillant directeur d’acteur et formidable créateur d’atmosphère, Fukunaga devrait apporter beaucoup à ce nouvel épisode de la geste bondienne. Après le report du tournage suite à une blessure de Daniel Craig, puis une sortie de nombreuses fois reportée en raison de la pandémie, le blockbuster est plus que jamais attendu par un public impatient de se changer les idées en cette période pour le moins morose, et de bondir avec 007 d’un pays à l’autre, de le suivre dans les cascades les plus folles et d’affronter à ses côtés les pires affreux de la planète.

Derniers avis

Avis publié par M le 14 décembre 2021

Évidemment tout est fait pour le twist, et préparer la succession.
On a envie de tourner la page, ce qu’a compris DC.
On ira forcément voir la nouvelle saga !

Avis publié par Melinda le 19 novembre 2021

Grande fan de 007. J’ai adoré !

Avis publié par benoit le 17 novembre 2021

Très bon 007, mais il y a mieux.

Avis publié par Garvey le 1er novembre 2021

Cette suite de SPECTRE est très réussie. Toujours spectaculaire, inventif et drôle. Pour ma part, il n’y a eu que deux interprètes parfaits pour ce rôle : Sean Connery et Daniel Craig. Mais qui va reprendre le flambeau ?

Avis publié par Christophe le 18 octobre 2021

Excellent James Bond, je pense même que c'est mon préféré. On est très loin du style Roger Moore et de son humour (je ne dis pas ça pour critiquer, car j'aime aussi beaucoup quelques uns des Bond avec Moore). Niveau action, il y a de vraiment bonnes scènes, bien prenantes. Et niveau histoire, et c'est assez rare chez les Bond, elle est passionnante et surprenante. Quant aux 2h40, elles passent à toute vitesse, c'est sans temps mort. Bref, un Bond très généreux!

9 avis sur Mourir peut attendre

Avis publié par M le 14 décembre 2021

Évidemment tout est fait pour le twist, et préparer la succession.
On a envie de tourner la page, ce qu’a compris DC.
On ira forcément voir la nouvelle saga !

Avis publié par Melinda le 19 novembre 2021

Grande fan de 007. J’ai adoré !

Avis publié par benoit le 17 novembre 2021

Très bon 007, mais il y a mieux.

Avis publié par Garvey le 1er novembre 2021

Cette suite de SPECTRE est très réussie. Toujours spectaculaire, inventif et drôle. Pour ma part, il n’y a eu que deux interprètes parfaits pour ce rôle : Sean Connery et Daniel Craig. Mais qui va reprendre le flambeau ?

Avis publié par Christophe le 18 octobre 2021

Excellent James Bond, je pense même que c'est mon préféré. On est très loin du style Roger Moore et de son humour (je ne dis pas ça pour critiquer, car j'aime aussi beaucoup quelques uns des Bond avec Moore). Niveau action, il y a de vraiment bonnes scènes, bien prenantes. Et niveau histoire, et c'est assez rare chez les Bond, elle est passionnante et surprenante. Quant aux 2h40, elles passent à toute vitesse, c'est sans temps mort. Bref, un Bond très généreux!

Avis publié par sonia le 11 octobre 2021

Très sympa car globalement moins bling bling et sexiste que les James Bond habituels.
Comme toujours avec JB, le cerveau tourne à vide mais comme c'est bien foutu, on ne voit pas le temps passer.
Au-delà de la reconnaissance du biopower de la femme-mère capable d'enfanter (qui donne une touche de normalité au 00 numéro 7), le fait que les méchants de cet épisode donnent dans la biowar produit son petit effet sur l'humain post-COVID moyen.

Avis publié par Remy le 10 octobre 2021

Si bien entendu « mourir peut attendre », pour le coup on attend très très mais vraiment très longtemps… Mais bon… ne boudons pas notre plaisir : ce dernier opus avec Daniel Craig est réussi.
Plusieurs séquences délectables notamment quand Madeleine et James se retrouvent, coincés, dans leur Aston Martin db5 vintage, en Italie canardés comme jamais et que le blindage remarquable d’une étonnante résistance leur permet après une réflexion intense de renverser la vapeur avec un humour si british !
J’ai - enfin et avec bonheur - retrouvé la finesse d’un des premiers films de la série James Bond avec l’acteur James Lazenby en 1969 dans « Au service secret de Sa Majesté ». Du grand art.
La salle hier soir était pleine à craquer… Je pense que le succès commercial de ce film sera colossal.

Avis publié par Nicolas Charrier le 8 octobre 2021

Malgré la longueur du film, on ne voit pas le temps passer (contrairement à Dune...). Il faut avoir vu les épisodes précédents car il y a une continuité depuis Casino royale, que ce film conclut de manière intéressante. Recommandé de le voir en 3D car le relief vaut le coup.

Avis publié par Martin le 6 octobre 2021

La fin du mythe ?
D’abord le héros pourtant inoxydable, mais sans doute bien fatigué par le précédent réalisateur Sam Mendes, décide de faire une fin bavarde avec une Léa Seydoux dans le fond assez bobonne.
Ensuite, l’hydre du Spectre et son chef sont anéantis, exit les éternels ennemis.
Puis vient le tour de la prétendante au matricule magique, qui renonce à l’usurpation en reconnaissant avec résignation la supériorité de son mentor masculin. Les féministes apprécieront..
Et pour finir, après une oraison funèbre assez ridicule, la magnifique Aston DBS d'"Au service secret de Sa Majesté" emmène le spectateur vers une suite qui signe la fin du mythe. Mais fallait-il tuer le Père ?
Dans tout ce sabordage, il reste quand même, entre les longueurs, de vraies bonnes scènes d’action à l’ancienne avec une vraie James Bond girl : Ana de Armas.

Donner mon avis sur Mourir peut attendre

Quelle note donnez-vous à cet évènement ?

Nota Bene : pour être publié, le contenu de votre avis doit respecter nos conditions générales d'utilisation.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.

Réseaux sociaux