[critique] Borgo : Derrière les portes du pénitencier

© Le Pacte

Corse, 2017 : une surveillante pénitentiaire se retrouve mêlée à un double assassinat. Inspiré d'un fait divers, le nouveau film de Stéphane Demoustier joue la carte de l'austérité et de la sobriété. Le résultat ? Un drame soigné et ambigu, remarquablement interprété par Hafsia Herzi.

Nouvellement installée en Corse, Mélissa (Hafsia Herzi), surveillante pénitentiaire, intègre une unité où, selon les rumeurs du coin, ce sont « les prisonniers qui surveillent les gardiens ». Si elle peine à se faire respecter des détenus, elle ne s'en sort guère mieux avec son voisinage, entre autres raciste à l'égard de son compagnon (Moussa Mansaly). C'est alors que Mélissa obtient l'aide et le soutien de Saveriu (Louis Memmi), un jeune détenu fraîchement libéré. Surprise, Mélissa se montre d'abord distante, puis reconnaissante. Mais en réalité, Saveriu a un service à lui demander...

Entre fiction et réalité, Stéphane Demoustier (La Fille au bracelet, 2019) scinde sa structure narrative en deux, par le biais d'un montage alterné. De ce fait, le spectateur suit deux récits intimement liés : d'une part, l'arrivée de la matonne dans le centre pénitentiaire de Borgo ; d'autre part, l'enquête menée par un commissaire (Michel Fau) sur un règlement de compte entre bandes rivales. Au fur et à mesure, les trajectoires et les temporalités se rejoignent, levant ainsi le voile sur des engrenages pernicieux : corruption, chantage, intimidation...

Une actrice très impliquée

À l'image de l'écriture non conventionnelle, la réalisation joue avec les codes et préfère sortir des cadres structurés : Borgo n'est ni un film de prison, ni une enquête policière. Le long-métrage évolue sur un fil moins certain, mais tout aussi tendu... voire plus réaliste. Loin de se complaire dans les clichés qui collent à la peau, le réalisateur filme l'Île de Beauté et ses habitants dans toute leur complexité. S'il fait état de violences et de luttes fratricides, il n'élude pas pour autant la part humaine de ses protagonistes, rendant alors leurs ambiguïtés et leurs conflits d'intérêt tangibles.

Et au cœur de ce fait divers insulaire, un personnage continue d'intriguer par ses motivations et son implication dans l'affaire : l’insaisissable Mélissa. Une fois de plus, l'interprétation de Hafsia Herzi sonne comme une évidence. Passant d'un registre à l'autre (de la force à la fragilité, de l’intransigeance au doute), l'actrice subvertit la simplicité des apparences, et entretient un mystère quasi-complet. Fascinante.

Borgo, sortie le 17 avril 2024 : toutes les séances à Paris et en Île-de-France

Partager cet article sur :

Nos derniers articles

Publié le 20 mai 2024 [Cinémas]

La jeunesse de Furiosa, personnage introduit dans Mad Max : Fury Road en 2015, dans un prequel qui promet d'en reconduire le brio – avec la mise en scène pour souci principal, et à rebours des blockbusters super-héroïques qui trustent les écrans.

Publié le 13 mai 2024 [Cinémas]

David Lambert signe un film touchant et drôle, qui renouvelle au passage la représentation des « seniors » au cinéma.

Une jeune publicitaire et ses collègues se retrouvent prisonniers d'une boucle temporelle. Sous ses airs de petit film, Comme un lundi crée la surprise : Ryo Takebayashi tire profit de sa structure narrative pour épingler habilement la vie de bureau et ses répercussions aliénantes.

Adaptation libre de la série L'Homme qui tombe à pic, The Fall Guy réussit brillamment à dépasser son statut de blockbuster. Derrière les explosions et le sensationnel, le long-métrage, adoubé par Steven Spielberg, est surtout un hommage aux cascadeurs professionnels avec une touche agréable de comédie romantique.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.