L'Année du requin : Les Landes ont des dents

Pour leur troisième long-métrage, les frères Ludovic et Zoran Boukherma continuent de jouer avec les genres cinématographiques.

Sur le point de prendre sa retraite, une gendarme maritime traque un squale semant la terreur dans les eaux de Biscarrosse. Pour leur troisième long-métrage, les frères Ludovic et Zoran Boukherma continuent de jouer avec les genres cinématographiques. Le résultat ? Une comédie aussi mordante que rafraîchissante.

Avec la comédie horrifique Teddy (prix du jury à Gérardmer en 2021), les frères Boukherma dépoussiéraient le film de loup-garou sur fond de peinture sociale et de chronique rurale. Un an après, les jeunes cinéastes font leur retour avec un nouvel essai hybride. Sur le papier, la formule reste à peu près la même, mais le genre revisité est tout autre. Pour cause, avec L'Année du requin, le duo offre au cinéma français son premier film de requin. On y suit la téméraire Maja (Marina Foïs), gendarme maritime dans les Landes. Alors que celle-ci redoute son départ à la retraite, un énorme squale pénètre les eaux de Biscarrosse, menaçant les locaux et les touristes. L'alerte est sonnée : au grand dam de son mari Thierry (Kad Merad), Maja se donne pour ultime mission de traquer la bête afin de rétablir la paix au sein de la station balnéaire.

Une aventure carnassière en deux temps

Ramassé en une heure vingt, L'Année du requin évolue sur une trame ténue. En effet, nul rebondissement à l'horizon : le long-métrage reprend à peu près tous les codes établis, 47 ans plus tôt, par un certain Steven Spielberg avec Les Dents de la mer (dont le film est ici un hommage assumé). Si certains regretteront le manque de prise de risque, d'autres apprécieront les scènes joliment référencées. Il faut dire que la singularité du projet opère à d'autres niveaux : son humour noir, ses dialogues loufoques, ses seconds rôles farfelus et attachants...

Dans un premier temps, le résultat détonant n'est pas sans évoquer le cinéma inclassable de Bruno Dumont, ou encore le style de Quentin Dupieux. Puis, les réalisateurs tempèrent leurs effets comiques pour mieux s'intéresser à leur protagoniste. C'est alors que le film déploie des métaphores – souvent tendres – sur la marginalité, la solitude, la peur de l'avenir, l'exclusion sociale... Éprouvée par la traque et la défiance de certains citoyens, le personnage Maja laisse ainsi entrevoir ses failles et ses démons. Tout comme dans Teddy, la figure du héros chez les Boukherma est souvent brisée et elle se double d'une certaine mélancolie. Et qui de mieux que la toujours excellente Marina Foïs pour exprimer intelligemment cette dualité ?

L'Année du requin - Sortie le 3 août 2022 : toutes les séances à Paris et en Île-de-France

Partager cet article sur :

Nos derniers articles

Publié le 8 août 2022 [Cinémas]

Après deux énormes succès dans le domaine du thriller horrifique, Jordan Peele se tourne vers le ciel de la Californie, d’où pourrait bien arriver une visite pas forcément amicale... Daniel Kaluuya, acteur principal de Get out, retrouve ici le metteur en scène pour de nouvelles sueurs froides et de furieuses chevauchées.

Publié le 18 juillet 2022 [Cinémas]

Le film fait passer le message écologique en le glissant entre les rebondissements d’une réjouissante comédie d’aventure, qui parle aux enfants avec respect et intelligence.

Après The Batman, les passionnés de l’univers DC Comics (et pas seulement) trouveront leur bonheur dans les aventures d’une bande d’animaux loufoques dotés de super pouvoirs.

Dominik Moll signe un film beau, étrange et mélancolique sur les féminicides.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.

Réseaux sociaux